X

Liban

La crise des déchets au Liban-Nord vers un dénouement proche ?

Polémique

Une réunion multipartite au ministère de l’Environnement et une réunion « informelle » au Parlement ont dissipé les malentendus politiques.

S. B. | OLJ
18/07/2019

La crise des déchets qui secoue actuellement quatre cazas du Liban-Nord – Zghorta, Bécharré, Koura et Minié-Denniyé – serait sur le point de se résorber. Telles sont les nouvelles de la réunion qui s’est tenue hier au bureau du ministre de l’Environnement Fady Jreissati, en présence des députés Michel Moawad, Sami Fatfat et Osman Alameddine, de l’ancien député Jawad Boulos, de l’ancien ministre Pierre Raffoul, du mohafez du Liban-Nord Ramzi Nohra et de plusieurs responsables municipaux. Il a été décidé, selon le communiqué du ministère, d’« adopter un plan d’urgence comprenant une étape de transition qui se matérialisera par la proposition d’un espace pour entreposer les déchets accumulés dans les rues, puis une étude pour assurer des sites alternatifs, en vue d’une solution globale pour le traitement des déchets des quatre cazas ». Ce plan prévoira « des mesures d’incitation à l’intention des municipalités concernées ».

De son côté, le ministre de l’Environnement « s’est dit prêt à débattre très vite des solutions proposées avec le Premier ministre Saad Hariri et toutes les parties concernées », selon le communiqué, alors que les députés présents « ont assuré que toutes les forces politiques de la région, notamment le parti des Marada, les Forces libanaises, le Courant patriotique libre, le Mouvement de l’indépendance et la Coalition nationale, ont donné leur bénédiction à un plan d’urgence qui mettrait un terme aux dégâts environnementaux actuels, en attendant des solutions plus globales ».

Rappelons que le député des Marada Tony Frangié avait tenu une conférence de presse incendiaire dimanche dernier, dans laquelle il avait estimé que la crise était « provoquée ». Cette crise, rappelons-le, a éclaté après la fermeture d’un dépotoir sauvage appartenant à un particulier, qui accueillait les déchets des quatre cazas. Le ministre Jreissati (lui-même cadre du CPL) avait tenu une conférence de presse le lendemain pour détailler les efforts entrepris en vue de trouver un site alternatif, sans succès en raison d’oppositions politiques et populaires. La réunion d’hier prouve donc qu’il y a un net changement de ton.


(Lire aussi : Jreissati dément avoir décrété la fermeture d’une grande décharge au Liban-Nord)


Une réunion « qui rassemble toutes les forces politiques »

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur les résultats de cette réunion, le député Michel Moawad confirme que « deux ou trois propositions de sites ont été présentées, et le ministre Jreissati a demandé 48 heures pour de plus amples discussions avec certaines parties locales ».

Le député insiste « sur l’importance de cette réunion qui a rassemblé les principales forces politiques et fédérations de municipalités des quatre cazas, en vue d’une solution temporaire pour un entreposage des déchets accumulés dans les rues durant trois mois, en attendant une solution plus durable ». Selon lui, « les tensions constatées dernièrement sont dissipées », révélant qu’une réunion informelle a rassemblé hier au Parlement MM. Jreissati, Frangié, le ministre des Transports Youssef Fenianos (également du courant Marada), Fatfat et lui-même.

« Nous devrions cependant attendre une reprise des réunions du Conseil des ministres en vue de faire avancer la solution, affirme M. Moawad. Il faudra probablement la mettre sous le régime d’Omsar (ministère du Développement administratif) afin de pouvoir consacrer un budget suffisant aux municipalités, qui devront contracter des partenariats avec le secteur privé ». Rappelons que les fonds municipaux de la Caisse autonome des municipalités sont consacrés par le gouvernement aux paiements dus aux sociétés privées qui traitent les déchets pour le compte de l’État, d’où le fait que les conseils municipaux se trouvent souvent endettés et privés de leurs principales rentrées.


Lire aussi

SOS, citoyens à l’abandon, l’édito de Michel TOUMA

Tony Frangié accuse « des gens de l’ombre » d’avoir provoqué la crise des déchets à Zghorta

« Les incinérateurs affectent profondément l’économie des communautés »

Pour mémoire

Plan de Jreissati pour la gestion des déchets : le ver est-il dans le fruit ?

Odeurs nauséabondes sur le Grand Beyrouth : quand s’attaquera-t-on aux racines du problème ?

Pas d’alternatives à l’agrandissement des décharges, affirme Jreissati



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants