X

À La Une

Geagea : Le budget 2019 n'est pas à la hauteur des enjeux

Liban

Kanaan confirme que le déficit a été ramené à 6,59%.

OLJ
11/07/2019

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a estimé jeudi que le texte du budget pour l'année en cours, dont la commission parlementaire des Finances a achevé l'examen mardi et qui sera voté la semaine prochaine au Parlement, n'était pas à la hauteur des enjeux.

"Nous considérons que ce budget est très ordinaire et n'est pas à la hauteur des objectifs escomptés", a déclaré M. Geagea lors d'une conférence de presse, ajoutant que ce texte, qui "envisage la situation économique du moment comme elle si était normale, devait être accompagné d'un train de réformes".

Le chef des FL a souligné que sa formation avait déjà des réserves sur le texte initial et a vivement critiqué les amendements introduits par les députés. Déplorant la situation de l'administration publique dans les secteurs de l'électricité, de l'eau et des Télécoms, ainsi que celle des douanes, le leader des FL a notamment regretté que la commission des Finances ait écarté la taxe de 2% sur les produits importés, remplacée par une taxation à un taux allant de 3 à 7 % de 1 500 produits importés ayant leur équivalent produit localement. "Il est encore temps de sauver la situation", a lancé M. Geagea.

Il a par ailleurs indiqué que le bloc parlementaire des FL pourrait voter contre certaines dispositions du texte de loi de finances. Mardi dernier, plusieurs responsables FL s'étaient entretenus avec le Premier ministre Saad Hariri. A l'issue de cette réunion, la chaîne locale LBCI avait indique qu'une coopération entre les FL et le Premier ministre pourrait se matérialiser lors de la séance plénière consacrée au vote du texte du budget amendé par la commission des Finances.

La commission parlementaire des Finances et du Budget a terminé mardi l’examen du projet de loi de finances pour 2019, un texte qui sera adopté avec plusieurs mois de retard sur le calendrier prévu par la Constitution mais qui doit traduire par des actes les engagements de réformes pris par les dirigeants libanais lors de la conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE).

Le président du Parlement, Nabih Berry, a fixé trois séances de la Chambre mardi, mercredi et jeudi prochains, à raison de deux réunions par jour, afin de voter le projet de budget de l'année en cours.



(Lire aussi : Le budget 2019 sera en principe adopté la semaine prochaine)


   

Déficit à 6,59%
Plus tôt dans la journée, le président de la commission des Finances, Ibrahim Kanaan, avait confirmé que le déficit prévu par le texte du budget 2019 avait été ramené de 7,59%, comme le prévoyait le texte approuvé par le gouvernement, à 6,59%. "Nous avons baissé le déficit de 7,59% à 6,59%. Il suffit de mettre en œuvre les mesures", a déclaré M. Kanaan lors d'une conférence de presse au Parlement, confirmant les informations faisant état d'une baisse des dépenses à hauteur de 500 milliards de livres libanaises.

Ce chiffre de 6,59% constitue un objectif ambitieux, voire difficile à atteindre pour le Fonds monétaire international, qui a jugé, dans ses conclusions rendues suite à la récente visite d’une délégation d’experts à Beyrouth, que le déficit du pays atteindrait 9,75 % du PIB en 2019.

Par ailleurs, le député a qualifié de "défaillance constitutionnelle flagrante" le fait que le gouvernement n'ait pas transmis les comptes clôturés au Parlement.

M. Kanaan a également appelé le gouvernement à débuter le travail de la rédaction du budget 2020. Dans ce contexte, le Premier ministre Saad Hariri a publié une circulaire dans laquelle il demande aux administrations publiques de transmettre leur budget pour l'année 2020 au ministère des Finances avant le 1er août prochain.

En soirée, M. Hariri a tenu au Grand Sérail une réunion financière consacrée à la question du vote du budget. Le vice-Premier ministre, Ghassan Hasbani, le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, le ministre des Transports et des Travaux publics, Youssef Fenianos, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, le ministre de l'Industrie, Waël Bou Faour, ainsi que le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan, ont assisté à cette réunion. Selon notre correspondante Hoda Chedid, les responsables ont passé en revue les modifications apportées au texte par la commission des Finances. M. Hariri a souhaité y apporter des modifications supplémentaires, mais c'est finalement au Parlement réuni en séance plénière que revient cette tâche.



Lire aussi

Le projet de budget enfin prêt à être voté au Parlement

Rapport sur le Liban : le FMI reste diplomate dans ses conclusions

Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?

Moody’s pas vraiment convaincue par le projet de budget pour 2019

S&P pas impressionné par la baisse du déficit prévue dans le budget

Morgan Stanley « en partie » rassurée par l’évolution des débats sur le budget libanais

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE NE FAIS QUE REPETER QUE C,EST UN BUDGET DE LA RIGOLADE. BASE SUR DES INTENTIONS ET DES SOUHAITS ET POINT SUR DES MESURES CONCRETES ET PAYANTES.

LA VERITE

Il reste a peine 5 mois avant la fin de l'annee fiscal 2019
A QUI VEUX T ON FAIRE CROIRE QUE LA DIMINUTION SUR 5 MOIS SEULEMENT ( SI FINALEMENT CETTE LOI ETAIT VOTE ) PEUT FAIRE DIMINUER LE DEFICIT SUR L'ANNEE D'AUTANT
ENCORE DES BALIVERNES QU'ON JETTE AU PEUPLE POUR DIRE QUE LES POLITICIENS ET LE COMITE DES FINANCES TRAVAILLENT BEAUCOUP ALORS QUE CE QU'IL FALLAIT FAIRE

C'EST D'ARRETER L'HEMORAGIE AU DOUANES ET AUX FRONTIERES NE PAS AMNISTIES LES CONSTRUCTIONS ILLEGALES ET ARRETER QUELQUES POLITICIENS POUR CORRUPTIONS ET EXIGER DE TOUS DE RENDRE L'ARGENT VOLE AUX LIBANAIS ET LE PAYS SE SERAIT BIEN MIEUX PORTE

MALHEURESEMENT RIEN DE CELA SE FERA CAR LE LIBAN FORT EST BASE SUR TU PRENDS , JE PRENDS: =AL MOUHASSASSA
CAD LE PARTAGE DU GATEAU

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants