X

Liban

Les Marada « indifférents » à la « démagogie » de Bassil

Polémique

Lors de son passage à Zghorta, samedi dernier, le chef du CPL avait déclaré être « contre les dynasties politiques ».

09/07/2019

Le parti des Marada a tenu à minimiser la portée du discours du chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, samedi dernier à Zghorta. Le chef de la diplomatie, qui effectuait une tournée au Liban-Nord, a affirmé qu’il était « contre les dynasties politiques », lors d’un dîner partisan à Rachiine. Des propos qui constituent une critique claire de la famille Frangié et plus précisément du chef des Marada, Sleiman Frangié, considéré comme un rival potentiel de M. Bassil à la présidence. Interrogé par L’Orient-Le Jour sur la teneur des propos de Gebran Bassil, un responsable au sein des Marada a affirmé que son parti était « indifférent » aux déclarations du chef de la diplomatie. « Je ne pense pas que M. Bassil puisse se permettre de parler de dynasties politiques », a-t-il dit, en allusion au fait que le chef du CPL n’est autre que le gendre du président de la République, Michel Aoun. « Il est très dangereux de jouer avec les fondements du pays a poursuivi le responsable qui a requis l’anonymat, dénonçant le discours “démagogue” de M. Bassil. « Il cherche toujours à dire que le CPL est présent partout. Tant mieux pour lui. Mais il ne va pas aller loin de cette manière, bien au contraire. Il suffit de faire le bilan de ses amis et de ses ennemis »,

a estimé le responsable. Sleiman Frangié a quant à lui répondu, de manière indirecte, au chef du CPL. Une photo de lui circule en effet depuis sur les réseaux sociaux, le montrant entouré du ministre des Travaux publics, Youssef Fenianos, et de Hussein Khalil, conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Un pied de nez à Gebran Bassil, laissant entendre que son allié, le Hezbollah, s’affiche avec un de ses rivaux. Le député de Zghorta et fils de Sleiman Frangié, Tony Frangié, a également critiqué les propos du chef de la diplomatie dans un tweet publié dimanche. « À ceux qui disent “eux” et “nous”, nous répondons que nous sommes tous libanais et voulons vivre ensemble dans un pays unifié, loin des tensions, des divisions et du confessionnalisme prêché par certains », a-t-il écrit.


(Lire aussi : Alain Aoun : « Chacun est responsable de son discours »)



« C’est ma deuxième visite à Zghorta en deux mois »

« Nous ne sommes pas contre les familles, nous sommes contre les dynasties politiques, avait déclaré Gebran Bassil lors de son passage à Rachiine. La preuve, nous sommes aujourd’hui avec le député de Zghorta Michel Moawad (allié du CPL) qui vient d’une famille politique. Regardez comment il montre un exemple moderne de la vie politique au Liban », avait-il ajouté. Michel Moawad était injoignable hier pour un commentaire. « Nous sommes pour la pluralité politique partout. Nous voulons un Liban uni, quand d’autres veulent redessiner des lignes de démarcation. Le CPL ne marginalise personne et ne se laisse pas marginaliser. C’est un moteur de réformes face aux mentalités pétrifiées », avait encore ajouté le chef de la diplomatie.

M. Bassil avait souligné qu’il s’agissait là de sa deuxième visite à Zghorta en deux mois. « Il est clair qu’il y a quelque chose qui m’attire de plus en plus dans cette région », avait encore dit le ministre des Affaires étrangères. « Nous avons aujourd’hui le Grand Liban face au Liban des cantons. Nous voulons le Liban de 1920. Certains tentent aujourd’hui de redessiner les lignes de démarcation. Dieu merci, à Zghorta, les gens n’ont pas ces peurs-là parce que toutes les familles zghortiotes soutiennent un Liban uni. Et même si elles ne sont pas d’accord quelquefois, les familles Frangié, Moawad, Karam, Boulos et Douaihy restent en faveur de l’unité du Liban, et c’est ainsi qu’on pourra unifier Zghorta contre le plan de division », a souligné le chef du CPL.

M. Bassil a déclaré, en rebondissant sur une déclaration du député Fadi Saad (FL), que « si certains disent que ceux qui n’ont pas de passé n’auront ni présent ni avenir ; moi je dis que ceux qui ont un passé comme ce passé n’ont ni présent ni avenir. » « Il y a une campagne de mensonges programmés (à l’encontre de M. Bassil). Son crime est qu’il veut bâtir une nation », a pour sa part estimé l’ancien ministre Pierre Raffoul, présent lors du dîner.



Lire aussi

Incidents de Qabr Chmoun : Après l’escalade, place au compromis ?

Le PSP craint de faire les frais d’une réédition du scénario de l’attentat de Saydet el-Najat

Des efforts pour circonscrire la crise, mais les résultats se font attendre, le décryptage de Scarlett HADDAD

Hamadé à « L’OLJ » : Les demandes d’Arslane servent de couverture aux tribulations scandaleuses de Gebran Bassil

Incidents de la Montagne : Après l’accalmie sécuritaire, une crise politique ?

Ces petites phrases de Gebran Bassil qui ont engendré des polémiques

Gebran Bassil a-t-il menacé Raya el-Hassan ?

Halte au pyromane !l'éditorial de Issa GORAIEB

Des intellectuels libanais expriment leur "dégoût face à l'hystérie raciste" de Gebran Bassil

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Joseph KHOURY

Le décalage entre le discours politique de certains et les faits réels est si grand qu’on peut le qualifier de mensonge ! Il n’y a qu’à voir la réalité d’aujourd’hui: plus de misère, d’insécurité, d’anxiété et moins d’espoir, de perspectives, de quiétude. C’est un raté jamais égalé, même en temps de guerre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MARADAS S,ELOIGNENT DES BULLES DE GAZ METHANE DE L,ECHAPPEMENT NEFASTE HABITUEL CAR ASPHYXIANT ET DANGEREUSEMENT EMPOISONNE POUR L,ENTENTE INTER COMMUNAUTAIRES DU PAYS ET QUI ESSAIE DE METTRE LE FEU AUX POUDRES.

Honneur et Patrie

Il est contre les dynasties politiques (sic), il est contre les mentalités pétrifiées (resic), il n'est pas contre le vol de l'argent public, parce que le public c'est lui. Depuis un certain temps, il ne raisonne plus, il ne fait que répéter ce que ses mentors lui dictent de dire.

Gebran Eid

LA DYNASTIE AOUN A DÉPASSÉ LA DYNASTIE FRANGIÉ, SURTOUT PAR LES FEMMES.

Irene Said

"...nous sommes contre les dynasties politiques..."

Le gamin et gendre de son beau-papa a encore raté une occasion de se taire, le pauvre...il commence vraiment à faire pitié !
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants