X

Liban

Hamadé à « L’OLJ » : Les demandes d’Arslane servent de couverture aux tribulations scandaleuses de Gebran Bassil

Montagne druzo-chrétienne

Une délégation du PSP s’est rendue samedi chez le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, ainsi qu’à Bkerké, pour consolider les acquis de la réconciliation de 2001.


08/07/2019

Une semaine après les incidents de la Montagne, les esprits sont encore échauffés au sein de la communauté druze. Le chef du Parti démocrate libanais, le député Talal Arslane, a de nouveau insisté durant le week-end sur la nécessité d’une saisie de la Cour de justice, concernant les incidents survenus il y a une semaine entre des partisans du Parti socialiste progressiste et des membres du convoi du ministre d’État pour les Affaires des réfugiés et membre du PDL, Saleh Gharib. Une demande que le chef du PSP, Walid Joumblatt, et ses alliés continuent de refuser catégoriquement.

« Hier nous avons enterré le martyr Rami Salmane, et aujourd’hui nous enterrons le martyr Samer Abou Farraj. Mais nous n’enterrons pas l’affaire, a déclaré M. Arslane samedi, lors des funérailles de Samer Abou Farraj, un des gardes du corps de M. Gharib tués lors des affrontements. Ceux qui croient que ces enterrements signifient que nous tournons la page se trompent. »

« Nous réclamons la Cour de justice » pour qu’elle se saisisse de cette affaire « car elle fait partie du corps judiciaire libanais », a insisté Talal Arslane, tout en rappelant que d’autres affaires d’ampleur avaient été déférées devant cette instance.

Dimanche dernier, le convoi de M. Gharib avait été pris pour cible par des tirs attribués par le parti de M. Arslane à des partisans du PSP au niveau de Qabrchmoun. Ces incidents étaient survenus après que le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, eut été empêché d’entrer dans le village de Kfarmatta, proche de Qabrchmoun, par des partisans du PSP qui lui reprochaient des propos provocateurs sur la guerre de la Montagne.Pour le député Marwan Hamadé, proche du PSP, « l’affaire n’est pas encore réglée car la médiation du directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim (entre le PSP et le PDL) se heurte à chaque fois aux exigences de M. Arslane concernant la Cour de justice ». « Il s’agit d’un geste politique de la part de M. Arslane pour couvrir les tribulations scandaleuses de Gebran Bassil et son propre aventurisme, a ajouté M. Hamadé. Ce genre de discours (tenus par M. Bassil) doit être banni après une réconciliation », a souligné M. Hamadé à L’Orient-Le Jour, en allusion à la réconciliation de la Montagne, en 2001.

Qu’en est-il dans un tel contexte de la tenue d’un Conseil des ministres cette semaine, sachant que le Premier ministre, Saad Hariri, a annulé la séance de mardi dernier pour éviter les tensions au sein du gouvernement? « Nous faisons face à un problème économique énorme qui nécessite la tenue d’un Conseil des ministres, mais le gouvernement ne se réunira pas suivant les conditions posées par MM. Bassil et Arslane. Il faut que M. Hariri et le président de la République établissent un nouvel agenda qui prenne en compte les priorités du pays, sinon nous ne pourrons pas faire adopter le budget », a prévenu M. Hamadé.


(Lire aussi : Incidents de la Montagne : Après l’accalmie sécuritaire, une crise politique ?)


Le PSP chez Geagea et Raï
Samedi, au moment où le PDL enterrait un de ses morts, une délégation du PSP s’est rendue chez le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, puis chez le patriarche maronite, Béchara Raï, à Bkerké, dans le but de consolider les effets de la réconciliation de la Montagne.

À l’issue de la réunion entre M. Geagea et la délégation druze, qui comprenait notamment le ministre de l’Éducation, Akram Chehayeb, et le secrétaire général du parti, Zafer Nasser, M. Chehayeb a estimé que le gouvernement « n’est pas paralysé car toutes les parties veulent activer son rôle, en raison de la situation économique et financière difficile que nous connaissons ». « Paralyser le gouvernement est un crime à l’encontre de la nation », a pour sa part déclaré hier Samir Geagea, dans une interview à Radio Liban Libre.

Lors de la rencontre avec Mgr Raï, Akram Chehayeb a insisté sur la pérennité de la réconciliation de la Montagne. « Nous ne nous opposons qu’aux discours qui divisent » les Libanais, a-t-il dit. « Certains essaient de dépeindre les événements de la Montagne comme un revers pour la réconciliation, mais la réconciliation se maintient », a-t-il ajouté. Répondant aux questions des journalistes, le ministre de l’Éducation a affirmé que « la loi autorise tout le monde à se rendre dans toutes les régions du pays, mais la loi interdit les discours qui sèment la division. Nous ne nous opposons à rien d’autre qu’à ces discours ».

Du côté du CPL, et à l’heure où les critiques fusent de toutes parts à l’encontre de Gebran Bassil, le député de Zahlé, Salim Aoun, a tenu à défendre sa formation politique lors d’un entretien, samedi, à Radio Liban. « Le CPL veut que (les chrétiens) vivent en paix dans la Montagne, avec les musulmans et les druzes. Ceux qui créent les problèmes sont ceux qui mettent des conditions à la circulation dans certaines régions », a-t-il dit.

L’ancien ministre Wi’am Wahhab a pour sa part appelé hier à une réconciliation interdruze « parrainée par (les) grands dignitaires (religieux) » druzes. Affaire à suivre...



Lire aussi
Ces petites phrases de Gebran Bassil qui ont engendré des polémiques

Gebran Bassil a-t-il menacé Raya el-Hassan ?

Halte au pyromane !l'éditorial de Issa GORAIEB

Des intellectuels libanais expriment leur "dégoût face à l'hystérie raciste" de Gebran Bassil

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

jeremiades encore plus honteuses que celle de s geagea !
QUEL DECEPTION !

Irene Said

Pendant que ces messieurs se tirent dessus, ensuite se réunissent pour se réconcilier, passent un temps fou à "déclarer" aux médias, à s'occuper de leurs petites et grandes affaires personnelles, de leur parti, de leur communauté etc.,

1) le Budget de mi-2019 attend dans les tiroirs

2) les déchets s'accumulent pour nous embaumer l'été libanais et enchanter les touristes

3) l'électricité est toujours rachitique et l'eau de plus en plus polluée ainsi que la mer

4) la corruption toujours aussi florissante et rentable pour tous nos responsables

pour oublier leurs obligations de responsables jamais accomplies et toujours remises à plus tard, ces chers messieurs vont se détendre dans les nombreux spectacles des festivals à droite et à gauche du pays, assis comme il se doit aux premier rang, bien visibles pour les caméras

LE LIBAN NOUVEAU ET FORT

promis un 6 mai 2018...ce sera pour....

inchallah...nos petits-enfants...au mieux nos arrière-petits-enfants ???

Irène Saïd


Tina Chamoun

J'aime le sens de l'humour de M. Hamadé. Si seulement il possédait aussi le sens de l'auto-dérision et celui de l'auto-critique tant qu'à faire.

C. F. /////////////////////////////

""Hamadé à « L’OLJ » : Les demandes d’Arslane servent de couverture aux tribulations scandaleuses de Gebran Bassil""

Le lieutenant druze a très très bien lu la leçon : ""Chouf-Aley : rêves de conquête et réveils douloureux"", mais sans proposer aucune stratégie.
Après tout, les Drouzes sont-ils en si mauvaise posture pour n’avoir de recours en politique qu’un ancien milicien-chef, et qui soit dit en passant, n’est pas de la Montagne… Je le dis et redis,""La Montagne"" manque cruellement de leadership chrétien.

Honneur et Patrie

L'armée libanaise n'a pas vocation à accompagner tel ou tel candidat à telle ou telle élection présidentielle, législative ou municipale. J'ai remarqué dans une photo dans L'Orient-Le Jour des bidasses entourer Gebran Bassil, candidat déclaré à la présidence de la République, au cours de sa chevauchée fantastique à Tripoli.
En tant que citoyen ordinaire je juge inacceptable un tel comportement de la part de n'importe quelle autorité du pays. Le personnage est un citoyen comme les autres, ni plus ni moins. Aucun pays au monde, ne peut mettre un soldat à côté de chaque citoyen pour le protéger, le danger zéro n'existe pas.

Cadige William

L’Offensive étant la meilleure defensive..
Jamais pareille pratique en droit n’a été aussi bien appliquée depuis les accusations avec preuves a l’appui jamais fournies d'ailleurs... allez comprendre... de certains redresseurs de torts contre les regimes et politiciens de ces dernières décades.
Quand les médias contrôlées se mettent de la partie, on ne sait plus qui a vole quoi et qui.
0n accuse ou on murmure à voix haute le nom d’un politicien et leader influent... le lendemain la rue est infestée de va-nu-pieds qui créent la panique en ville.
Rebelotte et nouvelles accusations relayées par les medias contre un autre leader non moins ripoux et dont la fortune colossale injustifiée suscite bien d’interrogations...
Une alliance soudaine entre ce politicien et un autre tout aussi contesté et grosse tête du Nord se matérialise sous les feux des projecteurs, les membres du parti de l’accusé font front uni et l”affaire est reléguée aux oubliettes...
En poussant un peu on lui délivrerait une distinction honorifique pour bonne conduite.
Et la liste est longue dans les deux camps.
Ainsi va le pays...
Chacun hurle plus haut que l’autre...
Chacun accuse plus fort que l’autre..
Et le peuple bon enfant.. se soumet, chacun selon ses appartenances partisanes,
Tous des Ripoux, le peuple y compris.

Georges MELKI

"Le chef du Parti démocrate libanais, le député Talal Arslane, a de nouveau insisté durant le week-end sur la nécessité d’une saisie de la Cour de justice..."
Bon, et si la Cour de justice se saisit de l'affaire, quel mal y a-t-il? Quelqu'un peut-il m'expliquer? Est-ce un crime de "lèse-PSP"?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES BULLES DE GAZ DE L,ECHAPPEMENT GENDRISSIMAL RISQUENT DE METTRE UN PEU PARTOUT DANS LE PAYS LE FEU AUX POUDRES. IL CONTINUE SOUS LE SILENCE BEAUPERIEN SENBLE-T-IL.

Bustros Mitri

On se réconcilie, on se dispute, puis on se réconcilie, puis on se dispute...
Symptômes d’ un État absent, bafoué, miné du dedans par ceux-là même qui prétendent le renforcer.
Malheureusement , l’émergence d’un état est un fait de culture , et d’Histoire, deux facteurs qui n’arrivent pas à germer sur notre sol.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants