X

Liban

Réfugiés syriens : Comment contrer le discours xénophobe par des chiffres

Réfugiés syriens

L’association Réfugiés = Partenaires appelle à un dialogue rationnel et productif entre la communauté d’accueil et les déplacés.

24/06/2019

À l’instar de certains pays européens qui ont basculé vers un radicalisme de droite en matière de réfugiés et de migrants, le Liban semble à son tour fermement engagé sur cette voie dans l’espoir de pouvoir faire pression en vue du rapatriement, coûte que coûte, de près d’un million de réfugiés syriens résidant sur son territoire.

Amorcée depuis plus d’un an, la campagne de xénophobie orchestrée au niveau officiel vise à diaboliser la catégorie vulnérable des réfugiés en lui imputant la responsabilité de la plupart des maux qui gangrènent le pays, une tactique politique qui, de l’avis de nombreux analystes, servirait à faire dévier l’attention de l’échec cuisant de la classe politique à endiguer la crise économique, dont les causes principales sont plutôt à rechercher dans l’absence de vision, de politiques publiques inadaptées et dans la corruption rampante.

Afin de contrer les stéréotypes véhiculés à l’encontre de la population des réfugiés et tenter d’atténuer le discours de haine et de rejet qui commence sérieusement à influencer l’opinion publique, une association, Réfugiés = Partenaires, regroupant des intellectuels, des professeurs d’université et des économistes, a été créée pour tenter d’inverser la courbe infernale et réhabiliter la relation entre les deux peuples dans un esprit constructif.

Tablant principalement sur des études scientifiques, l’association vise notamment à faire la lumière sur la réalité du « poids des réfugiés » et leur impact réel sur le pays, chiffres à l’appui.

« Il s’agit de faire la lumière sur certains discours erronés et préjugés répercutés par certains médias traditionnels en publiant des chiffres et des données plus fidèles à la réalité », confie à L’Orient-Le Jour Fatmé Ibrahim, chef de projet au sein de l’association.

De la crise économique jusqu’aux désastres écologiques, en passant par les menaces sécuritaires et l’accroissement des crimes de droit commun, ce sont autant de fléaux que l’on fait assumer, matraquage médiatique à l’appui, aux réfugiés régulièrement qualifiés de « lourd fardeau », que le Liban « ne peut plus supporter ».

Ce discours discriminatoire souvent infondé a malheureusement commencé à prendre racine au niveau de la base, faisant monter la tension entre les sociétés d’accueil et les réfugiés, laissant planer des risques sérieux, à court et moyen terme, de conflits et débordements de part et d’autre.

Jour après jour, les incidents se multiplient et l’animosité augmente, laissant éclater une haine refoulée qui se manifeste parfois par des empoignades. Ce fut malheureusement le cas, le 6 juin à Deir el-Ahmar, une rixe ayant opposé des réfugiés à une équipe de la Défense civile dans des circonstances qui restent pour l’heure assez floues. Ce face-à-face, qui n’est pas le premier du genre, a provoqué la colère des habitants et des élus de cette bourgade chrétienne qui réclamaient leur expulsion depuis un certain temps, mais aussi parmi les déplacés dont près de 700 ont été boutés hors des lieux.


(Lire aussi : Le retour des Russes..., le décryptage de Scarlett HADDAD)


Cohésion sociale
En recourant à un contre-narratif destiné à sauvegarder la dignité des réfugiés, leurs droits et leurs devoirs dans le pays d’accueil, Réfugiés = Partenaires entend informer et sensibiliser autour de cette question délicate en vue d’une meilleure cohésion sociale, mais aussi pour inciter à l’adoption de politiques publiques adaptées à la situation et pouvant bénéficier aussi bien aux Libanais qu’aux réfugiés.

S’adressant à l’opinion publique et aux activistes, la campagne se fonde sur des faits concrets et des recherches académiques qui, sans occulter les difficultés et la complexité du problème, cherchent plutôt à rationaliser l’approche et à l’éloigner autant que possible de l’instrumentalisation politique, dont les conséquences risquent de devenir désastreuses et néfastes pour les deux parties.

À maintes reprises, des responsables politiques, avec à leur tête le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, avaient mis l’accent, dans des termes parfois qualifiés de racistes, sur les séquelles engendrées sur les plans économique et autres par la présence de réfugiés. Il y a deux semaines, le chef du Courant patriotique libre avait fait état de « milliards de dollars de pertes » pour le Liban du fait de la présence des réfugiés et un « taux de chômage très élevé », à cause de la « rude concurrence sur le marché de l’emploi ».

Pour les activistes et membres de Réfugiés = Partenaires, ce sont autant d’allégations « infondées », étant donné que les dernières études chiffrées sur le marché du travail « datent de 2009, soit avant même le début de la crise syrienne ». Idem pour la concurrence présumée que représenterait la main-d’œuvre syrienne au Liban, aucune étude statistique sur ce phénomène n’étant disponible auprès de l’État libanais.


(Lire aussi : Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens, le décryptage de Scarlett HADDAD)



Confusion
Pour Cynthia Saghir, assistante de recherche au sein de l’association, le problème est « la confusion faite entre l’impact de la crise syrienne dans son ensemble sur l’économie libanaise (la fermeture des frontières face à l’exportation des produits libanais notamment) et l’impact causé par la présence des réfugiés. C’est ce qui a notamment contribué à nourrir la rhétorique négative à l’encontre des déplacés ».

Les études effectuées par l’association démontrent que 84 % de la main-d’œuvre syrienne active travaillent dans l’agriculture et le bâtiment, « des secteurs autorisés par la loi libanaise bien avant la crise syrienne », peut-on lire dans l’un des graphiques publiés sur la page Facebook de l’association. On apprend aussi que sur les 952 562 réfugiés officiellement enregistrés, seuls 130 731 travaillent effectivement, le taux de chômage parmi la population active au sein des déplacés étant de 40,5 %.

Également parmi les données chiffrées que l’association met à la disposition du public, la somme totale des aides humanitaires perçues par le Liban entre 2013 et 2018, qui s’élève à 5,8 milliards de dollars, soit près d’un milliard de dollars par an, une somme réinjectée dans l’économie libanaise.

Outre les aides dépensées dans les domaines de l’approvisionnement, la nourriture, la santé et les déplacements, les réfugiés, dont plus de 80 % vivent dans des logements en dur (seuls près de 17 % se trouvent dans des camps informels), dépensent au total entre 383 et 530 millions de dollars par an en loyers. Quatre-vingt-cinq pour cent des Syriens installés au Liban possèdent un téléphone portable, une activité qui profite aussi bien aux sociétés de téléphonie mobile qu’à l’État.

Si l’association Réfugiés = Partenaires insiste pour faire la lumière sur certains faits et données erronés, elle n’occulte pas pour autant et de manière systématique l’impact, réel cette fois-ci, de la présence massive des réfugiés sur l’environnement et l’infrastructure, notamment l’eau et l’électricité, des services qui étaient cependant assez défectueux déjà bien avant l’arrivée des déplacés.


Lire aussi
« Ceux qui nous accusent de racisme sont soit des comploteurs, soit des profiteurs »

Réfugiés syriens : Bassil et Joumblatt campent sur leurs positions

Réfugiés : la pression monte crescendo

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

deja que par principe , verite & experience, les staistiques sont souvent moyen a manipulation.
je ne veux pas accuser de cela REFUGIES = PARTENAIRES,
par contre je ne peux que douter de leurs chiffres , surtout s'agissant de celui indiquant le nombre de syriens - parmi ceux refugies inscrits -qui travaillent au Liban.

Pierre Hadjigeorgiou

Les seuls a blâmer sont les parties Libanaises qui ont choisit de servir les intérêts des arabes, autrefois, et des Iraniens, aujourd'hui, soit disant pour défendre la cause Palestinienne ou Syrienne, ou Égyptienne, ou Irakienne, ou ... au détriment de celle du Liban. C'est donc a nous de corriger le tire et seulement après, nous plaindre des puissances régionales comme internationales. En attendant, que cela plaisent ou pas, les Syriens comme les Palestiniens ne doivent avoir aucun droit au Liban. Le seul droit qu'ils se doivent d’acquérir c'est comment rembourser au Liban les dégâts de leurs conneries... Rien d'autre...

Chady

Nous sommes un pays arriéré, raciste, qui se croit supérieur aux autres arabes, africains et asiatiques, et embrassons le cul de l’ouest.
Quand on nous rappelle la misère dans laquelle on vit on s’arrange easy pour blâmer les autres, tantôt le syrien, tantôt le palestinien, jamais l’americain ou l’israélien.
Quelle bande de macaques...

camel

On aurait aimer en savoir plus sur cette ONG, qui la créer qui la dirige, son financement?

Chammas frederico

Un triste débat
Entre "humanité"et "intérêt politique de maintien d'un équilibre fragile toujours menacé, par telle ou telle communauté, dont l'impact socio politique serait me ce"
Indiscutable de souligner l'impact de 20% de nouveaux étrangers dans la population
D'autres pays accueillant des "émigrés/réfugiés" n'ont pas un problème aussi aigu

HABIBI FRANCAIS

Il faudrait bien que les libanais comprennent que les malheurs du Liban et de la Syrie sont intimement lies et viennent exclusivement de la famille genocide au pouvoir a Damas depuis 1970....et leurs nombreux collabos au Liban.

Cadige William

Pourquoi est ce que les riches syriens d'origine “ Intégrés “ au Liban et dans les différents secteurs économiques, commerciaux, bancaires, pharmaceutiques et viticoles pour n’en citer que quelques unes des nombreuses branches ou ils ont fait fortune ne feraient ils pas un geste spectaculaire pour aider leurs compatriotes en difficulté ?
Pourquoi ce silence de leur part ?
Pourquoi c’est le gouvernement et la nation qui doivent payer pour cette invasion abusive et dévastatrice pour notre économie ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN D,AUTRES CIRCONSTANCES LES CHOSES AURAEINT ETE TOUTES AUTRES. LE LIBAN SAIGNE ECONOMIQUEMENT ET FINANCIEREMENT ET NE PEUT PAS SUPPORTER CET ENORME FARDEAU DE REFUGIES SYRIENS ET PALESTINIENS TOUT AUSSI. IL EST FAUT DE QUALIFIER LES LIBANAIS DE XENOPHOBES. LE LIBAN ACCUEILLAIENT DANS SES BEAUX JOURS LES VISITEURS A BRAS OUVERTS.
LA SITUATION ACTUELLE EST UNE SITUATION DE VIE OU DE MORT POUR LE PAYS ET POUR SES CITOYENS. LA CRAINTE DE DEMAIN Y JOUE UN ROLE MAJEUR. ET SURTOUT LA CRAINTE DES DEUX VOISINS DONT L,UN EST PIRE QUE L,AUTRE.
AVOIR PEUR POUR SON DEVENIR ET SON EXISTENCE N,EST PAS DE LA XENOPHOBIE. C,EST LE SENTIMENT DE SURVIE !!

Pierre Hadjigeorgiou

Ces gens la sont totalement hors de la plaque! Ils oublient les 30 ans de misère dans lesquels leur pays a placé le Liban? Ils oublient les dizaines de morts blessés et handicapés causés en raison de leurs interventions dans les affaires Libanaises en tant qu'occupant? Ils oublient les disparus ou ceux encore dans les geôles Syrienne? Les Libanais s’en foutent des statistiques. Ils sont un poids pour le Liban, du moins moral. Officiellement seul 900.000 sont déclarés mais il y en a le double. Qu'il soient 130.000 ou même un seul qui travail au Liban n'est pas important, c'est une question de principe. Le Liban a payé cher les causes arabes, baasiste, palestinienne ou même Nassériste. Basta! Les Syriens, tous les Syriens doivent être placés dans des camps. Ceux qui en ont les moyens qu'ils s'y installer légalement et suivant les règles et lois Libanaises. Les autres au frais des Nations Unis. Sinon il faut les envoyer en Europe. Elle a bien casqué 4 milliards a la Turquie, eh bien qu'elle en fasse autant avec le Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants