X

Économie

La hausse des frais de permis de travail adoptée en commission

Budget 2019
K.O. | OLJ
14/06/2019

La commission parlementaire des Finances, qui examine depuis lundi le projet de budget de 2019 au rythme de deux réunions par jour, a poursuivi hier l’examen des dispositions fiscales en approuvant notamment l’article 45 du texte, qui prévoit l’augmentation des frais de permis de travail accordés annuellement aux travailleurs étrangers « sans exception ». Cette disposition prévoit que les frais de permis de travail pour les travailleurs de 1re catégorie passent de 667 dollars à 2 000 dollars. Pour les travailleurs de 2e catégorie, les frais passent de 667 dollars à 1 333 dollars ; de 200 dollars à 667 dollars pour la 3e catégorie ; et de 33 dollars à 200 dollars pour la 4e catégorie.

Les députés ont également voté à la majorité pour la suppression de l’article 43 sur l’instauration d’une nouvelle taxe sur chaque nuitée dans un hôtel ou un appart-hôtel, suite à l’audition du ministre du Tourisme, Avédis Guidanian, qui a participé à la réunion.

La commission a en outre approuvé l’article 44 sur la baisse des frais d’enregistrement des motos et des permis de conduire adéquats, ainsi que l’article 47 sur les taxes aéroportuaires. Sur cet article précisément, le point concernant l’exemption des sociétés libanaises (essentiellement la Middle East Airlines) a été mis en suspens, en attendant l’audition du ministre des Travaux publics et des Transports.


(Lire aussi : La commission des Finances approuve la hausse de l’impôt sur les intérêts bancaires)


Dans la soirée, les députés ont approuvé les dispositions relatives à la lutte contre l’évasion fiscale. L’article 52 contraindra les municipalités à signaler au ministère des Finances les entreprises et les professionnels auxquels elles octroient des permis de construire sans qu’ils ne disposent de numéro fiscal. L’article 53 requiert des municipalités d’effectuer des enquêtes de terrain auprès des entreprises et des professionnels en vue de compiler des informations fiscales et de les transmettre au ministère des Finances. Les dispositions (56 et 57) relatives aux déclarations et règlements d’impôts par les compagnies pétrolières offshore, prévoyant notamment que les paiements se fassent sur la base du taux de change officiel de la Banque centrale, ont été également adoptées. Enfin, les députés ont modifié l’article prévoyant l’instauration d’une taxe de 1 000 livres sur chaque narguilé consommé afin que celle-ci ne s’applique que pour les endroits spécialisés dans la consommation de narguilé.

Les députés n’ont toutefois pas encore tranché sur l’article 22 prévoyant des amendements de la loi relative à l’impôt sur le revenu, et précisément sur la question de soumettre ou non les retraites à l’impôt sur le revenu à compter du 1er juillet 2019, alors qu’elles sont jusque-là épargnées. Ils ont également laissé en suspens l’article 50 qui prévoit de soumettre à l’impôt sur le revenu les indemnités mensuelles perçues par les présidents de la République, du Parlement, du Conseil des ministres ainsi que les députés, en exercice et ayant occupé des fonctions dans le passé.



Lire aussi 

Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?

Moody’s pas vraiment convaincue par le projet de budget pour 2019

La loi de finances de 2019 votée au mieux fin juin

Budget 2019 : le Liban « sur les bons rails », assure Choucair

Les chiffres-clés du projet de budget de 2019

Le gouvernement prévoit un déficit de 4,53 milliards de dollars en 2019

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cadige William

Jusqu ou va aller la credibilite des inspecteurs Internationaux
de Cedre devant tant d’absurdite ....!

Le Herisson

alors si je comprends bien les salaires des differents presidents ne sont pas compris par la hausse des impots sur les revenus alors que les taxes sur les permis de travail des etrangers sont augmentees de plus de 300%.

c'est tres bien de sauvegarder les jobs des libanais et leur donner la primeur sur le marché.
mais j'aimerai bien savoir quel libanais ou libanaise accepterait de travailler comme employee de maison, comme ouvrier en batiment ou encore comme pompiste....

ce n'est pas en augmentant les taxes specialement en ce qui concerne les employes de maison que vous aiderez les foyers libanais qui sont obliges d'en avoir, car mari et femme travaillent pour subvenir aux besoin de leur foyer et de ce fait ont besoin (et ce n'est pas un luxe) de quelqu'un qui s'occupe de la maison et garde les enfants.

mettez plutot des taxes sur une emieme voiture de luxe, une enieme propriete etc.... ce serait plus efficace et surtout plus juste pour le reste de la population!


Cadige William

L’Article 50 laisse en suspens....
C’est bon pour eux... pas pour moi...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HAUSSE DES FRAIS DE PERMIS DE TRAVAIL ! L,ECONOMIE ET LES FINANCES DU PAYS SONT SAUVEES !
BANDE D,INCOMPETENTS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants