X

Économie

La loi de finances de 2019 votée au mieux fin juin

Parlement
K.O. | OLJ
01/06/2019

Le gouvernement, qui a adopté le projet de budget lundi, espère que le Parlement sera en mesure de le voter d’ici à la fin du mois. « Je pense que la commission des Finances et du Budget aura besoin de trois semaines pour examiner le texte, et qu’il y aura deux à trois séances plénières avant le vote final », a estimé le conseiller spécial du Premier ministre Saad Hariri, Nadim el-Mounla, lors d’un entretien accordé hier à une dizaine de journalistes. Le président de la commission des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan, qui prévoit de convoquer ses membres à deux réunions quotidiennes à partir de lundi prochain, espère plutôt finaliser l’examen du texte début juillet.

Le budget aurait dû en principe être voté avant son année d’exécution, ou au maximum à la fin du mois de janvier 2019. L’autorisation accordée début mars par le Parlement pour permettre à l’État de collecter les impôts et décaisser les dépenses selon la règle du douzième provisoire expire, elle, le 31 mai. L’exécutif a publié mardi un décret demandant au Parlement l’ouverture d’une session extraordinaire du 1er juin jusqu’au 21 octobre – la session ordinaire ouverte le 15 mars se terminant le 31 mai. Cette session doit permettre aux députés de voter un projet de loi demandant au Parlement de prolonger d’un mois, jusqu’au 30 juin, son autorisation accordée au ministère des Finances de se financer selon la règle du douzième provisoire.



(Lire aussi : Budget 2019 : le Liban « sur les bons rails », assure Choucair)



« Tricher sur les chiffres »
M. Mounla doute que le Parlement puisse réduire davantage les dépenses, mais insiste sur le fait que « les députés ne doivent pas annuler les mesures visant à augmenter les recettes car à ce moment-là, le risque de ne pas atteindre notre objectif en termes de réduction de déficit – conformément aux recommandations de la CEDRE – sera élevé ». « Le gouvernement est intransigeant sur la nécessité que le Parlement vote le texte tel quel ou n’y apporte que de légères modifications, sans qu’il ne touche aux mesures fondamentales », a-t-il renchéri. Le projet de budget de 2019 tel qu’approuvé par le gouvernement table sur un déficit public à 7,59 % du PIB (contre 11,2 % en 2018), sur la base d’une croissance prévue à 1,21 % et un taux d’inflation à 1,75 %. Plusieurs économistes et hommes politiques ont remis en cause la fiabilité de ces prévisions, jugées trop optimistes. « Nous nous sommes alignés sur la prévision de croissance du FMI, également à 1,2 %, qui reste une estimation très prudente », a souligné hier la conseillère économique de M. Hariri, Hazar Caracalla.

Pas de quoi convaincre le chef des Kataëb, le député Samy Gemayel, qui a accusé hier le gouvernement de « tricher sur les chiffres » du budget, lors d’une conférence de presse, en citant notamment les estimations du ratio défit public/PIB publiées tout récemment par deux principales agences de notation. En effet, Standard & Poor’s (S&P) estime que ce ratio sera à 10 % en 2019, tandis que Fitch table sur 9 %.

M. Gemayel a ainsi dénoncé plusieurs mesures fiscales prévues dans le projet de budget qui auront, selon lui, un impact négatif sur la croissance puisqu’elles mèneront à une hausse des prix et une baisse du pouvoir d’achat. Il cite notamment la mesure prévoyant d’instaurer une nouvelle taxe de 2 % sur les importations, mais aussi le relèvement de l’impôt sur les intérêts bancaires de 7 à 10 % « qui impactera surtout les petits déposants ». Le chef des Kataëb s’est également attaqué à une série de mesures fiscales touchant le secteur touristique, alors que ce dernier connaît une récente reprise. Une position partagée par le Rassemblement des dirigeants et chefs d’entreprise libanais (RDCL) présidé par Fouad Rahmé qui a regretté hier auprès du président de la République Michel Aoun l’instauration de nouvelles mesures fiscales en période de récession.



Lire aussi

Les chiffres-clés du projet de budget de 2019

Le gouvernement prévoit un déficit de 4,53 milliards de dollars en 2019

Deux réunions quotidiennes pour boucler le budget début juillet, selon Kanaan, le décryptage de Scarlett Haddad 

Pois-chichale billet de Gaby NASR

Après l’adoption du budget... les décisions de la conférence de Paris seront bientôt palpables


Pour mémoire

Morgan Stanley « en partie » rassurée par l’évolution des débats sur le budget

« Sans paiement de nos dus, la rentrée prochaine est compromise ! »

« Au lieu d’imposer une taxe sur le narguilé, mieux vaut appliquer la loi ! »


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU MIEUX FIN JUIN. DE QUELLE ANNEE ? ON SE LE DEMANDE CAR AVEC L,HEBETUDE DE NOS ABRUTIS ALIBABISTES IGNORANTS ET INCOMPETENTS TOUT EST A ATTENDRE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE GAGE QUE LE BUDGET NE SERA PAS VOTE EN JUIN ! PLUS DE LA MOITIE DE L,ANNEE SERA ECOULEE ET JE ME DEMANDE COMMENT SES MAIGRES MESURES SERONT SUIVIES ET LE DEFICIT RESPECTE. DE QUI SE RIT-ON ?

Irene Said

D'ici la fin du mois de juin ???

Alors, faites-en donc une copie pour l'année de 2020, et nous en aurons deux pour le prix d'un !
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants