Rechercher
Rechercher

Budget

La commission des Finances approuve la hausse de l’impôt sur les intérêts bancaires


Les membres de la commission des Finances et du Budget réunis le 12 juin 2019 au Parlement. Photo Ani

La commission des Finances et du Budget, qui examine depuis lundi le projet de budget au rythme de deux réunions par jour, a notamment approuvé mercredi soir la disposition prévoyant le relèvement temporaire (pour une durée de trois ans) de l’impôt sur les intérêts bancaires de 7 % à 10 %. Cet impôt devrait générer, selon les prévisions du ministère des Finances, près de 1,6 milliard de dollars de recettes, dont 372 millions de dollars du fait de ce relèvement.

Le président de la commission, le député Ibrahim Kanaan, a indiqué que les députés ont adopté sept dispositions fiscales (allant de l’article 23 à 30) lors de leur réunion nocturne. Parmi celles-ci, la disposition prévoyant l’ajout d’une 6e tranche supérieure à 225 millions de livres (150 000 dollars) pour les contribuables imposés sur les bénéfices industriels et commerciaux et qui seront taxés à 25 % à compter de l’exercice fiscal de 2019. Ils entraient jusque-là dans la 5e tranche taxée à 21 %. Les dispositions prévoyant l’annulation de l’ensemble des exemptions douanières (tous types confondus, à quelques exceptions près) ; l’annulation des exemptions sur les frais d’enregistrement des véhicules et la taxe mécanique ; ou encore celle instaurant des frais additionnels pour l’enregistrement de certaines nouvelles plaques d’immatriculation automobiles ont aussi été approuvées.

Dans la matinée, les débats avaient de nouveau porté sur l’article 22 (toujours en suspens), et plus précisément sur la question de soumettre ou non les retraites à l’impôt sur le revenu à compter du 1er juillet 2019, alors qu’elles sont jusque-là épargnés. « Personne n'est en faveur de cet article en l'état actuel, et nous attendons les propositions pour régler cette question », a déclaré Ibrahim Kanaan lors d’une conférence de presse en début d’après-midi. « Les discussions se poursuivent, mais nous rappelons la position du Hezbollah qui consiste à s'opposer à toute atteinte aux salaires modestes », a également affirmé le député du parti chiite, Ali Fayad. Les Kataëb sont aussi contre l’adoption de cet amendement, « ainsi que toutes autres nouvelles taxes qui touchent les classes moyennes et pauvres, y compris celle concernant la hausse de l’impôt sur les intérêts bancaires, qui impactera surtout les petits déposants », a souligné Samy Gemayel à L'Orient-Le Jour.



Lire aussi 

Budget 2019 : la commission des Finances s’attaque aux dispositions fiscales

Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?

Moody’s pas vraiment convaincue par le projet de budget pour 2019

La loi de finances de 2019 votée au mieux fin juin

Budget 2019 : le Liban « sur les bons rails », assure Choucair

Les chiffres-clés du projet de budget de 2019

Le gouvernement prévoit un déficit de 4,53 milliards de dollars en 2019


La commission des Finances et du Budget, qui examine depuis lundi le projet de budget au rythme de deux réunions par jour, a notamment approuvé mercredi soir la disposition prévoyant le relèvement temporaire (pour une durée de trois ans) de l’impôt sur les intérêts bancaires de 7 % à 10 %. Cet impôt devrait générer, selon les prévisions du ministère des Finances, près de 1,6...

commentaires (4)

EN CE QUI CONCERNE LES DEPOTS BANCAIRES SURTOUT DE LA DIASPORA IL FAUT NOTER QU,ON PEUT OBTENIR FACILEMENT 4,50PCT D,INTERETS SUR LES DEPOTS DANS DES BANQUES ETRANGERES ET DU 7/8 PCT DANS DES SOCIETES D,INVESTISSEMENT FINANCIERES RENOMMEES EN EUROPE. ON NE RISQUE PAS SON ARGENT AU LIBAN POUR UNE DIFFERENCE MINIME. DEJA LA REDUCTION DU FLUX DES DEPOTS VENANT DE LA DIASPORA EN 2018 ET DANS LES PREMIERS MOIS DE 2019 EST CONFIRMEE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 54, le 13 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • EN CE QUI CONCERNE LES DEPOTS BANCAIRES SURTOUT DE LA DIASPORA IL FAUT NOTER QU,ON PEUT OBTENIR FACILEMENT 4,50PCT D,INTERETS SUR LES DEPOTS DANS DES BANQUES ETRANGERES ET DU 7/8 PCT DANS DES SOCIETES D,INVESTISSEMENT FINANCIERES RENOMMEES EN EUROPE. ON NE RISQUE PAS SON ARGENT AU LIBAN POUR UNE DIFFERENCE MINIME. DEJA LA REDUCTION DU FLUX DES DEPOTS VENANT DE LA DIASPORA EN 2018 ET DANS LES PREMIERS MOIS DE 2019 EST CONFIRMEE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 54, le 13 juin 2019

  • DESOLE JE SUIS POUR CETTE TAXE SUR LES INTERETS QUAND LE MONDE ENTIER DONNE A PEINE DU 1% SUR LE DOLLAR ET LES BANQUES LIBANAISES DONNE DU 7%, IL EST EVIDENT QU'IL Y A UN RISQUE MAIS PRENDRE QUELQUES POUR CENT DE PLUS SUR L'INTERET NE CHANGERA RIEN CAR MEME A 10% IL RESTERA 6.3% SUR LE DOLLAR . CELA NE SE TROUVE DANS AUCUN MONDE CIVILISE ET CETTE PETITE TAXE NE FERA PAS CHANGER D'AVIS AUX DEPOSANTS POUR VOTRE INFORMATION J'AI APPRIS QU'A CHYPRE LE TAUX DE TAXE EST DE 30% SUR LES INTERETS

    LA VERITE

    01 h 36, le 13 juin 2019

  • L,EDITORIAL DE MONSIEUR ISSA GORAIEB D,AUJOURD,HUI EST FORMIDABLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 08, le 12 juin 2019

  • CETTE HAUSSE VA AVOIR UN EFFET NEGATIF SUR LES TRANSFERS VERS LE LIBAN DES ECONOMIES DE LA DIASPORA. LES BANQUES LIBANAISES PERDENT LEUR ATTRAIT CAR EN PLUS DE LA REDUCTION DES INTERETS IL Y A LE RISQUE LIBANAIS. FALLAIT PUISER AILLEURS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 53, le 12 juin 2019