X

À La Une

Bassil persiste et signe : Tous les pays donnent la priorité à leurs ressortissants

Liban

"Présentez vos excuses ou démissionnez", lance Paula Yaacoubian au chef de la diplomatie libanaise.


OLJ
10/06/2019

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a de nouveau appelé lundi à donner la priorité aux Libanais sur les étrangers sur le marché du travail et s'est défendu de tout racisme, réitérant des propos qui ont soulevé une tempête de protestations durant le weekend.

"Il est du devoir de chaque pays de donner la priorité à ses ressortissants sur le marché de l'emploi. Tous les pays, dont le Liban et l'Arabie saoudite, distinguent leurs ressortissants des étrangers à travers des lois. Ceci n'est pas du racisme", a déclaré M. Bassil lors d'une conférence sur la "diplomatie efficace" dans le cadre la conférence de la Lebanese Diaspora Energy (LDE).

"Les Libanais travaillent à l'étranger conformément aux besoins des pays d'accueil. Ils respectent les lois de ces pays (..) . A la tête de ces pays, il y a l'Arabie saoudite où nous avons des ressortissants dont les intérêts doivent être protégés. Mais il est de notre devoir de respecter le pays qui les accueille et respecter ses lois", a-t-il ajouté.

Samedi, le chef de la diplomatie libanaise avait déjà déclaré dans le cadre de la conférence LDE qu'"il est naturel que nous défendions la main d’œuvre libanaise face à toutes les autres, qu'elles soient syrienne, palestinienne, française, saoudienne, iranienne ou américaine", lançant "les Libanais avant tout !"


Ces propos ont soulevé une tempête de protestations sur les réseaux sociaux et le hashtag "Le ministre des Affaires étrangères doit être démis de ses fonctions" figurait en tête des tendances lundi.


Sur Twitter, la réponse d'un internaute saoudien a particulièrement été partagée. "Il n'y a pas de Saoudiens employés au Liban. Ils ne quitteront pas les pays développés pour venir travailler chez vous. Merci, Monsieur le ministre, car il y a 200.000 Libanais qui habitent à Riyad. Nous devons donc nous en débarrasser et faire travailler des Saoudiens avant tout".


M. Bassil a également reçu une réponse violente à ces propos de la part de la députée Paula Yaacoubian. "Vous ne pouvez être responsable et vous permettre de dire tout ce qui peut vous attirer un populisme à bon marché, a écrit la députée sur sa page Facebook. Le Liban a payé le prix cher du fait de la maladresse de ses politiciens, et ce qui est malheureux c'est que vous pensez être un génie alors que vous devriez ressentir la honte que vous suscitez en nous Libanais, au Liban et à l'étranger. Les Libanais qui ont émigré vous ont fuis et ont fui ceux qui vous ressemblent. Vous voulez aussi détruire leur vie à l'étranger? Présentez vos excuses ou démissionnez".



"Ce n'est pas du racisme"
D'autres propos de M. Bassil sur les réfugiés syriens et palestiniens avaient également fait polémique durant le weekend.

Vendredi, le chef de la diplomatie libanaise s'était à nouveau prononcé en faveur d'une loi qui respecterait le préambule de la Constitution concernant le refus de l'implantation et permettrait aux Libanaises mariées à un étranger de transmettre leur nationalité à leurs enfants. En mars, le ministre avait annoncé qu'il allait présenter un projet de loi permettant aux Libanaises mariées à des étrangers, à l'exception des Palestiniens et des Syriens, de transmettre leur nationalité à leurs enfants, proposition qui avait été qualifiée de raciste par de nombreuses organisations de la société civile.

Samedi, le leader druze Walid Joumblatt avait réagi aux propos du chef de la diplomatie libanaise. "Un ministre de premier plan (allusion à M. Bassil) nous a épatés par des théories racistes visant les Palestiniens et les Syriens", avait écrit M. Joumblatt sur son compte Twitter.

Dans la soirée, le leader du CPL avait répondu au leader druze. "Certains nous accusent de racisme parce que leur appartenance libanaise n’est pas assez forte pour qu’ils comprennent ce que nous ressentons", avait-il déclaré dans ce discours prononcé au BIEL. "Certains ne comprennent pas que notre libanité est au-dessus de tout. Elle est inscrite dans notre ADN. Notre appartenance libanaise est une appartenance à une civilisation, une histoire et une nation", avait-il ajouté, exprimant par la même occasion son refus de voir le Liban accueillir des déplacés aussi bien que des réfugiés.

Lundi, M. Bassil s'est à nouveau défendu de tout racisme. "Lorsque nous défendons le droit de notre peuple, nous sommes des patriotes. C'est tout ce que j'ai voulu dire. Beaucoup de personnes mal intentionnées ont déformé mes propos. Lorsque des propos sont déformés, nous nous devons de les corriger", a-t-il déclaré.



Lire aussi
Le clin d’œil de Bassil aux Kataëb : discours de circonstance ou initiative sérieuse ?

Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé

Le CPL et le Futur tentent de calmer le jeu

Le compromis présidentiel vacille une fois de plus...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a tout à fait raison de donner la priorité aux Libanais sur les étrangers sur le marché du travail, ni syriens ni palestiniens que de jeunes libanais sans travail .

Aboumatta

Exclure Palestiniens et Syriens dans un text de loi est une forme de racisme.

Cependant, l'usage d'une autres formule dialectique, comme:
Exclure les ressortissants des pays ayant des frontières terrestre avec le Liban deviens une formule acceptable, et justifiée.

Merci à moi d'avoir résolu ce problem vieux de plusieurs dizaines d'années.

//////////////////////////////////////////////////

Je cite son excellence, le ministre : ""Les Libanais travaillent à l'étranger conformément aux besoins des pays d'accueil. Ils respectent les lois de ces pays (..)""

Vraiment conformément aux besoins des pays ? Et l’ultime (…) que nous sommes des marchandises interchangeables. Les émigrés, les Libanais émigrés au Canada, par exemple, étaient-ils conformes aux besoins de l’économie, quand ils ne vivaient pas par capillarité à la charge du contribuable, et de la sécurité sociale…
C.F.

//////////////////////////////////////////////////

La ""préférence nationale"" ! Qui tient encore ce discours dans les pays d'accueil, en Europe ou ailleurs ? La ""préférence nationale"", ou un mot qui a la même connotation, est l’illustration même du populisme. Oui, dans des pays démocratiques, des pays qui se respectent, des mesures protectionnistes régies par des lois…
Mais quand je pense à un ancien premier ministre, (convenable), employait la ""préférence nationale"" dans une de ses déclarations, et c’était le tollé, la foudre des intellectuels, économistes, etc etc, s’abattait sur lui.
Les réfugiés ? Qu’un économiste s’explique sur ce sujet. Des experts déclaraient que les réfugiés sont bénéfiques pour le Liban ! (Politique, et économique)… Quelle est la vérité sur ce sujet ?? ""Préférence nationale""...............

C.F.

Chucri Abboud

Il n'y a absolument rien de mal dans les déclarations de notre ministre , et la cabale n'a comme objectif que de le calomnier !
Aucun pays , aucun Etat , aucun gouvernement de la planète terre ne donne aux étrangers plus d'attention qu'à ses propres ressortissants , et la discrimination entre nationalités différentes se vérifie partout et toujours : Il suffit de penser aux discriminations par citoyens de différents pays auxquels les Etats -Unis et l' Union Européenne accordent des visas : Certains passeports jouissent d'entrées libres et multiples , et d'autres passports comme hélas le nôtre sont soumis à des conditions draconiennes et à des taxes superflues avant de rêver d'avoir un visa de tourisme de quelques jours .
Pourquoi voulez-vous que le Liban traite tous les êtres humains de la même façon ?
C'est incongru !

Le Faucon Pèlerin

Attention danger ! Le ministre touche-à-tout patauge dans ses déclarations indésirables et importunes. Il se mêle de tout comme la mouche du coche. C'est une personne indiscrète qui frôle le ridicule dans ses propos la plupart inutiles. A ce rythme-là, le Liban n'aurait plus d'amis bientôt sur la planète Terre. Il y a nationalisme et patriotisme, ce n'est pas la même chose.

c...

On peut ne pas avoir les mêmes opinions politiques que Mr Bassil, mais il a raison de prôner la « préférence nationale », en Australie par exemple au delà d’une année il faut un sponsor, au Canada il y a là un véritable parcours du combattant, pour l’Europe il faut un permis de travail.. et tout cela est très bien, donc pourquoi pas préserver les postes non pourvus aux Libanais d’abord sans que l’on doive y déceler une once racisme.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES BULLES DE GAZ GENDRISSIMALES COMME TOUJOURS. LA LOGIQUE Y FAIT DEFAUT ! FAITES ATTENTION CAR DES LIBANAIS VIVENT ET TRAVAILLENT PARTOUT DANS LE MONDE SANS AUCUNE SORTE DE RACISME COMME IL EN EST LE CAS GENDRISSIMALEMENT.

LIBAN D'ABORD

le racism est de differencier Palestiniens et Syriens des autres etrangers
Tous les autres peuvent obtenir des permis de travail alors que ces deux nationalites ne peuvent pas le faire
le gendre ne comprend meme pas le sens du mot racism
don't il est accuse dans ce cas
LIBAN D'ABORD est le slogan le plus correct et c'est ce que veut M Bassil mais differencier les etres humains par leur nationalite, la couleur de leur peau ou meme par leur religion est du racisme

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants