Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Qui gouverne dans ce pays ?", s'interroge Joumblatt

Le leader druze fustige les "théories racistes" de Gebran Bassil et le mutisme de Saad Hariri.

Le Premier ministre Saad Hariri, le leader druze Walid Joumblatt et le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Photos Ani

Le leader druze libanais Walid Joumblatt a de nouveau critiqué samedi le compromis présidentiel "sinistre" de 2016, scellé par le chef du Courant patriotique, Gebran Bassil, et le chef du courant du Futur, Saad Hariri, devenus respectivement après l'élection de Michel Aoun à la présidence ministre des Affaires étrangères et Premier ministre. 

"Nous avons entendu les nouvelles de Deir el-Ahmar sur l'expulsion de Syriens. Nous entendons à nouveau des nouvelles de Ersal sur la destruction de tentes et de maisons. Avant cela, un ministre de premier plan (allusion à M. Bassil) nous a épaté par des théories racistes visant les Palestiniens et les Syriens", a écrit M. Joumblatt sur son compte Twitter.

Vendredi, M. Bassil s'est à nouveau prononcé en faveur d'une loi qui respecterait le préambule de la Constitution concernant le refus de l'implantation et permettrait aux Libanaises mariées à un étranger de transmettre leur nationalité à leurs enfants. En mars, le ministre avait annoncé qu'il allait présenter un projet de loi permettant aux Libanaises mariées à des étrangers, à l'exception des Palestiniens et des Syriens, de transmettre leur nationalité à leurs enfants, proposition qui avait été qualifiée de raciste par de nombreuses organisations de la société civile.

Mercredi, une violente altercation a éclaté dans le camp de fortune de Deir el-Ahmar, dans le nord de la Békaa, entre des déplacés syriens et une équipe de la Défense civile venue éteindre un incendie à l'intérieur du camp. Un volontaire de la Défense civile avait été blessé. Après cet incident, plusieurs responsables de la localité ont préconisé le démantèlement définitif du camp. Certains réfugiés ont pris la fuite de peur de représailles. Jeudi, plusieurs centaines de réfugiés syriens ont été forcés de quitter leur camp de fortune. 

Mardi, trois ONG internationales ont indiqué que les autorités libanaises ont donné en avril aux réfugiés syriens jusqu'à dimanche pour démolir tout abri qui ne serait pas construit avec des planches de bois ou des bâches en plastique dans la région d'Ersal, frontalière de la Syrie en guerre.



"Qui gouverne dans ce pays et quelle est la position du Premier ministre ? Ou alors, tout ce qui se passe entre dans le cadre du compromis sinistre ? Allons-nous les envoyer en Syrie où ils seront éliminés ?", a poursuivi le leader druze.

Au Liban, les formations s'opposant au régime syrien prétendent que Damas s'en prend aux réfugiés syriens qui rentrent dans leur pays. 

Ces derniers jours, les relations entre le CPL et le Futur se sont tendus, notamment après des déclarations du leader du parti aouniste qui avait affirmé que "le sunnisme politique est né sur le cadavre du maronitisme politique". L’attaque terroriste perpétrée lundi soir à Tripoli est venue rajouter de l’huile sur le feu.

Alors qu'il avait pris fait et cause 48 heures plus tôt pour Saad Hariri dans cette polémique entre le CPL et le Futur, M. Joumblatt s'en est pris vendredi au chef du gouvernement au sujet de la crise qui secoue la municipalité de Chehim, un gros village sunnite de l’Iqlim el-Kharroub.

M. Bassil a répondu samedi soir aux accusations de racisme. "Certains nous accusent de racisme parce que leur appartenance libanaise n'est pas assez forte pour qu'ils comprennent ce que nous ressentons", a-t-il déclaré dans un discours prononcé lors de la deuxième journée de la 6e édition de la conférence Lebanese Diaspora Energy (LDE) au BIEL de Furn el-Chebbak. "Il est naturel que nous défendions la main d'oeuvre libanaise avant une autre. Les Libanais avant tout !", a lancé le ministre, avant d'ajouter : "certains ne comprennent pas que notre libanité est au-dessus de tout. Notre appartenance libanaise est une appartenance à une civilisation, une histoire et une nation"



Lire aussi

Le clin d’œil de Bassil aux Kataëb : discours de circonstance ou initiative sérieuse ?

Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé

Mobilisation politique sunnite autour de Hariri

Le CPL et le Futur tentent de calmer le jeu

Le compromis présidentiel vacille une fois de plus...



Le leader druze libanais Walid Joumblatt a de nouveau critiqué samedi le compromis présidentiel "sinistre" de 2016, scellé par le chef du Courant patriotique, Gebran Bassil, et le chef du courant du Futur, Saad Hariri, devenus respectivement après l'élection de Michel Aoun à la présidence ministre des Affaires étrangères et Premier ministre. "Nous avons entendu les nouvelles...

commentaires (6)

ET DES ABRUTIS... CA VA SANS DIRE !

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

19 h 03, le 09 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • ET DES ABRUTIS... CA VA SANS DIRE !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    19 h 03, le 09 juin 2019

  • "Qui gouverne ce pays?" Bonne question! Gibran Bassil? Hassan Nasrallah? En tous cas, sûrement pas Saad Hariri!

    Yves Prevost

    07 h 09, le 09 juin 2019

  • Pour être nationaliste, il faut une nation forte. Le Liban est de moins en moins une nation et il est de plus en plus faible. Grâce à qui ? À nos politiciens qui sont de plus en plus corrompus et médiocres. A la trappe, tous !

    TrucMuche

    00 h 01, le 09 juin 2019

  • Qui gouverne dans ce pays ? Tous et personne, le Liban est comme le "Titanic", tant qu'il n'y a pas d'iceberg, tout va bien. L'iceberg viendra du Golfe Persique en temps opportun. De l'Histoire : Le "Titanic" a sombré 14 avril 1912 en heurtant un iceberg dans l'Atlantique-Nord. La catastrophe avait fait 1500 victimes dont un nombre de Libanais originaires de Hardine et Beit-Kassab qui allaient aux Etats-Unis.

    Honneur et Patrie

    20 h 34, le 08 juin 2019

  • L,ANARCHIE BIEN SUR !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    19 h 54, le 08 juin 2019

  • "Allons-nous les envoyer en Syrie où ils seront éliminés". Walid Joumblatt fils de Kamal. Tout d'abord, il ne sert à rien de ressasser la sinistrose là où elle n'existe pas, la Syrie n'a jamais éliminé ses déplacés à leur retour chez eux. Supposer, "la samah Allah" que c'est vrai, le Liban avec 10452 km2 et 4 millions d'habitants, est il obligé d'accueillir 1500000 déplacés syriens, tandis que la Syrie a une superficie de 185180 km2 soit 18 fois celle du Liban ? Je prie Walid Joumblatt de me répondre. D'avance Merci.

    Honneur et Patrie

    19 h 49, le 08 juin 2019

Retour en haut