X

Liban

« Au lieu d’imposer une taxe sur le narguilé, mieux vaut appliquer la loi ! »

Austérité

Dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour réduire le déficit budgétaire, il a été question d’imposer une taxe de 1 000 LL sur la chicha. Ce qui a suscité l’indignation à la fois des fumeurs et des défenseurs de la loi antitabac.

Nada MERHI | OLJ
23/05/2019

« C’est une blague ou quoi ! Au lieu d’appliquer la loi antitabac, ils viennent légaliser le narguilé en imposant une taxe de 1 000 livres libanaises sur chaque chicha consommée ! » La décision du gouvernement d’exiger cette taxe prise dans le cadre des propositions soumises en Conseil des ministres – qui continue d’examiner l’avant-projet de budget pour l’année en cours – pour réduire le déficit du PIB n’a pas manqué de soulever la colère. D’abord, celle des adeptes de ce mode tabagique qui se sentent personnellement visés, « puisqu’on vient puiser l’argent de leurs poches en touchant à l’une des principales activités de divertissement dont ils disposent » et qui n’ont pas manqué de critiquer le gouvernement, l’appelant à les « laisser tranquilles » et à trouver « d’autres sources de rentrées pour réduire le déficit budgétaire ». Mais aussi et surtout celle des farouches défenseurs de la loi 174 de lutte antitabac, votée en 2011 et entrée en vigueur le 3 septembre 2012, mais qui tarde encore à être appliquée dans les lieux publics.

Atef Majdalani, ancien président de la commission parlementaire de la Santé et l’un des artisans de la loi, ne cache pas son amusement, encore moins son indignation. « C’est un scandale, lance-t-il. Avant d’imposer une taxe, qu’on applique la loi, laquelle permet d’assurer des rentrées largement supérieures à la taxe. D’abord, à travers les procès-verbaux dressés à l’encontre des contrevenants. Mais surtout parce que la lutte contre le tabac permet de baisser la facture de santé. En fait, le traitement du cancer coûte à l’État plus de 350 millions de dollars par an. » « Cette loi a été élaborée pour préserver la santé du citoyen, insiste-t-il encore. D’où l’importance de l’appliquer. Or le ministre du Tourisme s’y oppose farouchement, parce qu’il estime qu’une telle mesure nuirait au tourisme ! »


(Lire aussi : Les principales dispositions prévues dans le projet de budget de 2019)


Des solutions médianes

C’est ce que confirme le vice-Premier ministre, Ghassan Hasbani, qui rappelle que l’application de la loi relève de quatre ministères : la Santé, l’Économie, l’Intérieur et le Tourisme.

Pourquoi avoir opté pour une telle mesure, alors que d’autres sources de financement auraient pu être envisagées ? « En Conseil des ministres, on a évité les décisions extrêmes et opté plutôt pour des solutions médianes », explique M. Hasbani, soulignant que les ministres des Forces libanaises ont proposé plusieurs mesures en vue d’augmenter les recettes budgétaires, mais elles ont été refusées. Au nombre de ces propositions, une augmentation de 200 milliards de livres libanaises de la somme versée annuellement à l’État par les opérateurs de téléphonie mobile, qui s’élève actuellement à près de 1 275 milliards de LL, « mais le ministre des Télécommunications s’y est opposé, sachant que ce secteur doit être privatisé, sinon il risque de péricliter encore plus ». L’augmentation de 100 milliards de LL de la somme versée à l’État par le comité temporaire pour la gestion du port de Beyrouth « a également été rejetée par le ministre concerné », note M. Hasbani.

« Nous avons aussi proposé d’augmenter les taxes sur les paquets de cigarettes, d’autant que leur prix sont excessivement bas, poursuit-il. Ils ont refusé sous prétexte que le trafic des cigarettes va augmenter. Or une étude menée, il y a plusieurs années, par le centre de lutte contre le tabac à l’Université américaine de Beyrouth a montré que même si le trafic des cigarettes augmentait de 300 %, une augmentation de 130 % de la taxe sur les paquets de cigarettes assurera une rentrée annuelle au Trésor de 200 milliards de LL. Finalement, il a été décidé d’imposer une taxe de 1 000 LL sur le narguilé, parce qu’il ne fait pas l’objet de trafic. »

M. Hasbani est toutefois sceptique : « Si on n’arrive pas à appliquer la loi de lutte antitabac, comment va-t-on contrôler les ventes de narguilé dans les cafés et les restaurants qui les proposent ? Et ceux qui les livrent ? On va certainement essayer de se soustraire au paiement des taxes. Personnellement, je me prononce pour une taxe encore plus élevée sur le narguilé pour des raisons de santé. Mais ce qui est beaucoup plus important, c’est une application ferme de la loi. Malheureusement, cette question n’est pas prise au sérieux. »


Lire aussi

L’examen du budget reporté par Hariri jusqu’à vendredi

Les plus vulnérables des Libanais seront aujourd’hui dans la rue

« Au lieu d’imposer une taxe sur le narguilé, mieux vaut appliquer la loi ! »

L’ACB consent à la taxation temporaire des importations, sous conditions

Pour mémoire

Le gouvernement veut émettre des bons du Trésor à 1 %

Enseignants : Pas de dissociation « pour l’instant » entre le public et le privé, promet le CPL

Budget 2019 : Bassil et Hasbani contraignent Khalil à revoir sa copie

« Nous arrivons à peine à boucler le mois », lancent, devant la BDL, les militaires à la retraite




À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

A quand 1000LL pour les fumeurs de Pipe? Quelle bande d'abrutis!

Georges MELKI

Le problème n'est pas dans la taxe de 1000 LL sur le narguilé: c'est parfaitement acceptable, pourvu que ce narguilé ne soit pas fumé dans un lieu clos! Celui qui veut se suicider en fumant est libre de le faire, on vend quand même des cigarettes, en écrivant dessus que le "tabac tue"! Le problème c'est d'appliquer la loi: on n'a pas le droit de fumer dans un lieu public CLOS. L'été passé, je suis rentré dans un restaurant durant la canicule: l'atmosphère empestait de fumée de narguilé! Quand je me suis plaint au proprio, il m'a dit tout simplement: "que voulez-vous monsieur, on ne peut pas leur demander de fumer dehors, il fait trop chaud"! C'est donc les non-fumeurs qui doivent sortir dehors, et supporter la chaleur, en laissant l'intérieur aux fumeurs!!! Mais "qu'est-ce qu'il y a le Liban", disait Ziad Rahbani....

Tina Chamoun

Le ministre du Tourisme, à part la première syllabe de son nom (Guid) n'a aucune mais alors aucune idée sur tout ce qui touche au tourisme de près ou de loin!

Wlek Sanferlou

Donc pour lutter contre le cancer on fait payer 1000LL par arguilé!!!
Cool! 1000 par poulet avarié, 1000 par bouffée d'air pollué, 1000 par verre d'eau nauséabonde, 1000 par nouvelle déprimante de réunion de cabinet ou mutile, 1000 par apparition tv d'un chef de parti quelconque pour raconter des quelconqueries, 1000 pour humer le nectar des pneus brûlant, etc. Le problème du cancer, si mondialement connu sera finalement éradiquer au Liban et wezz aayn'koun aux autres pays du monde...

Honneur et Patrie

Les Américains marchent sur la Lune tandis que certains Libanais fument la narguilé. Bravo continuez !

Sarkis Serge Tateossian

Very easy : Regardons du côté de la France ...

1- L'interdiction du tabac dans les lieux publics n'est absolument pas nocif au tourisme. Pourquoi ?

Car la France applique l'interdiction du tabac depuis plus de 20 ans et croyez moi le tourisme ne s'est jamais porté aussi bien ... l'année 2018 a encore été un record historique, la France a frôlé les 90 millions de touristes....malgré les gilets jaunes!
Cher Monsieur le ministre du tourisme, Monsieur Guidanian, votre argument ne marche pas (animast e)

2- Curieusement cette loi qui taxe 1000 LL (plus de 2 dollars) à chaque consommation dans des lieux publics peut s'avérer très efficace, d'une part pour faire baisser le nombre des cancers au Liban, amoindrir les frais de diverses maladies dues au tabagisme, et enfin va rapporter à l'état plus que certains ont l'air naïvement (ou sciemment) de croire

Une fois encore prenez l'exemple de la France ou d'autres pays avancés, l'augmentation forte des prix du tabac a fait diminué le nombre des fumeurs et des maladies dues à ce fléau.

Allez, à vos narguilés et ,'oubliez pas de mettre 2 dollars dans le panier...de l'état.
Le plaisir n'a pas de prix (smile)

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAITES APPEL A MBS POUR RECUPERER LES MONTANTS VOLES PAR NOS ABRUTIS ALIBABISTES ET PREPAREZ AU MOINS DEUX DOUZAINES D,HOTELS POUR ACCUEILLIR LES VOLEURS ! ON AURA PROBABLEMENT BESOIN DE TOUS LES HOTELS DU PAYS.

gaby sioufi

loi anti tabac ? C quoi ca ? connais pas , jamais entendu parle !
loi anti corruption ?
lois .... anti . .... evolution ca oui j'connais tres bien !

Stes David

On peut considérer la taxe de 1000LL comme une amende de 1000LL pour ne pas respecter la loi antitabac ...

Stes David

La loi antitabac et une taxe de 1 000 LL sur la chicha ne sont pas forcément incompatibles. Pour bien appliquer la loi antitabac on pourrait graduellement hausser la taxe pour décourager le chicha. C'est à la limite la même idée que la loi antitabac sauf que dans le cas d'une taxe on n'interdit pas, on pénalise seulement l'usage du chicha, ce qui à la limite marche peut-être mieux. C'est si on dit "on ne peut pas fumer" et on ne fait pas attention, on pourrait dire "tu peux fumer, mais tu dois payer une taxe" ce qui marche peut-être mieux.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI ON IMPOSAIT UNE TAXE SUR L,IGNORANCE ET SUR L,INCOMPETENCE TOUS NOS ABRUTIS SERAIENT CONCERNES. TOUS NOS ABRUTIS ET FONCTIONNAIRES DE L,ETAT DOIVENT FAIRE L,OBJET D,UNE LOI DE : MEN AYNA LAKA HAZA ! TRES SIMPLE. ILS ENCAISSENT UN SALAIRE. TOUT CE QU,ILS POSSEDENT EN DEHORS D,ECONOMIE DE CE SALAIRE C,EST ACQUIS DE LA CORRUPTION.

NAUFAL SORAYA

Aujourd'hui, pour un gouvernement, l'objectif d'une loi qui interdit un activité n'est souvent plus de protéger le citoyen contre un danger, mais de rapporter des millions par sa non application...

De toute façon, 1000LL est une somme ridicule et crier au scandale ("Ce qui a suscité l’indignation à la fois des fumeurs") l'est davantage...

Irene Said

Et si on imposait une méga-taxe aux 30 ministres incapables, pour chacune de leurs propositions ou décisions ridicules ?
Irène Saïd

Tina Chamoun

On se fait enfumer comme dab !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants