X

Liban

Geagea : « J’ai perdu un second père »

OLJ
13/05/2019

Le chef des Forces libanaises (FL) Samir Geagea a regretté hier la disparition du 76e patriarche maronite, le cardinal Nasrallah Boutros Sfeir, en lui consacrant une conférence de presse au siège de son parti à Meerab.

« Le patriarche résistant (…), icône de la liberté, de l’indépendance, de l’héroïsme silencieux (…) a laissé une rare leçon de résistance et de constance dans les principes, il n’a jamais fait de compromis. Il a su répondre, avec des arguments, à ceux qui tentaient de le mener là où il refusait d’aller », a affirmé le leader chrétien, en référence au rôle central du patriarche dans la lutte pacifique contre l’occupation syrienne, qui a mené à l’intifada de l’Indépendance de 2005, dont l’un des actes fondateurs a été la réconciliation de la Montagne de 2001.

Avec cette disparition, « c’est un siècle qui s’achève », l’âge du patriarche étant de l’âge du Grand-Liban, dont le patriarche Élias Hoyek a tracé les frontières (en 1920, en dépassant les limites de la Montagne), et dont le patriarche Antoun Arida a béni l’indépendance (en 1943), « avant que le patriarche Nasrallah Sfeir ne devienne le fer de lance de sa seconde indépendance » en 2005, a déclaré M. Geagea.

Le leader chrétien a également mis en avant la corrélation entre le parcours du patriarche et celui des FL dans la résistance contre la tutelle syrienne, les secondes ayant été dissoutes en 1994 et leur chef incarcéré. « Les FL ont perdu une figure de leur patrimoine. Et je viens de perdre personnellement celui qui a été pour moi un second père, m’accompagnant (en prison) par la prière (…), servant d’appui à Sethrida (Geagea), au groupe de Yassouh el-Malak (le groupe de partisans et fidèles à Samir Geagea réunis autour de son épouse après la mise au ban des FL et de leur chef) et aux jeunes traqués (par l’appareil sécuritaire libano-syrien de l’époque) qui venaient frapper à la porte du patriarche même en pleine nuit, ce dernier interrompant son sommeil pour les accueillir en père affectueux. Et c’est lui qui a tenu à inclure les FL dans la rencontre de Kornet Chehwan (rassemblement politique créé à la suite de l’appel des évêques maronites de 2000 à mettre fin à la présence syrienne) », a déclaré M. Geagea.


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants