Rechercher
Rechercher

Liban

Bassil : Il est temps qu'un budget extraordinaire soit approuvé

Les militaire à la retraite observent un sit-in devant le Grand sérail, où le gouvernement doit poursuivre l'étude du projet de budget.

Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, lors de la conférence de lancement de la conférence de la Lebanese Diaspora Energy, le 10 mai 2019. Photo Dalati et Nohra

Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé vendredi qu'un budget "extraordinaire" devait être adopté par le gouvernement, qui a poursuivi dans l'après-midi l'examen de l'avant-projet de loi de budget pour l'exercice en cours, prévoyant des mesures d'austérité ayant suscité la colère des fonctionnaires et des militaires à la retraite.

"J'ai expliqué au président Nabih Berry mes propositions concernant le budget", a déclaré M. Bassil à l'issue de son entretien à Aïn el-Tiné avec le président du Parlement. "Nous sommes d'accord sur le fait qu'il est temps pour l'Etat de trancher et qu'un budget extraordinaire doit être adopté", a-t-il ajouté. "La lutte contre l'évasion fiscale et la mise en place de vraies réformes sont deux nécessités pour convaincre l'opinion publique que nous allons vers un budget sérieux d'austérité", a affirmé le ministre, soulignant que la situation bancaire était bonne. "Il faut arrêter de creuser la dette. Si nous le faisons pas, une explosion va se produire", a-t-il prévenu.

Jeudi, le gouvernement s’est engagé à réduire davantage les dépenses de tous les ministères, de 660 à 800 millions de dollars, de sorte à aboutir à un ratio déficit public/PIB situé entre 7 et 8 %.

Lors de la conférence de Paris, dite CEDRE, en avril 2018, Beyrouth s’était engagé à baisser de cinq points de pourcentage le ratio déficit public/PIB sur une durée de cinq années consécutives. Le gouvernement avait présenté à ce moment-là un budget prévisionnel pour 2018 dont le déficit public ne dépassait pas les 9 % du PIB (alors qu’en réalité il a fini par atteindre 11,2 % cette même année), ce qui signifie que celui de 2019 devrait baisser à 8 %.

Depuis la semaine dernière, le gouvernement planche quasi-quotidiennement sur l'avant-projet de budget pour l'année en cours, qui est censé prévoir des mesures d'austérité sans précédent, ce qui a suscité la colère de nombreux fonctionnaires qui ont déjà manifesté dans la rue et se sont mis en grève pendant plusieurs jours, ainsi que celle des militaires à la retraite. Des dizaines d'entre eux se sont rassemblés ce matin place Riad el-Solh, dans le centre-ville de Beyrouth, pour afficher leur opposition à toute réduction de leur pension. Le gouvernement doit poursuivre cet après-midi l'examen du projet de budget et notamment trancher sur l’article 55 du texte qui prévoit une ponction mensuelle de 3 % sur les pensions de retraite des militaires en échange de leur couverture maladie.



Lire aussi

Purge illusoire, le billet de Gaby NASR

Budget 2019 : confusion sur les dispositions relatives aux militaires

Quels services ont été affectés par la grève de la BDL ?

Les juges décideront ce matin du sort de leur mouvement

Budget 2019 : le FMI fait « confiance » au gouvernement, assure Bteich

Budget 2019 : qui supportera le poids de l’austérité ?

Les tiroirs de la fêtel'édito de Issa Goraïeb

Lettre ouverte aux dirigeants libanais, de Médéa AZOURI



Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé vendredi qu'un budget "extraordinaire" devait être adopté par le gouvernement, qui a poursuivi dans l'après-midi l'examen de l'avant-projet de loi de budget pour...

commentaires (7)

non pas ministre bassil, non pas ! IL EST GRAND TEMPS DE COMMENCER A TRAVAILLER A MODERNISER VOS ETATS D'AMES POLITICIENNES avant tte chose. ce qui est loin d'etre encore le cas. je n'ai pas encore oui dire qu'une etude a ete faite par des experts intelligents,droits et non partisans qui a pour but d'assainir l'administraiton publique a ts les points de vue, pas entendu parler de choses serieuses a part la defense des droits des diverses communautes religieuses- LA C DU SERIEUX, ON NE RIGOLE PAS !

gaby sioufi

16 h 28, le 10 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • non pas ministre bassil, non pas ! IL EST GRAND TEMPS DE COMMENCER A TRAVAILLER A MODERNISER VOS ETATS D'AMES POLITICIENNES avant tte chose. ce qui est loin d'etre encore le cas. je n'ai pas encore oui dire qu'une etude a ete faite par des experts intelligents,droits et non partisans qui a pour but d'assainir l'administraiton publique a ts les points de vue, pas entendu parler de choses serieuses a part la defense des droits des diverses communautes religieuses- LA C DU SERIEUX, ON NE RIGOLE PAS !

    gaby sioufi

    16 h 28, le 10 mai 2019

  • MR LE GENDRE PORTEZ PLAINTES POUR DES DOCUMENTS SUBTILISES PORTEZ PLAINTES CONTRE DES BLOGUEURS QUI NE PENSENT PAS COMME VOUS INFORMEZ LES LIBANAIS QU'ON LEUR PRENDRA 15% DE LEUR SALAIRE AVANT MEME QUE LE BUDGET NE SOIT ETUDIE MAIS SURTOUT NE FAITES PAS UNE ENQUETE A LA SUITE DU GASPILLAGE DE L'EDL ET DES PROBABLES COMMISSIONS PAYEES SUR CE DOSSIER ET SUR PLEIN D'AUTRES VOUS ETES EXAMPLAIRE ET TOUS LES AUTRES SONT DES VOYOUX QUINZE ANS DE GUERRE ET QUINZE ANS D'OCCUPATION N'ONT PAS FAIT PLIER LES LIBANAIS , VOUS NE REUSSIRAI PAS A LES FAIRE PLIER SOYEZ S'IL VOUS PLAIT AVEC EUX PAS CONTRE EUX EN PENSANT TOUJOURS LIBAN D'ABORD

    LA VERITE

    15 h 44, le 10 mai 2019

  • Eh bien voilà: donnez à cinq ou six ministrables environ 6 ministères à gérer chacun...et de belles économies seront faites côté budget ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 38, le 10 mai 2019

  • Gebran Bassil, successeur-héritier du CPL fondé par Michel Aoun. Il est en même temps, ministre des Affaires étrangères, ministre des Armées, ministre de l'Economie et des Finances, ministre de l'Education nationale, ministre de l'Intérieur... en un mot il est le ministre touche-à-tout. A-t-on vu en France, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, se mêler du budget de l'Etat français ? N'y a-t-il pas de limites à la gloutonnerie des pouvoirs ?

    Honneur et Patrie

    15 h 01, le 10 mai 2019

  • COMME D'HABITUDE, BASSIL DONNE DES LEÇONS ET PREND LA PLACE DU HARIRI.

    Gebran Eid

    14 h 52, le 10 mai 2019

  • LE GENDRE NE PERD PAS UNE OCCASION POUR ETALER SA DEMAGOGIE AU GRAND JOUR. IL FOURRE LE NEZ DANS LES AFFAIRES DE TOUS LES AUTRES MINISTERES ET PARLE DE LEURS PROBLEMES ET DE LEURS PROJETS AVANT LES MINISTRES EN CHARGE. LA DEMAGOGIE DE L,EXTREME. ON VOUDRAIT LE VOIR PARLER D,INVESTIGATION SERIEUSE DANS L,AFFAIRE DES BARGES TURQUES ET DE POURSUITE DES RESPONSABLES POUR CE MEGA SCANDALE. VOILA UN ARTICLE QUE MADAME SCARLETT HADDAD DEVRAIT TRAITER AU LIEU DES ENCENSEMENTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 28, le 10 mai 2019

  • "Lutter contre l'évasion fiscale et la mise en place de vraies réformes sont deux nécessités pour convaincre l'opinion PAS UN MOT SUR LES COMMISSIONS ET LA CORRUPTION GENERALISE DANS LE PAYS EVIDEMENT Une question : il est apparu que nous achetons le petrole pour les bateaux pour l'electricite a travers des importateurs locaux mais on doit leur payer AVANT QU'IL NE DECHARGE le petrole pouquoi le liban n'achete pas directement ce petrole et ces agents recoivent-ils un tres grand profit qu'ils distribuent probablement a ceux qui leur ont attribute ce contrat? Je ne suis certain de rien mais c'est telleemnt evident que tant que personne n'est autorise a verifier ces contrats le doute persistera et avant de baisser les salaires peut etre faut il arreter ces commissions et revoir TOUTES LES ADJUDICATION DONNEES DEPUIS DES ANNEES voila ou on peut economiser bien plus que dans la poche des employes ( meme si il faut pour quelques annees y puiser quand meme)

    LA VERITE

    14 h 26, le 10 mai 2019