X

Liban

Hariri ne se récusera pas, mais pourrait prendre des décisions courageuses d’ici la fin du mois

Éclairage
29/01/2019

« Le gouvernement ne risque pas de voir le jour de sitôt, tant qu’aucune solution à la crise syrienne ne se profile à l’horizon. » C’est ce qu’affirment des parties politiques informées qui soutiennent que les tentatives du Premier ministre désigné, Saad Hariri, se heurtent à l’entêtement des forces politiques du 8 Mars, voire au durcissement de leurs positions conformément à leurs alignements extérieurs.

On se demande ce qu’annoncera dans ce cadre M. Hariri, alors que prennent fin les concertations qu’il a menées à l’issue du sommet économique arabe qui s’est déroulé à Beyrouth, le 20 janvier dernier. Selon certains milieux politiques, il est hors de question que Saad Hariri se récuse bientôt, pour jouer un rôle d’opposition. Ceux qui persistent à promouvoir une telle possibilité cherchent à écarter du Sérail le président du Conseil, à semer la zizanie entre le régime Aoun et M. Hariri, à détruire définitivement les piliers du mandat, donc à mettre fin au compromis présidentiel et à porter atteinte à la formule d’entente qui en a découlé. Les parties politiques proches de la Syrie auraient alors les coudées franches pour prendre le pouvoir et annoncer le positionnement définitif du Liban dans l’axe de la résistance, autrement dit le camp irano-syrien.

Même si sa dernière tentative se soldait par un échec, le Premier ministre désigné poursuivra sa mission. Il pourrait alors décider, selon les milieux politiques précités, « de réactiver le gouvernement chargé des affaires courantes, plus particulièrement sur le plan des réformes économiques, afin de limiter les dégâts et de préserver la confiance internationale envers le Liban », comme l’a conseillé le sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires politiques, David Hale, lors de sa récente visite au Liban, à la mi-janvier.

En effet, les dernières consultations menées par Saad Hariri, qui ont débouché sur une première réunion avec le président du Parlement, Nabih Berry, suivie d’une réunion avec les forces politiques, ont montré que les parties politiques non seulement s’accrochent fermement à leurs positions, mais elles s’entêtent jusqu’à refuser de faire des concessions ou d’accepter une révision de la distribution des portefeuilles.


(Lire aussi : Vers une « normalisation » par la remise à flot du cabinet sortant ?)


Les accusations portées par certaines parties du 8 Mars contre M. Hariri ont d’ailleurs été interprétées par le Premier ministre désigné comme autant de provocations destinées à le priver de ses prérogatives, à limiter même ses pouvoirs dans la formation du gouvernement, comme c’était le cas avant Taëf. Le président du Conseil a aussitôt réagi. Il a dénoncé les forces qui paralysent le processus et a expliqué que sa mission se heurtait à un mur de refus et au durcissement des positions. Car à travers leur positionnement, ces forces politiques tentent d’imposer leur agenda régional au Liban, de rejeter la politique de distanciation et de neutralité de l’État face aux conflits régionaux, préconisée par la déclaration de Baabda.

Lors de l’interview télévisée qu’il a donnée le week-end dernier, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a montré aux Libanais son alignement extérieur (iranien) et non libanais. Preuve en est, le leader chiite a consacré le plus clair de l’interview à parler de dossiers extérieurs, sans accorder l’attention nécessaire aux dossiers libanais, à la formation du gouvernement. Sur ce point, il s’est contenté de dire que la raison pour laquelle le gouvernement n’est pas formé est l’absence d’accord sur deux points, la représentation des sunnites du 8 Mars et la distribution des portefeuilles. Sans présenter la moindre concession susceptible de faciliter le processus.

Les informations optimistes qui ont circulé sur la formation imminente du nouveau cabinet sont d’ailleurs infondées. Elles ne sont bâties sur aucune avancée concrète. Ce ne sont que des rumeurs véhiculées par une partie politique destinées à limiter l’impact de la récente décision de l’agence de notation américaine Moody’s de dégrader la note souveraine du Liban, par peur de répercussions sur la situation économique du pays.

La dernière tentative de Saad Hariri a reçu le soutien du chef du législatif Nabih Berry et du leader druze Walid Joumblatt. Les deux personnalités se sont dit prêtes à soutenir le processus de redistribution des portefeuilles, dès qu’une issue est trouvée au problème de la représentation des sunnites du 8 Mars. Sauf que ces pourparlers ont buté sur l’entêtement de certaines parties. Le Courant patriotique libre ne s’est en effet pas désisté du tiers de blocage. Et les trois rencontres à Paris entre le chef du CPL Gebran Bassil et Saad Hariri n’ont abouti qu’à un échec de la solution envisagée de redistribuer les portefeuilles. Parallèlement, le Premier ministre a rencontré à Paris le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Mais ce dernier avait déjà fait assez de concessions, comme l’a souligné le Premier ministre. Face au durcissement, Saad Hariri se donne jusqu’à la fin du mois pour faire part de sa décision. « Une décision courageuse et peu traditionnelle liée à la formation du gouvernement », selon les mêmes milieux politiques. Mais qu’il n’a toujours pas dévoilée.




Lire aussi

La guerre verbale se corse entre Amal et le CPL

Dans la forme et le fond, des messages de Nasrallah dans plusieurs directionsle décryptage de Scarlett Haddad

Le gouvernement libanais dans la tourmente des enjeux régionaux et internationaux

Gouvernement : non content de bloquer la situation, le Hezbollah appelle... à la prière

La déclaration musclée de Le Drian : un message français au Hezbollah ?

Gouvernement : les sunnites du 8 Mars douchent l’optimisme de Hariri et de Bassil

Gouvernement : de l’optimisme à nouveau dans l’air, mais toujours rien de concret

Gouvernement libanais : qu'est-ce qui bloque, encore, aujourd'hui?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MIROIR ET ALOUETTE

Petite remarque qui servira de leçon de comment lire entre les lignes....ne se recusera pas, mais.....ça veut dire se recusera et puis c'est tout.

Le Liban aligné à l'axe irano-SYRIEN va ajouter une nouvelle victoire à son blason, sur les forces obscurs du complot de l occident auxquelles sont arrimées des forces locales, elles aussi défaites.

Tjrs le torturé(e) de quelqu'un, ne jamais l'oublier.

Tina Chamoun

Il lui faut tout ce temps pour prendre son courage à 4 mains, 17 pieds et mille têtes ? Ah oui, la fin du mois c'est dans 2 jours. Courage, Saad!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA FIN DU MOIS EST APRES DEMAIN !
IL EST BIZARRE QU,ON VOIT LE PAYS SE DESINTEGRER ET QUE CHACUN RESTE SUR SES POSITIONS SANS AUCUNE CONCESSION POUR FACILITER LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ET PARTANT SAUVER L,ECONOME ET LES FINANCES DU PAYS, DONC LE PAYS !
BANDES DE VAURIENS ET DE VENDUS !

Irene Said

"...Hassan Nasrallah...a montré aux Libanais son alignement extérieur iranien, et non libanais..."

Cela on l'a compris depuis longtemps !

Pauvre Liban vendu et trahi par ceux qui se prétendent libanais et "résistants" ainsi que leurs adeptes inconditionnels non-complexés et de première catégorie et...très civilisés !
Irène Saïd

M.E

Hariri a une raison particulièrement énorme de se récuser et c'est l'énormité de ses conflits d'intérêts, pas comme tout le monde (bien plus que tout le monde) parce qu'il a tellement d'intérêts financiers pas nécessairement déclarés et qui peuvent l'empêcher de décider sereinement ou de s'opposer aux conflits d'intérêts des autres, mais surtout parce qu'aux dernières nouvelles le Liban a encore une frontière avec la Syrie de l'ignoble Bachar et que son contentieux avec lui (euphémisme) fait qu'il ne peut pas gérer sereinement la relation du Liban avec la Syrie.

MIROIR ET ALOUETTE

Allez Saad fait pas ta chochotte, aligne toi à l'axe de la résistance face aux usurpateurs.

Sois libanais et oublie la bensaoudie.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants