X

À La Une

Israël affirme avoir localisé tous les tunnels du Hezbollah et poursuit la construction de son mur frontalier

Liban

L'ambassadeur de l’État hébreu à l'ONU menace les habitants du Liban-Sud de représailles israéliennes contre les "violations du Hezbollah."

OLJ/Agences
13/01/2019

L'armée israélienne a affirmé dimanche avoir découvert un dernier tunnel creusé par le Hezbollah dans le but, selon elle, de mener des infiltrations sur son sol, annonçant la fin prochaine d'une opération débutée en décembre, tandis que ses soldats poursuivaient l'édification du mur frontalier avec le Liban, au niveau de la localité de Adaïssé. 

"Nous avons trouvé un autre tunnel d'attaque du Hezbollah sous la frontière entre le Liban et Israël", a affirmé à des journalistes le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée. "Selon notre évaluation, il n'y a plus d'autre tunnel transfrontalier", a-t-il ajouté.

L'entrée du dernier tunnel localisé, le sixième connu, se trouve dans le village libanais de Ramyeh, situé à 800 mètres au nord du territoire israélien. S'étendant sur plusieurs dizaines de mètres en Israël et creusé à 55 m sous terre, il s'agit du tunnel le plus profond, "le plus long et le plus complet" de tous ceux découverts par l'armée depuis le lancement le 4 décembre de l'opération "Bouclier du Nord", a avancé le porte-parole.

Selon Israël, ces tunnels devaient servir au Hezbollah pour enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et pour s'emparer d'une frange du territoire israélien en cas d'hostilités. "Nous avons atteint l'objectif initial que nous nous étions fixé", qui était de découvrir et détruire les tunnels, a ajouté le lieutenant-colonel Conricus, précisant que le dernier tunnel serait détruit dans les prochains jours. Les tunnels découverts précédemment ont été détruits à l'aide d'explosifs ou bouchés avec des matériaux étanches.

Israël a affirmé que toutes les interventions de son armée avaient eu lieu sur son territoire depuis le début de l'opération le long de la frontière, longue de 80 km. L'armée continue de surveiller des "installations" creusées par le Hezbollah en territoire libanais, a encore dit M. Conricus.

Lors d'une visite dimanche après-midi près de la frontière israélo-libanaise, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité du succès de l'opération contre les tunnels du Hezbollah. "Une sérieuse menace a été supprimée", a-t-il affirmé, selon un communiqué de son bureau. "Le plan opérationnel du Hezbollah d'utiliser les tunnels pour faire pénétrer entre 1.000 et 2.000 combattants en Galilée et prendre des localités...nous l'avons empêché et nous continuerons de l'empêcher", a-t-il dit. Les responsables de la Finul, la Force intérimaire de l'ONU déployée dans le sud du Liban, ont été informés de la découverte du dernier tunnel, a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Israël poursuit la construction du mur frontalier, le Liban porte plainte devant l'ONU)


Le mur frontalier
La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et Israël remonte à 2006 quand 33 jours de guerre avaient fait 1.200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le parti chiite, visé après l'enlèvement de deux soldats israéliens.

Le porte-parole de l'armée a réaffirmé qu'Israël tenait le gouvernement libanais pour responsable "de tout acte de violence ou de toute violation de la résolution 1701 de l'ONU", qui a mis fin à la guerre de 2006. Israël construit actuellement un mur le long de la frontière pour stopper d'éventuelles tentatives d'infiltration du Hezbollah, seul mouvement à ne pas avoir été désarmé après la guerre civile ayant ravagé le Liban de 1975 à 1990.

Le chef de la sécurité générale libanaise, Abbas Ibrahim, a de son côté indiqué dimanche avoir rencontré le sous-secrétaire d'état américain aux Affaires politiques David Hale, arrivé la veille, pour évoquer "les tensions le long de la frontière suite à la construction par l'ennemi israélien d'un mur de séparation dans les zones frontalières disputées". M. Hale doit s'entretenir lundi matin à 9h30 avec le chef de l'État, Michel Aoun, au palais présidentiel de Baabda.


(Lire aussi : Les tunnels entre le Liban et Israël datent de plusieurs années, selon Abbas Ibrahim)


Parallèlement, au niveau de la localité frontalière de Adaïssé, dans le caza de Marjeyoun, l'armée israélienne poursuivait dimanche l'édification de son mur frontalier, composé de hauts parpaings de béton, selon l'Agence nationale de l'information (Ani, officielle).

L'objectif à terme de l’État hébreu est d'ériger un mur le long des 130 kilomètres de frontière, afin d'empêcher toute incursion terrestre du Hezbollah sur son territoire. Mais selon les autorités libanaises, les blocs de béton placés par l'armée israélienne passent sur certains points se trouvant du côté libanais de la frontière.  

Réagissant à la reprise, jeudi, de cette construction, et faisant suite à une décision dans ce sens prise par le Conseil supérieur de la défense, la représentante permanente du Liban à l'ONU, Amal Moudallali, a déposé une plainte devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Le texte de cette plainte affirme qu'"Israël a commis une nouvelle violation contre la souveraineté libanaise en poursuivant la construction d'un mur et d'autres installations en territoire libanais, sur des points de la Ligne bleue revendiqués par le Liban, à la hauteur du kibboutz de Misgav Am". Cette construction viole donc, selon Mme Moudallali et les autorités libanaises, la résolution onusienne 1701, qui avait mis fin à la guerre de juillet 2006 entre Israël et le Hezbollah. "Le Liban reste résolu à défendre chaque centimètre de son sol et de ses eaux", poursuit la plainte, dans laquelle le Conseil de sécurité est exhorté à prendre ses responsabilités pour mettre immédiatement un terme aux violations israéliennes.

La réaction israélienne à cette plainte ne s'est pas fait attendre et l'ambassadeur de l’État hébreu à l'ONU, Danny Danon, a répliqué qu'"au lieu de déposer de fausses plaintes, il est temps pour le Liban de relever ses manches et de résoudre la question des violations du Hezbollah". Il a souligné que ces violations "peuvent mener les habitants du Liban-Sud à payer un prix très élevé". "Israël continuera à mener des opérations de défense sur son propre territoire et contrecarrera toute menace envers sa population civile". 

Votée en août 2006, la 1701 a permis de mettre fin à la guerre de juillet 2006, la dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et Israël, qui avait fait 1.200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le parti chiite. La 1701 stipule que le Liban doit étendre son autorité à l’ensemble de son territoire, conformément aux dispositions des résolutions 1559 (2004) et 1680 (2006) et de l’accord de Taëf. Le texte réaffirme le respect de la Ligne bleue et indique qu’aucune force armée, à part l’armée libanaise et la Finul, ne doit se trouver au sud de la rivière Litani.


Pour mémoire
Une usine à Kfar Kila reliée à un tunnel qui traverse la frontière avec Israël, affirme la Finul

"La résistance contre Israël est la seule solution", affirme le numéro deux du Hezbollah

Les menaces israéliennes et la lecture du Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD

Dans la zone frontalière sous l’emprise du Hezbollah, on veut « provoquer Israël »

Le Liban salue son nouveau héros, l'officier qui a ordonné à l'armée israélienne de reculer

Guterres tire la sonnette d’alarme sur les armes illégales du Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Sans rentrer dans les détails de l’innocente victime et du monstrueux bourreau, mais il est amusant de réaliser les absurdités et inepties qui sévissent dans notre région...
D’un seul coup, iraniens et Hezbollah vont guerroyer pour sauver leur héros syrien, le boucher de Damas, qui a une zone importante de son pays, le Golan, occupé par le bourreau israélien depuis plus de 30 ans sans qu’il y ait eu un seul coup de feu échangé depuis ni de résistance nationale...là, pas de problème...
Alors que chez nous, une petite ferme de Chebaa devient un prétexte pour armement massif d’une milice supra-nationale qui veut la libérer et, tant qu’à faire, libérer Jérusalem tant qu’on y est: vous me parlez d’une pauvre victime qui n’ a d’autre but que se défendre seulement contre un monstre sanguinaire!
Deux poids, deux mesures...
Allez donc bâtir vos tunnels dans le Golan et guerroyer avec les syriens pour recouvrer leurs territoires aussi si vous êtes conséquents avec vous-mêmes et arrêtons cette rhétorique guerrière qui finira par détruire le Liban.

L’azuréen

Et bien comme cela la victime pourra creuser ses tunnels et jouer à la taupe depuis la Syrie et l’Iran . Et on s’attardera plus à l’intérieur des frontières du Liban , avec ses problèmes internes et ses urgences internes Libano libanaises ....comme la formation du gouvernement et par conséquent la lutte contre la corruption, les problèmes cruciaux économiques et sociaux, les défis écologiques, les rentrées et les réformes fiscales au lieu de quémander à droite et à gauche , la santé ....

AIGLEPERçANT

Mais comment est il possible que en tant que LIBANAIS, aimant ce pays et militant tous les jours pour le bien être de ses occupants et occupantes, on puisse aussi facilement et sans état d'âme, toujours dans ses commentaires, renvoyer dos à dos le bourreau et SA VICTIME.

INCROYABLE CE COMPLEXE DE COMPLEXÉE.

Wlek Sanferlou

Dans une des scènes de Monty Python, un chevalier noir défie au combat le chevalier principal et son compagnon. Après un court duel où il perd ces jambes et ses bras le chevalier noir continue a défier en criant après ses vainqueurs pour qu'ils restent pour finir la bataille qu'il a sûrement perdu sans vouloir, par orgueil ou par obscurantisme, le reconnaître...

On s'est sûrement mis dans la position de ce pauvre chevalier noir et moultes jours passeront avant qu'on s'en rendent compte...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NAIFS S,ILS CROIENT AVOIR LOCALISE ET DETRUIT TOUTES LES GALERIES...

Irene Said

Et la danse du tango entre les deux ennemis qui ne peuvent pas se passer l'un de l'autre continue pour le plus grand plaisir de leurs admirateurs respectifs !
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

C'est tout?

Si ces menaces d'israel ne devaient tenir qu'à ça, mais continuez à le faire, ne vous genez surtout pas, bandes de POLTRONS.

Et puis vous savez quoi, 6 tunnels seulement ?
C'est pas vrai , creusez fouillez bechez ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse.

Pôv POLTRONS va!

Tina Chamoun

Le Hezb vous a bien distraits avec ces tunnels hahahaha...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants