X

À La Une

"On est toujours en galère": des "gilets jaunes" témoignent

France

"On se battra tant qu'on n'aura pas gain de cause", appuie Daisy. "On se serre la ceinture pour nos petits".


OLJ/AFP/Céline AGNIEL et Alexandre HIELARD
16/12/2018

"Toujours en galère" : un mois après le début du mouvement des "gilets jaunes" contre la hausse de la pression fiscale et pour le pouvoir d'achat, les manifestants continuaient samedi de crier leur colère contre le président Emmanuel Macron. Voici quelques témoignages recueillis à Paris :

Monaem Zarhouni: "on avance à reculons" "Je suis venu pour participer mais tranquillement, dès que ça casse, je me tire", prévient ce chômeur de 43 ans, père de deux enfants. "Avec ma femme, au chômage aussi, on n'a que 700 euros par mois pour vivre, c'est dur, on est toujours en galère", dit cet habitant d'Orléans (centre).

"Il y a 20 ans, sans heures supplémentaires, on pouvait gagner l'équivalent de 2.000 euros. Aujourd'hui, on avance à reculons". "C'est dur pour nos enfants. Ils n'ont même pas de lit pour dormir, ils ont deux vieux matelas au sol. Quand on vit sous le seuil de pauvreté, les courses, c'est toujours au compte-gouttes".


Anthony Deveze et Daisy Villon: se battre encore "On ne finit pas toujours les mois. Nos parents nous aident pour les courses, nous prêtent un peu d'argent", explique Anthony, 24 ans. Le couple qui a deux enfants de 3 ans et 6 mois, loue une maison pour 800 euros et a un crédit automobile de 200 euros.

"Je travaille à 30 km, on vit à la campagne, je n'ai pas d'alternative", explique Anthony. "Et si on déménage en ville, on s'éloigne de ma belle-mère qui nous garde les enfants parfois. Une nounou, c'est trop cher pour nous", ajoute Daisy, 23 ans, qui a perdu son emploi d'animatrice dans le périscolaire. "Ce qu'a dit Macron, ça ne nous concerne pas, on ne touche pas la prime d'activité. On veut une hausse générale des salaires et une baisse des charges pour les petites entreprises", ajoute Anthony, intérimaire dans l'industrie pharmaceutique.

"On se battra tant qu'on n'aura pas gain de cause", appuie Daisy. "On se serre la ceinture pour nos petits". Le couple ne s'offrira pas de cadeaux pour Noël: "c'est trop compliqué de se faire plaisir, on s'offrira des câlins".



(Lire aussi : Du Liban à la Serbie : les "Gilets jaunes" français inspirent)



René Dambron: "la politique, on la subit" "Dans les bons mois, je gagne jusqu'à 3.000 euros. Mais de juin à septembre, c'est zéro. Heureusement que j'ai le RSA activité (aide sociale pour les bas revenus, ndlr) car je ne m'en sortirais pas", dit ce graphiste indépendant venu pour son troisième samedi consécutif.

"Macron, entre ce qu'il a dit lundi et rien, c'est à peu près pareil. Aujourd'hui, la politique on la subit. Avec le référendum d'initiative citoyenne (une proposition des "gilets jaunes", ndlr), c'est le peuple qui décidera". "J'ai connu mai 68, depuis on ne fait que perdre nos acquis sociaux" estime-t-il. "J'ai 5 enfants et 6 petits-enfants, c'est pour eux que je me bats".


Blandine, assistante sociale: "salaires trop bas" "Moi, je suis là pour les salaires et la casse des services publics. Je suis assistante sociale. Les services publics sont complément détériorés, c'est un truc qui nous impacte. Je gagne 1.450 euros et ça fait 4 ans que je bosse dans cet hôpital".

"Les salaires sont trop bas, ils ne permettent pas de vivre. Travailler plus, très bien, mais si c'est pour gagner des miettes en plus et se détruire la santé, non.... J'ai des collègues qui ont craqué. Plus d'une..."



Lire aussi

Virage serré, l'éditorial d'Issa Goraieb

Les Gilets jaunes aux Tuileries : derrière le symbole, l'édito d’Émilie Sueur

Démocratie en péril ?, le commentaire d'Anthony Samrani

"Gilets jaunes" : des concessions jugées insuffisantes pour apaiser la colère

Annonces de Macron : Une équation budgétaire à 15 milliards d’euros

Les « gilets jaunes » s’invitent au sommet climatique de Katowice

« Nous sommes le 8 décembre, je n’ai déjà plus rien » : paroles de Gilets jaunes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

HABIBI FRANCAIS

Vraiment terrible de voir qu en France la population vit comme en amerique latine ou pire encore....merci a la mondialisation ....quelle tristesse de voir la decheance de son pays.......par contre la Chine va de mieux en mieux chaque annee....il faut un Trump en Europe!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST L,ANARCHIE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants