X

Liban

Tunnels du Hezbollah : la diplomatie continue de prévaloir

Liban-Sud

« Les États-Unis nous ont communiqué la position d’Israël qui affirme ne pas avoir d’intentions belliqueuses » à l’égard du Liban, affirme Michel Aoun.

OLJ
12/12/2018

Malgré l’annonce par Israël de la mise au jour d’un troisième tunnel creusé par le Hezbollah et les menaces du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, adressées au parti chiite si jamais ce dernier se décidait à attaquer l’État hébreu, la diplomatie continue de prévaloir et rien pour le moment ne laisse entrevoir un quelconque dérapage au Liban-Sud.

Les contacts politiques et diplomatiques se sont intensifiés hier avec une tournée du commandant en chef de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), le général Stefano del Col, et de plusieurs diplomates auprès du président de la République, Michel Aoun, du chef du Parlement, Nabih Berry, et du commandant de l’armée, Joseph Aoun. Après avoir rencontré MM. Aoun et Berry, le général del Col a assuré avoir mis ces derniers au courant de sa récente visite à Metulla (doigt de la Galilée), « où des experts de la Finul se sont assurés de la présence d’un tunnel », la semaine dernière. « Hier, un groupe de la Finul a vérifié la présence d’un deuxième tunnel situé au nord du premier, dans la même localité », a-t-il dit. « La Finul travaille en coopération avec les parties concernées, que ce soit au niveau technique ou de la direction, pour s’assurer que tous les éléments sont traités de façon objective et conformément à la résolution 1701 » du Conseil de sécurité, a jouté M. del Col.


(Lire aussi : Frontière sud : L’État ose-t-il demander des explications au Hezbollah ?)


« Le Liban aime la paix »
Le chef de l’État a pour sa part réitéré l’attachement du Liban à la résolution 1701 et a dit attendre les résultats de l’enquête menée par l’armée libanaise et la Finul au sujet des tunnels. « Le Liban est un pays qui aime la paix et qui travaille à l’instaurer, malgré les violations israéliennes répétées des résolutions de l’ONU », a-t-il dit. « Les États-Unis nous ont communiqué la position d’Israël qui affirme ne pas avoir d’intentions belliqueuses » à l’égard du Liban, a également affirmé le président Aoun, lors d’une conférence de presse conjointe au palais de Baabda en début d’après-midi avec son homologue autrichien, Alexander Van der Bellen, arrivé lundi à Beyrouth pour une visite officielle de trois jours. « Le Liban non plus n’a pas d’intentions belliqueuses et la paix à la frontière n’est pas menacée. »

M. Berry a pour sa part assuré « attendre toujours d’être informé sur la localisation exacte » desdits tunnels, à l’issue d’une rencontre avec le président autrichien. « En même temps, nous insistons sur l’application de la 1701 qui exige qu’il n’y ait pas de violation d’un côté ou de l’autre, alors qu’il y a 150 à 160 violations israéliennes par mois », a-t-il souligné.

De son côté, le général Antonio Romero Losada, commandant du secteur est de la Finul, s’est rendu au sérail de Nabatiyé où il s’est réuni avec le mohafez de la région, Mahmoud Maoula. M. Losada a assuré que « la situation sécuritaire le long de la ligne bleue est très bonne ». « En principe, nous n’avons pas repéré d’action violente qui pourrait provoquer une escalade », a-t-il dit.

L’ambassadeur de France à Beyrouth, Bruno Foucher, s’est, par ailleurs, entretenu hier avec le président Aoun et le commandant de l’armée. Les discussions ont porté sur les tunnels découverts à la frontière, ainsi que sur la formation du gouvernement et les relations bilatérales.

Sur un autre plan, les ambassadeurs du Royaume-Uni, Chris Rampling, et des États-Unis, Elizabeth Richard, ont évoqué avec le général Joseph Aoun les derniers développements au sujet du projet de sécurisation de la frontière libano-syrienne. « Le Royaume-Uni a offert plus de 69 millions de livres sterling pour ce projet durant les dernières années. Les États-Unis et d’autres pays donateurs ont également contribué. L’armée libanaise continue d’être l’unique défenseur légal du Liban dans cette zone perturbée du monde », a dit M. Rampling.


(Lire aussi : Pour le Hezbollah, Israël a « peur » d’une guerre)


Netanyahu menace
Sur le terrain, les soldats israéliens ont annoncé hier avoir repéré un troisième tunnel creusé par le Hezbollah, sans préciser sa localisation exacte, selon des informations rapportées par Reuters. Comme les deux tunnels précédents, Israël a assuré qu’il ne représentait pas une « menace imminente » pour les populations israéliennes frontalières. Il a indiqué avoir disposé des engins explosifs à l’intérieur du tunnel, et averti que quiconque entrerait dans le tunnel du côté libanais se mettait en danger.

Haussant le ton face au Hezbollah, Benjamin Netanyahu a prévenu le parti chiite qu’il s’exposait à une riposte « qu’il ne pouvait même pas imaginer » s’il lançait une attaque contre son pays. Le Premier ministre israélien s’exprimait lors d’une visite dans le nord d’Israël accompagné du chef d’état-major de l’armée. « Nous poursuivrons cette opération (Bouclier du Nord) tant que subsistera la menace des tunnels du Hezbollah », a-t-il assuré.

Les Israéliens ont en outre poursuivi leurs travaux d’excavation de l’autre côté de la ligne bleue, non loin de la porte de Fatima, et de la route menant à Kfar Kila, selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle). Des patrouilles israéliennes ont également été observées le long de la porte de Fatima et du champ de Khiam.

La semaine dernière, l’armée israélienne avait fourni à la Finul une carte des environs de Ramiyé (Bint Jbeil) d’où partirait un autre tunnel menant sous le sol israélien en direction de la communauté de Zarit, selon l’AFP.


Lire aussi
Tunnels du Hezbollah : Pris en faute, le Liban tarde à réagir

Bouclier du Nord : pourquoi le Hezbollah se tait

La Finul confirme l'existence d'un tunnel à la frontière israélo-libanaise

L'opposition accuse Netanyahu d'avoir dramatisé l'opération anti-Hezbollah

Opération israélienne : ce qu'en dit la presse libanaise

Le Hezbollah viole-t-il la 1701 ?

Tunnels et rituelsl'édito de Issa GORAIEB

Israël lance son « Bouclier du Nord », mais sans bruit de bottes...

À Kfar Kila, on n’est « pas concerné par les activités de l’autre côté de la frontière »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Au lieu de creuser des tunnels en Israël pour je ne sais quoi creusez au Liban pour planter des arbres ou des patates ! C’est franchement plus utile....

Honneur et Patrie

Les tunnels célèbres :
Le tunnel du Mont-Blanc; le tunnel sous la Manche, le tunnel de Fréjus et le tunnel de Kfar-Kila sous la Galilée en Israél.

Irene Said

Toujours le même disque...parfois rayé à force d'être utilisé...33 ou 45 tours ?
Irène Saïd

Tina Chamoun

Et au bout du tunnel, la lumière, côté Sud!

Tina Chamoun

Plus il hausse le ton, plus il baisse la tête (d'ogive). Bon si ça le rassure. Nous autres, ça nous fait rire, pas jaune, mais bien libanais chatoyant!

AIGLEPERçANT

Si trump-pète cherche à calmer le jeu c'est que les USURPATEURS se sont rendu compte qu'il ne faudrait surtout pas provoquer la résistance du hezb libanais de la résistance.

QUE DES POLTRONS JE VOUS LE DIS .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants