X

Liban

Nœud sunnite : les aounistes très en retrait par rapport à Aoun

Gouvernement

Le patriarche maronite exhorte le Hezbollah à faciliter la mise sur pied du cabinet.

Yara ABI AKL | OLJ
07/11/2018
Le bloc du Liban fort parrainé par le Courant patriotique libre a créé la surprise hier, en occultant la question de la représentation des députés sunnites prosyriens au sein de la future équipe ministérielle, principal nœud entravant encore la mise sur pied du prochain gouvernement.

La réunion du bloc parlementaire du CPL revêt de l’importance dans la mesure où il s’agit du tout premier meeting après la conversation à bâtons rompus entre le chef de l’État et quelques journalistes, à Baabda, à l’occasion du deuxième anniversaire de son élection, mercredi dernier. Lors de cet entretien, Michel Aoun avait ouvertement critiqué la demande des sunnites proches de l’axe syro-iranien de prendre part au cabinet, dans la mesure où ils font partie de groupes parlementaires déjà représentés au sein de l’équipe ministérielle.

Partant, on s’attendait à ce que le bloc parlementaire dominé par le parti fondé par le président de la République, et qui lui exprime un soutien indéfectible, lui emboîte le pas. Sauf que le « Liban fort » a préféré hier adopter la politique de l’autruche, pour reprendre les termes d’un observateur politique interrogé par L’Orient-Le Jour. Il s’est donc contenté d’appeler à la formation du gouvernement dans les plus brefs délais. « La question du gouvernement est essentielle et indispensable, indépendamment des nœuds et des désaccords, au vu des défis qui nous attendent », a déclaré Ibrahim Kanaan, député du Metn, à l’issue de la réunion, ajoutant que le résultat des dernières législatives devrait être la base de la composition du prochain cabinet.

Ce décalage entre les propos de Baabda et le silence du CPL est d’autant plus remarquable que le bloc aouniste n’avait jamais manqué de loquacité lorsqu’il s’agissait de s’en prendre aux Forces libanaises pour les accuser de bloquer le processus gouvernemental et d’entraver le progrès du sexennat, lorsque les tractations portaient sur la représentation ministérielle de ce parti. Une position que Fadi Saad, député FL de Batroun, s’est contenté de placer dans le prolongement du « style » du parti de Gebran Bassil. « Jamais leurs batailles n’ont été menées dans le bon sens », a-t-il déploré via L’OLJ.

Des observateurs estiment que cette prise de position, très en retrait par rapport à ce qu’avait dit le président mercredi dernier, signifierait que les aounistes, et peut-être le chef de l’État lui-même, pourraient transiger au sujet de la représentation ministérielle des sunnites proches de l’axe syro-iranien. Le cas échéant, le slogan du « président fort », cher aux proches de Baabda, en recevrait un sacré coup, soulignent ces mêmes observateurs.

Face à ce mutisme aouniste, le courant du Futur campe, lui, sur sa position : il n’est pas question d’intégrer les sunnites prosyriens à la future équipe. Réuni hier sous la présidence de Bahia Hariri, députée de Saïda, en l’absence de Saad Hariri, toujours en visite privée à Paris, le bloc parlementaire du Futur n’a pas mâché ses mots, estimant que la demande du Hezbollah est une « revendication rédhibitoire visant à entraver le processus gouvernemental », comme on peut lire dans un communiqué publié à l’issue de la réunion. Le bloc s’est, par ailleurs, félicité de la prise de position de Michel Aoun (de mercredi dernier) à ce sujet, dans la mesure où elle reflète « un haut sens des responsabilités et une volonté de former le cabinet dans les plus brefs délais, pour faire face aux défis visant les Libanais, leur sécurité et leur économie (…) ».


(Lire aussi : Gouvernement : Hariri ne boude pas, mais « use du luxe du temps »


Bkerké s’invite dans la partie
Quoi qu’il en soit, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, poursuit son forcing pour la mise sur pied du cabinet. Au lendemain de son entretien lundi à Baabda avec le chef de l’État, à l’issue duquel il avait implicitement accusé le Hezbollah de bloquer les tractations, le chef de l’Église maronite a reçu hier à Bkerké le mufti jaafarite Ahmad Kabalan, proche de la formation de Hassan Nasrallah. S’exprimant à l’issue de la rencontre, le mufti Kabalan a fait savoir que Mgr Raï exhorte le Hezbollah à défaire les nœuds empêchant encore le gouvernement de voir le jour, afin de pouvoir commencer à résoudre les problèmes du pays.

À en croire l’agence locale al-Markaziya, Mgr Raï aurait exposé devant son interlocuteur la grave situation économique, estimant que cela devrait pousser les leaders chiites à collaborer pour la mise sur pied du cabinet.

Toujours selon al-Markaziya, le chef de l’Église maronite aurait insisté sur l’importance d’épargner au pays « un danger qui paraît imminent ».

Sauf que le Hezbollah fait la sourde oreille aux craintes du patriarche. C’est ce que l’on déduit des propos d’un proche du parti chiite, contacté par L’OLJ. « Nous voulons un Premier ministre fort et un cabinet équilibré. C’est pour cela que nous plaidons pour la représentation des sunnites ne relevant pas du courant du Futur », souligne-t-il, assurant que « le gouvernement pourra voir le jour en quelques secondes si le Premier ministre accepte de comprendre qu’il ne monopolise plus la représentation des sunnites », ajoute le proche du parti de Hassan Nasrallah, sans vouloir fixer une limite dans le temps aux atermoiements actuels. Une façon pour lui d’atténuer l’impact des propos rapportés samedi dernier par le quotidien al-Liwaa’ et attribués à « un haut cadre du Hezbollah ». « Nous voulons représenter les sunnites du 8 Mars, et nous continuerons à le demander, même si pour cela, il faut aller jusqu’au terme du mandat présidentiel », avait-il déclaré.


(Lire aussi : Entre le nœud sunnite et l’entrée en vigueur des sanctions US contre l’Iran, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Les pressions internationales
Parallèlement aux efforts locaux, la communauté internationale continue de presser pour la naissance du gouvernement. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les propos tenus hier par l’ambassadeur d’Égypte à Beyrouth, Nazih Naggari.

À l’issue d’une réunion avec le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, il a souligné que Le Caire a transmis un message aux dirigeants libanais les exhortant à aller de l’avant dans la formation du gouvernement, afin de préserver la stabilité du pays ainsi que celle de la région.

Notons enfin qu’Aurélien Lechevalier, conseiller diplomatique du président français, Emmanuel Macron, a poursuivi hier sa tournée à Beyrouth. Il a rencontré Mahmoud Berry, frère et conseiller du chef du législatif, Nabih Berry.


Lire aussi
La tempête et le roseau, l’édito de Michel TOUMA

Il faut respecter les résultats des législatives, insiste le Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le nœud « sunnito (-chiite) » de plus en plus inextricable

Hassan Nasrallah : 1 – Michel Aoun : 0, l'édito de Ziyad MAKHOUL

Le nœud sunnite : deux approches diamétralement opposées, le décryptage de Scarlett Haddad

Le Liban, terrain iranien ?

Formation du gouvernement libanais : l’art de gagner du temps avant la tempête

Au Liban, un nécessaire retour au président-arbitre

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges MELKI

" « Jamais leurs batailles n’ont été menées dans le bon sens », a-t-il déploré via L’OLJ."

Pas vrai! Vu qu'ils changent fréquemment de sens, il leur arrive de tomber sur le bon, des fois!

Sarkis Serge Tateossian

Je ne sais pas s'il faut en rire de tout ...

Mais il serait tellement navrant qu'on n'aie pas du "courant" 24/24 sous la présidence du "courant" patriotique libre.

Allez les braves Messieurs, faites un effort pour sauver l'honneur de ce pays en construisant les infrastructures basiques et dignes d'un pays ...

On parle du pays des CÈDRES Messieurs!

ACE-AN-NAS

Nœud sunnite : les aounistes très en retrait par rapport à Aoun

Par contre là , j'ai bien aimé le titre de cet article . NOEUD SUNNITE :......

Enfin on commence à comprendre la subtilité du "politique" plus que du " religieux ".

Le Faucon Pèlerin

Gébran Bassil est-il le ministre du Hezbollah ou le ministre de l'Etat libanais ?

L’azuréen

C’est hallucinant ! No comments... le monde regarde et comprend très bien la situation.

Le pont

Est-ce que les députés sunnites anti-haririen se rendent compte de la mauvaise idée de se laisser étiqueter dans les médias de "pro-syriens"? rien n'indique que leurs électeurs sunnites sont des admirateurs inconditionnels des gouvernants syriens. Peut-être je me trompe.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT LE MONDE SAIT QUI SOUHAITE ET TRAVAILLE A LA
DETRUCTION DU PAYS... PAUVRES LIBANAIS ! PAUVRE LIBAN !

gaby sioufi

puisque cela ne represente aucune nouveaute,
il suffit d'ecrire ;
L'ARROGANCE HYPOCRITE A SON APOTHÉOSE.

Irene Said

Donc, nous avons le privilège d'avoir le Courant patriotique libre, qui lui, parraine le Bloc du Liban fort, ce qui fait déjà deux groupes dans ce parti.

Bon, mis à part de tenir des réunions hébdomadaires bien médiatisées...que font-ils pour le Liban ?

Un Liban où vit un peuple qui n'en peut plus de souffrir du marasme économique qui augmente chaque jour, pendant que les responsables de ce Bloc du Liban fort (fort en quoi ???) sourient béatement devant les caméras tout en nous gavant de déclarations qui ne mènent à rien de positif.

MERCI !
Messieurs Ibrahim Kanaan et Gebran Bassil
Irène Saïd

Zovighian Michel

Le tandem CPL-President a une fois de plus manqué de clairvoyance. En poussant tellement fort pour avoir un groupe de onze ministres, le Hezbollah veut maintenant leur ôter la minorité de bloquage.

Ceci voudrait dire que le Hezbollah espérez que les FL et Hariri allez tenir tête à Bassil. Ceci voudrait dire aussi, que pendant tout ce temps, on pensait qu'il y avait des noeuds Druzes et FL pendant que Bassil recherchait la minorité de blocage. Le CPL et le President ont un comportement extrêmement compétitif et abusif qui risque de nous coûter un jour Taëf.

Entre temps, Hariri doit tenir bon, voir faire marche arrière et renégocier la distribution des postes. Le Hezbollah verrait, peut-être, d'un bon oeil un ministre de plus aux FL.

En tout les cas, c'est une erreur de donner le ministère de la justice au Président. Une variante serait de le donner à Michel Mouawad: un 14 Marsiste qui fait parti du camp Aouniste dont le père a été assassiné de la même façon que Rafiq Hariri.

Gebran Eid

À QUEL POINT BASSIL SE MOQUE ET PREND LES GENS POUR DES IDIOTS. COMME SI LE CPL EST UN MONDE À PART QUI N'EST PAS LIÉ AVEC AOUN. EN RÉALITÉ LE CPL ET AOUN SONT UNE SEULE PERSONNE QUI DÉPEND DU HEZBOLLAH.

Saliba Nouhad

Allez, continuez les palabres, les bla-bla-bla, les faux-fuyants, les langues de bois, les comédies médiatiques, comme si vous pouviez changer quoi que ce soit!
C’est clair que le Hezbollah veut imposer ses diktats pour des raisons qu’il est inutile de répéter et qu’il tient le Président et son parti en otage dès qu’il a montré des velléités de faire les choses un peu différentes du but ultime inavoué!
Au point où on en est, on ne voit plus la lumière au bout du tunnel, et cessez Messieurs de vous moquer de ce pauvre peuple.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué