Rechercher
Rechercher

#MaBaddaPlastic - L'Orient-Le Jour en guerre contre le plastique

Quatre moyens simples de limiter votre consommation de plastique

Des microchangements d’habitudes qui peuvent avoir un impact réel.

« Pour la première fois, l’artifice vise au commun, non au rare (…). Le monde entier peut être plastifié », écrivait Roland Barthes dans ses Mythologies. Il ne croyait pas si bien dire. Que faire, dès lors, face à cette « plastification du monde » ?

Éradiquer totalement le plastique n’est ni possible ni, probablement, souhaitable. Mais limiter la consommation de ce matériau polymère, et surtout des produits en plastique à usage unique, est non seulement indispensable, mais aussi tout à fait réalisable.

Voilà pourquoi nous, à L’Orient-Le Jour, avons lancé une campagne contre le plastique.


(Lire aussi : Alerte au plastique, l’édito de « L’Orient-Le Jour »)


Et pour que cette campagne ne soit pas seulement théorique, nous vous proposons, en images, quatre gestes simples qui vous permettront de réduire votre consommation de plastique. Il ne s’agit pas de chambouler votre mode de vie. Mais, tout simplement, par exemple, de remplacer ces sacs qui scient les doigts par un grand cabas quand vous allez faire vos courses; de refuser le sachet que vous proposent les pharmaciens… Rien de bien sorcier, vous en conviendrez. Et pourtant, ces microchangements d’habitudes auront un impact.


Découvrez ces gestes, ci-dessous :


Les autres articles de notre campagne :

Éliminer le sac en plastique au Liban... par de bonnes idées

Le plastique, une matière dont le danger pour la santé est désormais prouvé

Ces microplastiques qui barbotent dans le ventre de nos poissons...

Le plastique, un casse-tête aussi bien national que mondial

Laila Zahed, une femme en guerre contre le plastique

Environnement : à quand l’interdiction des sacs en plastique ?

Jbeil vise le zéro plastique

Que pèse la filière du plastique dans l’industrie libanaise ?

Des microplastiques détectés dans les excréments humains





« Pour la première fois, l’artifice vise au commun, non au rare (…). Le monde entier peut être plastifié », écrivait Roland Barthes dans ses Mythologies. Il ne croyait pas si bien dire. Que faire, dès lors, face à cette « plastification du monde » ? Éradiquer totalement le plastique n’est ni possible ni, probablement, souhaitable. Mais limiter la consommation de ce matériau...
commentaires (5)

Merci de nous rappeler ces gestes simples: Pas besoin de sacs en plastique au supermarché ni à la pharmacie, pas besoin non plus de verres ou d'ustensiles en plastique. S'en souvenir, s'en souvenir, s'en souvenir... Agir, agir, agir...

N. Noon

20 h 38, le 26 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Merci de nous rappeler ces gestes simples: Pas besoin de sacs en plastique au supermarché ni à la pharmacie, pas besoin non plus de verres ou d'ustensiles en plastique. S'en souvenir, s'en souvenir, s'en souvenir... Agir, agir, agir...

    N. Noon

    20 h 38, le 26 octobre 2018

  • Et quels sont les 2 autres moyens annoncés dans le titre,?

    Marionet

    15 h 59, le 26 octobre 2018

  • Je trouve une bonne initiative. On peut prendre sa propre responsabilité et bien s'informer sur ce sujet et au lieu de dire que c'est les "autres" (la municipalité, les sociétés ou le gouvernement), on peut prendre sa propre responsabilité et chercher soi même pour des alternatives pour l'emballage en plastique.

    Stes David

    14 h 58, le 26 octobre 2018

  • NAHAS CORINNE nahas.corinne56@hotmail.con il est urgent de reagir et notamment au niveau des supermarchers qui nous surchargent de sacs. je fonctionne avec des sacs reutilisables et si au debut les gens du supermarcher ne comprenaient pas maintenant ils savent que je fonctionne ainsi un petit effort de chacun changerait deja tellement la donne

    nahas corinne

    13 h 11, le 26 octobre 2018

  • Très belle initiative. Une prise de conscience et un début d'un mode de vie, plus en harmonie avec l'environnement. C'est un geste au profit de notre santé et celle des futures generations.

    Sarkis Serge Tateossian

    10 h 06, le 26 octobre 2018

Retour en haut