X

Nos Lecteurs ont la Parole

Environnement : à quand l’interdiction des sacs en plastique ?

Dounia MANSOUR ABDELNOUR
OLJ
23/01/2017

Quand nous faisons nos courses au supermarché, ce sont des centaines de sacs en plastique non biodégradables qui sortent de chaque caisse durant une journée ! Pollueurs par excellence du paysage, pendus aux arbres par le jeu des vents, regroupés au creux des vallons ou nichés parmi les ronces, ils enlaidissent les terrains vagues, nos routes, nos collines, le panorama et mettent également en péril la faune aquatique en étouffant les tortues et les poissons. Les océans en regorgent, et l'estomac des mammifères marins en font les frais.
Un sac en plastique a besoin d'environ 450 années pour se dégrader. Combien de générations futures devront subir notre négligence, notre indifférence vis-à-vis de Dame Nature? Nos sacs balancés à la mer torturent et tuent les tortues qui les prennent pour des méduses. Et on estime la dégradation d'une bouteille de verre aux alentours de 4 000 ans. Pour les boites d'aluminium, il faut 100 à 500 ans. Pour un mégot de cigarette, entre 1 à 4 ans, et pour un chewing-gum, il faudra 5 interminables années!
Les mesures d'interdiction ou de taxation des sacs de caisse – ou sacs à usage unique – se multiplient à travers le monde. Le Danemark a fait figure de pionnier en instaurant une taxe dès 1994. En 2002, le Bangladesh a décrété une interdiction totale des sacs en plastique, soupçonnés d'avoir provoqué de graves inondations à Dacca en empêchant l'évacuation des eaux. La même année, l'Irlande a imposé une taxe de 15 centimes par sac de caisse qui en aurait fait chuter de 90 % la consommation. Alors qu'étrangement l'Union européenne hésite encore à imposer une interdiction ou une taxation des sacs en plastique, l'Italie a pris une mesure d'interdiction en 2011.



Après la France, le Rwanda, l'Afrique du Sud, le Sénégal, le Maroc et Haïti qui, déjà en octobre 2012, avait instauré une interdiction des sacs en plastique sur tout son territoire afin de protéger son littoral et ses mangroves, menacés d'asphyxie ;
au Royaume-Uni, l'Angleterre a talonné l'Écosse et l'Irlande, et a, elle aussi, imposé une taxe de 5 cents sur chaque sac en plastique en octobre 2015. Ce faisant, l'usage de sacs à chuté brutalement depuis l'instauration de la taxe. Une réduction de 83% en un an. Il est devenu commun de voir des acheteurs éventuels se promener un peu partout au Royaume-Uni avec les filets et les cabas, qui sont de retour !
Les sacs en plastique à usage unique doivent être interdits ou supprimés rapidement partout. Mais quand le Liban agira-t-il en ce sens pour instaurer une taxe sur les sacs à usage unique? Si rien n'est fait, notre Méditerranée déjà très polluée pourrait se transformer en décharge à ciel ouvert.



Quoi qu'il en soit, nul n'est besoin d'attendre une interdiction formelle pour agir ! Une action individuelle s'impose. Et c'est si simple, nous munir d'un sac en jute, d'un cabas lors des courses tout comme le firent avant nous des millions d'individus sur la planète dans les années cinquante et soixante. Tel était l'usage, et l'on se rappelle du fameux panier de la ménagère en jonc tressé qui l'accompagnait un peu partout chez l'épicier, le légumier, le boulanger, etc.
Si l'affaire est dans le sac (réutilisable), le garder à portée de main dans notre sac à main ou en voiture pour nos courses est un petit geste qui ne coûte quasiment rien mais une grande contribution à la protection de l'environnement.

Dounia MANSOUR ABDELNOUR

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

D'accord à 100% avec vous !
Pour commencer, faudrait changer la mentalité de beaucoup de nos concitoyens...

J'avais suggéré à mon marchand de fruits et légumes, pour diminuer ces sacs en plastique, de mettre plusieurs sortes de fruits etc. dans un même sac...
Il me répondit: je peux le faire avec vous...mais les autres clients me diraient: "vous n'avez pas assez de sacs, vous voulez économiser ?...quelle honte !"
Alors, j'ai trouvé une autre solution...je lui rends les sacs encore propres, bien pliés et rangés.
Sinon, les commerçants du quartier savent que je viens toujours avec mon sac en jute, et refuse les sacs en plastique, même chez la pharmacienne.

Beaucoup de nos concitoyens, malheureusement, placent leur fierté au mauvais endroit, pour des choses futiles, pour le "paraître".

Notre magnifique pays, nos plages etc. sont couverts de sacs en plastique, mais peu de gens sonts prêts à changer leurs habitudes...

C'est pourquoi je vous remcercie pour votre article, en espérant que beaucoup de personnes commencent à penser et agir comme vous!
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants