X

À La Une

Un haut responsable saoudien livre un nouveau récit détaillé de la mort de Khashoggi

Arabie saoudite

Cette dernière version en date ne répond toujours pas à la question de savoir pourquoi tant d'agents, parmi lesquels des officiers de l'armée et un expert en médecine légale, faisaient partie de l'opération, si celle-ci n'était destinée qu'à tenter de convaincre le journaliste de rentrer dans son pays.

OLJ/Reuters
21/10/2018

Jamal Khashoggi a été tué accidentellement par une prise d'étranglement au cours d'une altercation dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre dernier, a déclaré dimanche une source saoudienne haut placée dont la version diffère en plusieurs points des premières explications données par Riyad, qui n'ont pas convaincu la communauté internationale.

Après deux semaines de dénégation, l'Arabie saoudite a reconnu samedi aux premières heures la mort du journaliste saoudien, qui vivait depuis un an aux Etats-Unis et se montrait critique envers le prince héritier Mohamad ben Salmane.

Selon la première version livrée par les autorités saoudiennes, Jamal Khashoggi a été tué au cours d'une rixe à coups de poing. Une heure plus tard, un responsable saoudien a cependant déclaré que le journaliste avait été tué par une prise d'étranglement, ce qu'a réaffirmé la source haut placée.

Les Etats-Unis, l'Allemagne, la France et d'autres pays occidentaux jugent que de nombreuses questions restent sans réponse dans cette affaire.

D'après le nouveau récit livré par Riyad, les quinze ressortissants saoudiens venus rencontrer le journaliste au consulat ont tenté de le persuader de rentrer en Arabie et face à son refus, l'ont accidentellement tué par une prise d'étranglement en tentant de l'empêcher de crier.

Les responsables turcs ont laissé entendre que le corps de Khashoggi, introuvable à ce jour, avait été démembré. Selon ce haut responsable saoudien, il a été roulé dans un tapis et confié à un "coopérateur local" chargé de s'en débarrasser.

Les résultats préliminaires de l'enquête n'indiquent pas que Jamal Khashoggi a été torturé et décapité, contrairement à des rumeurs colportées par la presse turque, a ajouté cette source ayant requis l'anonymat.


(Lire aussi : Meurtre de Khashoggi: après les aveux, beaucoup de questions en suspens)


"Les comptes rendus initiaux étaient faux"

L'Arabie saoudite a nié pendant des jours la disparition de Jamal Khashoggi, affirmant qu'il avait quitté le consulat. Elle a par la suite qualifié d'accusations "sans fondement" les articles évoquant la mort du journaliste.

Selon le haut responsable saoudien, ces versions contradictoires s'expliquent par le fait que le récit initial livré par le gouvernement de Riyad s'appuyait sur "de fausses informations en interne".

"Une fois qu'il est devenu clair que les comptes rendus initiaux de la mission étaient faux, il a lancé une enquête interne et s'est abstenu de tout commentaire public", a expliqué cette source, ajoutant que les investigations se poursuivaient.

D'après ce haut responsable, une équipe de 15 agents saoudiens a été mise sur pied par le directeur adjoint de la Direction générale du renseignement, Ahmed al-Assiri, - limogé samedi - pour rencontrer Khashoggi au consulat et s'efforcer de le convaincre de rentrer en Arabie saoudite.

"Il y a une consigne permanente qui consiste à négocier pacifiquement le retour des dissidents, ce qui leur donne l'autorité d'agir sans en référer à la hiérarchie", a-t-il dit.

Le commando prévoyait d'enfermer Khashoggi dans un lieu sûr à l'extérieur d'Istanbul "pendant une certaine période de temps" mais de le relâcher si ce dernier persistait à refuser de revenir dans le royaume, a-t-il expliqué. Mais les choses ont mal tourné car les agents ont outrepassé les ordres et recouru à la violence.


(Lire aussi : Khashoggi : les révélations saoudiennes visent à protéger MBS)


"Nous allons vous droguer et vous kidnapper"

Jamal Khashoggi a été conduit dans le bureau du consul général où un agent nommé Maher Moutreb a tenté de le convaincre de rentrer en Arabie. Le journaliste a refusé et déclaré à son interlocuteur que quelqu'un l'attendait à l'extérieur du consulat et contacterait les autorités turques s'il ne réapparaissait pas au bout d'une heure.

La fiancée de Khashoggi, Hatice Cengiz, a déclaré à Reuters que ce dernier lui avait remis deux téléphones portables et demandé de l'attendre et d'appeler un conseiller de la présidence turque au cas où il ne ressortirait pas du consulat, où il devait se rendre pour des formalités administratives en vue de son mariage.

Dans le bureau du consul, toujours selon la dernière version en date des Saoudiens, Khashoggi a déclaré à Moutreb qu'il violait les règles diplomatiques et ajouté : "Qu'allez-vous faire de moi ? Avez-vous l'intention de me kidnapper ?" Maher Moutreb a répondu : "Oui, nous allons vous droguer et vous kidnapper." Khashoggi a alors élevé la voix et l'équipe a paniqué. Les agents ont tenté de le maîtriser en lui faisant une clé d'étranglement, a déclaré le haut responsable. "Ils ont essayé de l'empêcher de crier mais il est mort. Ils n'avaient pas l'intention de le tuer", a-t-il affirmé.

Les agents saoudiens ont alors roulé le corps dans un tapis, l'ont placé dans un véhicule consulaire et remis à un "coopérateur local". L'un des membres de l'équipe spécialisé en médecine légale, Salah Tubaigy, a tenté d'effacer toute trace de l'incident, a encore expliqué le haut responsable saoudien.


(Lire aussi : Khashoggi: qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés?)


Un agent a enfilé les vêtements de Khashoggi

Les enquêteurs turcs soupçonnent les meurtriers d'avoir enfoui les restes du cadavre dans la forêt de Belgrad, à la périphérie nord d'Istanbul, et dans la campagne proche de la ville de Yalova, à 90 km au sud de la métropole stambouliote. Des fouilles ont été menées ces derniers jours et un haut responsable turc a déclaré samedi que la Turquie découvrirait "sous peu" ce qu'il est advenu du corps.

Le responsable saoudien a déclaré que le "coopérateur local" en question était un habitant d'Istanbul mais il a refusé de préciser sa nationalité.

Pendant qu'il se chargeait de se débarrasser du corps, un autre membre de l'équipe, nommé Moustafa Madani, a enfilé les vêtements de Khashoggi, emprunté ses lunettes et sa montre Apple puis quitté le consulat par une porte de derrière afin de faire croire que le journaliste était bien sorti du bâtiment.

Les agents ont ensuite rédigé un faux rapport à leurs supérieurs en disant avoir autorisé Khashoggi à quitter le consulat car il menaçait de prévenir les autorités turques. Les quinze membres de l'équipe ainsi que trois autres suspects ont été placés en détention.

Cette dernière version en date des autorités saoudiennes ne répond toujours pas à la question de savoir pourquoi tant d'agents, parmi lesquels des officiers de l'armée et un expert en médecine légale, faisaient partie de l'opération, si celle-ci n'était destinée qu'à tenter de convaincre le journaliste de rentrer dans son pays.


Lire aussi

Le Saoudien Jamal Khashoggi, journaliste et intellectuel engagé

Mort de Khashoggi: la version de Riyad divise

De la disparition de Jamal Khashoggi à l'aveu saoudien

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Il y a le feu dans la maison Saoud, le commentaire de Anthony SAMRANI

Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

C’est par la désorganisation des réponses et le foutoirs qui règne en Arabie saoudite que l’on peut imaginer combien c’etsit un coup ... je m’en fiche qu’il reste ou qu’il quitte mais la il y a un doute ... encore je ne pense pas qu’il était même au courant de ce qui se tramait ... en plus du fait que cela c’est passer en Turquie ce donne à réfléchir à 10 fois ... mais sauront on jamais la vérité ... peut être comme avec le TSL et l’assassinat de hariri quand tout un peuple a accuser la Syrie on nous demandait d’attendre l’enquête qui elle leur a donner raison

Talaat Dominique

ahah, cela serait comique, si il y avait pas mort d'homme
quelle histoire , bientôt, ils vont dirent qu'il s'est suicidé !!!!!

Saliba Nouhad

C’est ça, on se moque du monde pour dédouaner MBS!
On arrête soi-disant 18 personnes haut placées qui n’en font qu’à leur tête...
On les place dans les suites présidentielles d’hotels 5 étoiles, sous surveillance des femmes de chambre...
Le foutrac de Trump gobe l’histoire pour sauver son contrat de 100 milliards de $
Et, dans 2 à 3 mois, tout est oublié, et retour au « business as usual » ..
Quand à ceux, scandalisés, qui rêvent de droits de l’homme et de justice, ils leur disent: « allez, le chien aboie et la caravane passe »!
Ainsi va le monde!

ACE-AN-NAS

Trève de conneries ! si les usa voulaient vraiment sévir , comme l'a dit le clown en 48h le royaume n'existerait plus !

A plus forte raison un héritier malade .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HISTOIRE APRES HISTOIRE FABRIQUEES ET PLEINES DE MENSONGES, A GOBER PAR DES NIAIS S,IL Y EN A, NE SAUVERONT PAS LES RESPONSABLES...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué