X

À La Une

Mort de Khashoggi : la version de Riyad divise

Arabie saoudite

"Encore une fois, il est tôt, nous n'avons pas fini notre évaluation ou enquête mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important", dit M. Trump. 

OLJ/AFP
20/10/2018

Crédible pour le président américain, troublante pour le patron de l'ONU : la confirmation par l'Arabie saoudite de la mort du journaliste Jamal Khashoggi provoque émotion et interrogations sur la version de Riyad.

Le royaume a annoncé samedi matin que Khashoggi avait été tué à l'intérieur de son consulat à Istanbul lors d'une rixe. A un journaliste qui lui demandait s'il jugeait cette version "crédible", M. Trump, en déplacement dans l'Arizona, a répondu: "Oui, oui". "Encore une fois, il est tôt, nous n'avons pas fini notre évaluation ou enquête mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important", a-t-il ajouté en se référant aux révélations saoudiennes.

Critique envers le prince héritier, Jamal Khashoggi, 59 ans, vivait en exil aux Etats-Unis depuis 2017. Sa disparition, le 2 octobre dernier au consulat d'Istanbul, a suscité une crise internationale.

Ménageant dans un premier temps le royaume sunnite au nom des intérêts stratégiques communs, Donald Trump avait admis pour la première fois jeudi que le journaliste était très probablement mort, menaçant l'Arabie saoudite de "très graves" conséquences.

Après les révélations sur la mort de Jamal Khashoggi par Riyad, le 45e président des Etats-Unis a dit "préférer que nous n'utilisions pas, comme représailles, l'annulation de l'équivalent de 110 milliards de dollars de travail, ce qui veut dire 600.000 emplois", allusion à des contrats militaires passés avec l'Arabie saoudite.


(Lire aussi : Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS)



Elus américains sceptiques

Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif américain, a présenté les "condoléances les plus sincères" de la Maison Blanche, à la famille, la fiancée et les amis de Jamal Khashoggi. "Les Etats-Unis prennent note de l'annonce par le royaume d'Arabie saoudite que l'enquête sur le sort de Jamal Khashoggi progresse et qu'il (le royaume, ndlr) a entrepris des actions à l'encontre des suspects qui ont été pour l'instant identifiés", a dit Mme Sanders, précisant que les Etats-Unis étaient "attristés" d'apprendre sa mort.

Le sénateur Lindsey Graham, proche allié du président Trump était, lui, beaucoup plus circonspect à propos des circonstances de ce décès. "Dire que je suis sceptique sur la nouvelle version saoudienne sur M. Khashoggi est un euphémisme", a tweeté le sénateur républicain. Une remise en cause claire de la version officielle de l'Arabie saoudite. "Il est difficile de trouver cette dernière +explication+ crédible", a tonné, dans un autre tweet, ce parlementaire républicain de Caroline du Sud.

Autre sénateur républicain, Bob Corker a dit douter de la crédibilité d'autorités saoudiennes qui ont auparavant répété que Khashoggi était sorti vivant du consulat.

"L'histoire que les Saoudiens ont racontée à propos de la disparition de Jamal Khashoggi continue à changer chaque jour, donc nous ne devrions pas prendre leur dernière version pour argent comptant", a tweeté M. Corker, qui est le président de la commission des Affaires étrangères au Sénat.


(Lire aussi : Comment l’affaire Khashoggi menace l’accession au trône de MBS)


Guterres "profondément troublé"

Mike Coffman, un représentant républicain qui connaît une campagne difficile en vue de sa reconduction lors des élections du 6 novembre, a quant à lui estimé que les Etats-Unis devaient "défendre nos valeurs et exiger que nos +alliés+ respectent les droits de l'homme".

L'élu du Colorado, membre de la Commission des forces armées de la Chambre des représentants, a en outre exhorté M. Trump à rappeler l'ambassadeur américain par intérim en Arabie saoudite. Le président doit encore nommer un ambassadeur à Riyad.

Bob Menendez, membre démocrate de la commission des Affaires étrangères au Sénat, a lui estimé que les Etats-Unis devaient sanctionner les Saoudiens impliqués. "Même si Khashoggi est mort en raison d'une altercation, rien n'excuse son meurtre", a-t-il tweeté. "C'est loin d'être la fin (de l'affaire) et il faut que nous maintenions la pression internationale".

Le secrétaire général de l'ONU s'est dit "profondément troublé par la confirmation de la mort de Jamal Khashoggi", selon un communiqué des Nations unies, et "souligne la nécessité d'une enquête rapide, approfondie et transparente sur les circonstances du décès".

La rapidité de la réaction d'Antonio Guterres après l'aveu saoudien tranche avec la prudence observée jusqu'alors à l'ONU depuis début octobre.


Lire aussi

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

Il y a le feu dans la maison Saoud, le commentaire de Anthony SAMRANI

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Le vent avait commencé à tourner pour MBS bien avant le scandale Khashoggi

Affaire Khashoggi : une nomination du frère cadet de MBS, possible scénario de sortie de crise ?

Affaire Khashoggi : l'Iran observe en silence

Asiem el-Difraoui : Des princes saoudiens comme Mohammad ben Nayef ne sont pas très contents...

"MBS est un engin de démolition. Il a fait assassiner Khashoggi au consulat en Turquie", accuse un sénateur proche de Trump

Entre « châtiment » US et « réponse » saoudienne, jusqu’où la brouille entre Washington et Riyad ira-t-elle ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Bien entendu, l'explication officielle saoudienne est cousue de fil blanc, mais il faut bien faire semblant de la croire pour préserver les relations avec l'Arabie.
Et le corps? S'il n'a pas quitté le consulat en pièces détachées dans des valises diplomatiques, où est-il ?

Wlek Sanferlou

Une rixe qui met en conflit un journaliste contre 15 agents specialistes...il faut être complètement maboul pour le croire et Trump et ses amis arabes prennent le monde pour maboul...
De tout bord le monde perd la boussole..

Sarkis Serge Tateossian

Plus rien ne va ...
Notre monde sombre dans le sordide, l'indécence et l'obscénité !

Quand le dirigeant du monde libre ne cache plus ses malversations, compromissions et autres forfaitaires et brigandages... Avec des pays liberticides (je suis encore mesuré...)

L'avenir... s'assombrit


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE HISTOIRE QUE SEULS DES NIAIS POURRAIENT GOBER !

Bustros Mitri

Il n’y a pas d’enquête à finir car celle qui a commencé Mr le président n’en est pas une! Seule une enquête internationale avec tous les moyens techniques possibles , approfondie, aurait des chances de donner quelque chose. On ne demande pas à ceux qui sont dans le collimateur d’enqueter Sur eux-mêmes ! Le crime a eu lieu sur le sol turc , et les saoudiens n’ont pas coopéré. Celui qui change dix fois la version des faits qu’il présente, obstrue l’accès Au lieu du crime, désactive les caméras du lieu, envoie d’arabie un squad de 15 personnes pour 2 heures sur les lieux du crime, (avec un médecin....légiste!) pour enquêter , prétend que les ‘restes’ du corps on été remis à une tierce personne dont on ne sait plus où elle est....Eh bien celui-là ne peut pas mener une enquête !

AIGLEPERçANT

D E G U E U L A S S E .........CETTE REACTION OFFICIELLE DE TRUMP-PETE. D E G U E U L A S S E .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.