X

À La Une

Riyad admet que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul, aucune trace du corps

Turquie

Ankara a annoncé qu'elle allait "tout" révéler sur cette affaire. 

OLJ/AFP
20/10/2018

L'Arabie saoudite a admis samedi, 17 jours après la disparition de Jamal Khashoggi, que le journaliste saoudien avait été tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul, sans toutefois révéler d'informations permettant de localiser son corps. Estimant que beaucoup de questions restaient sans réponse, Berlin, Londres, Paris et l'ONU, mais aussi des ONG, ont appelé à une enquête approfondie permettant de faire toute la lumière sur cette affaire qui a suscité une onde de choc mondiale et terni l'image de Riyad.
Dans le même temps, les enquêteurs turcs ont poursuivi leurs investigations, fouillant notamment une vaste forêt proche d'Istanbul, et Ankara a annoncé qu'elle allait "tout" révéler sur le sort du journaliste. 

La confirmation de sa mort a été relayée peu avant l'aube par l'agence de presse officielle saoudienne SPA, qui a évoqué, citant le parquet, une "rixe" au consulat du royaume à Istanbul. "Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing (...), ce qui a conduit à sa mort", a indiqué dans un communiqué le procureur général Saoud al-Mojeb. Il n'a pas précisé où se trouvait le corps de M. Khashoggi.

Deux hauts responsables ont été limogés et 18 suspects ont été arrêtés, tous Saoudiens, a précisé le parquet.

Jusqu'ici, Riyad affirmait que M. Khashoggi, qui était entré le 2 octobre au consulat d'Istanbul pour des démarches administratives, en était ressorti, qualifiant de "sans fondement" des accusations de responsables turcs selon lesquelles le journaliste avait été tué au consulat.


(Lire aussi : Confronté à l'affaire Khashoggi, le roi Salmane veut affirmer son autorité face à MBS)


Version "crédible"
En confirmant la mort de M. Khashoggi, l'Arabie saoudite, dont l'image a terriblement souffert, a annoncé la destitution d'un haut responsable du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, et celle d'un important conseiller à la cour royale, Saoud al-Qahtani, deux proches collaborateurs du jeune et puissant prince héritier Mohammad ben Salmane, surnommé MBS. 

Renvoyer ces deux hommes "c'est aller aussi près de MBS qu'il est possible d'aller", a relevé l'expert Kristian Ulrichsen, du Baker Institute de l'université de Rice, aux Etats-Unis. "Si (la révélation) au goutte à goutte de détails supplémentaires (sur la mort de M. Khashoggi) continue, il n'y aura plus rien pour protéger MBS", a-t-il ajouté.

Critique envers MBS, M. Khashoggi vivait en exil depuis 2017 aux Etats-Unis où il collaborait notamment avec le Washington Post.

Vendredi, l'administration de M. Trump avait adressé une mise en garde à Riyad, évoquant de possibles sanctions, tout en s'inquiétant des retombées sur la relation stratégique et commerciale entre Washington et Riyad. A un journaliste qui lui demandait s'il jugeait "crédible" la version annoncée par Riyad samedi, M. Trump a répondu: "Oui, oui". "Encore une fois, il est tôt, nous n'avons pas fini notre évaluation, ou enquête, mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important."

Mais pour la chancelière allemande Angela Merkel, les explications de Riyad sont "insuffisantes" et les "raisons de fond" derrière la mort du journaliste doivent être dévoilées.
La cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, a exigé une enquête "approfondie, crédible et transparente" sur cette mort "extrêmement troublante".
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lui aussi estimé que "de nombreuses questions restent (..) sans réponse", demandant dans un communiqué "une enquête exhaustive et diligente pour établir l'ensemble des responsabilités". Un peu plus tôt, le ministère britannique des Affaires étrangères avait, lui, appelé à ce que les "personnes responsables de cet acte horrible soient jugées".


(Lire aussi : Comment l’affaire Khashoggi menace l’accession au trône de MBS)


"Raisons de fonds"
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, lui, s'est déclaré "profondément troublé", soulignant "la nécessité d'une enquête rapide, approfondie et transparente sur les circonstances du décès".
Pour la chancelière allemande Angela Merkel, les explications de Riyad sont "insuffisantes" et les "raisons de fond" derrière la mort du journaliste doivent être dévoilées.
Dans un communiqué, le ministère britannique des Affaires étrangères a, lui, appelé à ce que les "personnes responsables de cet acte horrible soient jugées".

Les conclusions saoudiennes ne sont "pas dignes de confiance", a pour sa part indiqué Amnesty International dans un communiqué. Selon l'ONG, une enquête indépendante "sera la seule garantie contre ce qui apparaît de plus en plus comme une dissimulation saoudienne des circonstances de l'assassinat de Khashoggi". Demande également réitérée par Reporters sans frontières (RSF), qui a appelé à maintenir la "pression" sur l'Arabie saoudite en boycottant le Forum économique du Golfe (du 23 au 25 octobre) et en gelant "les dossiers commerciaux" avec Riyad.


(Lire aussi : Mort de Khashoggi : la version de Riyad divise)


Un groupe de journalistes basé à Istanbul a réclamé la condamnation des "vrais responsables". "Nous demandons que non seulement ces 18 hommes (suspects arrêtés), mais aussi ceux qui leur ont donné les ordres soient punis", a déclaré Turan Kislakci, chef de l'association turco-arabe des médias (TAM), dont M. Khashoggi faisait partie.

La presse turque a publié ces derniers jours de nouvelles révélations accablantes pour les Saoudiens, selon lesquelles Jamal Khashoggi a été torturé et assassiné dans le consulat dès le jour de sa disparition.

Sur Twitter, Hatice Cengiz, la fiancée turque de Jamal Khashoggi, a dit samedi que son coeur était "rempli de chagrin" et ses "yeux de larmes". "Nous sommes peinés par notre séparation, Jamal mon amour".

Dans une interview posthume diffusée par le magazine Newsweek, Khashoggi affirmait ne pas appeler au renversement du pouvoir saoudien, "parce que ce n'est pas possible", mais simplement souhaiter "une réforme du régime". Il dénonçait le style "autoritaire" du prince héritier, affirmant qu'en dépit de ses réformes, il dirigeait le royaume comme son grand-père. "C'est un leader tribal démodé", avait-il dit.


Repère

De la disparition de Jamal Khashoggi à l'aveu saoudien


Lire aussi

Affaire Khashoggi : la Turquie profiterait-elle du scandale ?

Le vent avait commencé à tourner pour MBS bien avant le scandale Khashoggi

Affaire Khashoggi : une nomination du frère cadet de MBS, possible scénario de sortie de crise ?

Affaire Khashoggi : l'Iran observe en silence

Asiem el-Difraoui : Des princes saoudiens comme Mohammad ben Nayef ne sont pas très contents...

"MBS est un engin de démolition. Il a fait assassiner Khashoggi au consulat en Turquie", accuse un sénateur proche de Trump

Entre « châtiment » US et « réponse » saoudienne, jusqu’où la brouille entre Washington et Riyad ira-t-elle ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Mais le mal est fait ... Et c'est à l'échelle planétaire qu'on en parle et reparle ....

Sarkis Serge Tateossian

Le temps est le meilleur alliée de l'oubli....

Alors, on se sert du temps ... Pour faire baisser la tension.

Gebran Eid

IL N'Y A QUE TRUMP QUI "CROIT" À CETTE VERSION. UN GÉNÉRAL OSE VENIR FORCER LA PORTE DU CONSULAT À ISTANBOUL AVEC UNE ÉQUIPE D'ASSASSINS SANS L'AUTORISATION DU MBS ????? CE MBS VA DÉPASSER BACHAR EL ASSAD EN SAUVAGERIE SI CE N'EST PAS FAIT ENCORE.

RE-MARK-ABLE

Tout simplement dégueulasse que ça se termine de la sorte !

La fin de cette histoire dépasse l'horreur du crime lui même .

Alors comme ça la version bensaoud est "crédible" ?????

Les sanctions américaines , " on verra plus tard" ???? l'héritier restera au pouvoir ? pourquoi ? service rendu à ses alliés ?

Venez me parler encore de droit d'expression , droit de l'homme , liberté de penser etc...

HEUREUSEMENT QUE DES PAYS NE S'ALIGNENT PAS A CE GENRE DE TARTUFFERIE OCCIDENTALE .
MALGRE LE FAIT QU'ILS SOIENT SOUS SANCTIONS .

gaby sioufi

NEXT ?
le cadavre ? dans quel etat ?

gaby sioufi

NEXT ?
le cadavre ? dans quel etat ?

Antoine Sabbagha

Les sanctions contre l'Arabie saoudite seront-elles suffisantes pour isoler ce pays des pays civilisés?La reponse non car le pétrole fait des miracles .

HABIBI FRANCAIS

Les saoudiens vont y reflechir a deux fois au moment de faire des demarches dans leur consulat ....qui s aparente plutot a une legation de DAESH

Sam

Il y a tellement de tueurs impliqués et une telle organisation préméditée que la responsabilité de MBS est éclatante. Il vient de désigner son bouc émissaire mais il restera un BARBARE dans l’esprit de plein de monde.
N’oublions pas toutes les autres exactions qui se sont déroulées en Arabie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE HISTOIRE QUI PREND LES GOUVERNEMENTS, LES MEDIAS ET LES OPINIONS PUBLIQUES POUR DUPES. SEULS, DES NIAIS GOBERONT CETTE VERSION THEATRALE. TOUT LE MONDE SAIT LA VERITE !

Lecteurs OLJ

Khjoukji c’est combien en barils?

Bery tus

mon post est parti faute de frappe lol … surtout si on tiens compte des evenements precedents qui le pointe du doigt c'est comme un entonnoir qui pour finir sort le bouquet final et du contexte ….aussi du comment cela s'est imposer sur le scene mediatique

Bery tus

je ne sais pas pourquoi mais je ne vois pas MBS faire ca en Turquie ….. il est bcp plus intelligent que ca je pense qu'il y a eu un mouvement en sous marin contre lui …. représailles contre l'incarceration des 200 !?!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué