Rechercher
Rechercher

Liban - Droit humanitaire

Le HCR supervisera le retour des réfugiés syriens lorsque les conditions seront assurées

Lundi dernier, 15 octobre, 776 réfugiés syriens volontaires ont quitté le Liban pour retourner dans leur pays. Cette opération, coordonnée par la Sûreté générale et l’ambassade syrienne à Beyrouth n’est pas la première, de nombreux réfugiés syriens étant déjà rentrés chez eux au cours des derniers mois. En effet, sur les 1,3 million de réfugiés syriens au Liban, le HCR estime, sur base d’une enquête, que 89 % d’entre eux souhaitent à terme rentrer chez eux. Ainsi, alors que les combats ont cessé dans la plus grande partie de la Syrie, il est probable que le nombre de retours aille croissant.

Se plaçant au-delà des questions d’ordre politique et géopolitique, c’est au HCR, selon des sources onusiennes interrogées par L’Orient-Le Jour, que devra revenir la tâche de superviser ce grand mouvement, lorsque les conditions seront assurées. Actuellement, l’agence de l’ONU négocie avec le gouvernement syrien pour avoir libre accès au pays afin de s’assurer des meilleures conditions de retour : elle a aujourd’hui systématiquement besoin d’autorisations qui nécessitent de longues procédures. Ces visites permettront par la suite de s’assurer que les anciens réfugiés ne sont ni discriminés ni inquiétés, qu’ils ont les mêmes droits, notamment à l’emploi, que leurs concitoyens. Le HCR les accompagnera également pour récupérer des documents d’identité et faire approuver les certificats de naissance, de mariage ou de décès qu’ils auraient pu obtenir au Liban. Enfin, le HCR veillera à ce qu’ils puissent s’installer là où ils le souhaitent en Syrie plutôt que d’être obligés, s’ils ne le veulent pas, de retourner dans leur ville d’origine.

Un autre sujet fait l’objet de négociations entre le gouvernement syrien et le HCR : la question de la conscription. Motif d’émigration pour un grand nombre de jeunes hommes syriens, Damas n’accepte toujours pas d’en exempter ceux qui feraient le choix du retour. En effet, les autorités syriennes se refusent à permettre à ceux-ci de ne pas servir dans l’armée tandis que ceux qui sont restés en auraient toujours l’obligation. Le HCR considère la solution à cette question comme fondamentale.

Pour le HCR, « le statut de réfugié est fait pour durer le moins longtemps possible, et doit déboucher au plus vite sur le retour ou bien la régularisation, voire la naturalisation, dans le pays d’accueil ». Toutefois, « cela n’est pas une option au Liban », selon une source proche du HCR, qui affirme que celui-ci « respecte » la décision du gouvernement libanais à cet égard. Ainsi, si l’agence de l’ONU s’efforcera d’accompagner au mieux les réfugiés qui veulent retourner en Syrie, elle se refuse « de décider à leur place ».


Lire aussi

Lazzarini à « L’OLJ » : Les Libanais doivent cesser de prendre goût à rester au bord du gouffre

Le Liban et les Nations unies : ensemble pour atteindre des objectifs communs !

Rentrer en Syrie ou rester au Liban ? Des réfugiés syriens s’expriment

Retour volontaire en Syrie de plusieurs centaines de réfugiés au Liban

Le Liban accueille aujourd'hui 1,3 million de réfugiés syriens, selon la SG

Assad décrète une amnistie pour les déserteurs de l’armée

Aoun appelle Ottawa à faciliter le retour des réfugiés syriens

Lundi dernier, 15 octobre, 776 réfugiés syriens volontaires ont quitté le Liban pour retourner dans leur pays. Cette opération, coordonnée par la Sûreté générale et l’ambassade syrienne à Beyrouth n’est pas la première, de nombreux réfugiés syriens étant déjà rentrés chez eux au cours des derniers mois. En effet, sur les 1,3 million de réfugiés syriens au Liban, le HCR...
commentaires (2)

ESPERONS A LA FIN DE LA GUERRE SYRIENNE ET AU RETOUR DE TOUS LES REFUGIES DANS LEUR PAYS !

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

14 h 14, le 17 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ESPERONS A LA FIN DE LA GUERRE SYRIENNE ET AU RETOUR DE TOUS LES REFUGIES DANS LEUR PAYS !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    14 h 14, le 17 octobre 2018

  • encore une fois- encore 10 000 fois : NOUS NE SOMMES PAS RESPONSABLES de voir les syriens fuir les lois syriennes, leur responsabilite civile telle la loi de leur pays le veut. SI LE HCR est soucieux d'eux , qu'il les enbarquent vers le canada, l'australie les usa.

    Gaby SIOUFI

    10 h 54, le 17 octobre 2018

Retour en haut