X

Liban

Le Liban et les Nations unies : ensemble pour atteindre des objectifs communs !

Tribune
18/06/2018

Au cours des dernières semaines, la question du retour des réfugiés a de nouveau occupé le devant de la scène. Alors que le Liban fait face à de lourds défis politiques et économiques, le débat interne sur la gestion des réfugiés syriens au Liban et leurs perspectives de retour en Syrie s’est déplacé sur le rôle des Nations unies dans le retour des réfugiés syriens.
L’objectif stratégique commun des Nations unies et du gouvernement libanais est de soutenir la paix et la stabilité du Liban tout en adressant les défis sécuritaires, économiques, humanitaires et sociaux auxquels le pays est confronté. Nous sommes reconnaissants pour l’extraordinaire générosité du Liban depuis le début du conflit en Syrie. La communauté internationale a beaucoup à apprendre des Libanais, qui ont eux-mêmes vécu l’exode et le déracinement au cours des dernières décennies. C’est pour cela qu’il est si important de continuer à soutenir le Liban en cette période où il fait face à de nombreux défis.

Depuis le début de la crise, nous avons bâti une collaboration étroite avec le gouvernement afin de réaliser ces objectifs communs. Les trois grandes conférences organisées cette année à Rome, Paris et Bruxelles ont été un signal clair que l’engagement de la communauté internationale envers le Liban reste plus fort que jamais.

L’objectif des Nations unies est de contribuer à trouver des solutions de long terme pour les réfugiés, que cela passe par leur retour en sécurité en Syrie ou par leur réinstallation dans des pays tiers. Nous avons toujours été clairs sur le fait que le futur des réfugiés n’est pas au Liban, en accord avec la position du gouvernement libanais.

Tout en reconnaissant l’intense pression à laquelle est soumise le Liban, il est également important de reconnaître que la situation en Syrie demeure extrêmement complexe. Pour de nombreuses familles, retourner ne constitue pas actuellement une option viable. Il est donc essentiel que nous œuvrions tous ensemble pour assurer qu’aucun réfugié ne soit forcé à retourner de manière prématurée pour ensuite se retrouver confronté à la violence ou contraint de fuir à nouveau. Le gouvernement libanais ne dit rien de différent puisqu’il a systématiquement exprimé son engagement envers le principe de « non-refoulement ».


(Reportage : Rentrer en Syrie ou rester au Liban ? Des réfugiés syriens s’expriment)


Les Nations unies continueront de jouer un rôle essentiel avec leurs partenaires régionaux et les autorités syriennes afin de créer les conditions qui permettront à la vaste majorité de retourner en Syrie dignement et en sécurité. Entre-temps, il est de notre devoir de respecter les décisions individuelles des réfugiés. C’est leur droit, et il serait inconcevable pour les Nations unies d›aller à l’encontre de la décision d’un réfugié sur son propre avenir.

Les Libanais comprennent les conditions complexes d›une guerre. Lorsque les gens sont déracinés, leurs vies et celles de leurs enfants sont comme suspendues. C’est pour cela qu’il est si important pour eux d’avoir accès à des informations pertinentes qui leur permettront de prendre des décisions informées. En retour, elles augmenteront leurs chances d’un retour définitif et réussi.

Examiner et comprendre les priorités des réfugiés, écouter leurs doléances au cours de leur processus de décision, aidera à éliminer les obstacles aux retours. C’est pour cela que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés communique directement avec les réfugiés. Il s’assure ainsi, qu’avant de partir, les réfugiés obtiennent des réponses à toutes leurs questions et rassemblent l’ensemble des documents qui leur seront nécessaires pour reprendre le cours de leur vie une fois de retour. Cela leur permettra également d’accéder aux services essentiels tels que les écoles et les centres de santé. Cette communication directe est, en fait, l’un des moyens les plus sûrs dont nous disposons pour assurer la pérennité des retours.

Alors que le débat sur le retour des réfugiés prend de l’ampleur, nous nous trouvons maintenant à la croisée des chemins. Face à ces immenses défis, Il est plus que jamais essentiel que les Nations unies et le gouvernement libanais travaillent main dans la main dans un esprit d’entière collaboration. C’est notre responsabilité collective de promouvoir les retours pérennes et de préserver la stabilité et le modèle libanais de diversité et de tolérance.


*Coordonnateur résident des Nations unies et coordonnateur de l’action humanitaire au Liban Philippe Lazzarini sur twitter: @UNLazzarini


Lire aussi

Réfugiés syriens : Bassil et Aoun tempèrent leurs propos, mais la crise n’est pas pour autant résolue

Mireille Girard à « L’OLJ » : La mission du HCR est d’assurer les conditions adéquates à un retour des réfugiés

Depuis Ersal, Bassil persiste : Nous ne reviendrons pas sur le retour des réfugiés syriens

Pour le Liban, le problème n’est pas avec les « déplacés » syriens, mais avec les organisations internationales 



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué