X

Économie

CEDRE : Pierre Duquesne en visite de deux jours à Beyrouth

Réformes
K.O. | OLJ
11/10/2018

Chargé par le président français Emmanuel Macron de mener le processus de la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE, tenue le 6 avril dernier à Paris), l’ambassadeur de France et délégué interministériel à la Méditerranée, Pierre Duquesne, est actuellement à Beyrouth. Il doit rencontrer plusieurs officiels libanais ainsi que les représentants des principaux bailleurs de fonds du Liban, comme la Banque mondiale et l’Union européenne. M. Duquesne devra notamment discuter de la formation du comité en charge du mécanisme de suivi de la conférence. Un sujet qui sera également à l’ordre du jour de la rencontre entre Emmanuel Macron et Michel Aoun, qui se tiendra en marge du sommet de la Francophonie à Erevan, en Arménie.


(Lire aussi : La réussite du processus CEDRE est-elle déjà compromise ?)


Des signes d’engagement

Le processus de la CEDRE est à l’arrêt, du fait de l’incapacité du Premier ministre désigné Saad Hariri à former un nouveau gouvernement, en raison de nombreux blocages, depuis la tenue des élections législatives en mai dernier. Le Parlement a néanmoins voté fin septembre une série de lois dans le cadre des réformes exigées durant la conférence, comme celle sur la protection des lanceurs d’alertes dénonçant toute affaire ayant trait à la corruption, celle sur le renforcement de la transparence dans le secteur des hydrocarbures offshore, ou encore certaines lois autorisant des prêts de la Banque mondiale et de la Banque européenne d’investissement. Le Premier ministre désigné a, pour sa part, partiellement répondu à un autre engagement formulé lors de la conférence de Paris, en autorisant la semaine dernière la création de cinq nouveaux postes au sein du Haut Conseil pour la privatisation et les partenariats, qui en réclame néanmoins une quarantaine.

La communauté internationale s’est engagée lors de la conférence à se mobiliser en faveur du Liban pour financer près de 11 milliards de dollars de prêts et de dons. Ces fonds, conditionnés à des réformes structurelles, doivent exclusivement servir à financer la première phase (six ans) du programme d’investissement (Capital Investment Program, CIP) visant à moderniser les infrastructures du pays.


Pour mémoire

Sur la mise en œuvre du programme d’investissement dans les infrastructures et les défis de la CEDRE

L’engagement du Liban à CEDRE est à double tranchant, selon la Banque mondiale

« L’enjeu que représente la CEDRE pour le Liban justifie une formation rapide du gouvernement », insiste Foucher

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué