X

Liban

Chawaghir, un village qui surplombe l’Oronte

Que faire ce week-end

Située dans le caza du Hermel, la localité compte des sites archéologiques, et des clubs d’écotourisme y proposent des activités de rafting et de canoë-kayak.

OLJ
14/09/2018

Envie de quiétude ? Cap sur Chawaghir, village du caza du Hermel qui surplombe le fleuve de l’Oronte (Assi), où il fait bon respirer. Ce village historique – divisé en Chawaghir Fawka (du haut) et Chawaghir Tahta (du bas) – puise son nom dans la langue syriaque, probablement en référence aux sources d’eau qui ruissellent sous les rochers.

Chawaghir s’étale de l’est de Hermel jusqu’au village frontalier d’al-Mcharrafé. Sur sa partie nord, il est relié au village de Hoch es-Sayyed Ali et s’étend jusqu’à la frontière libano-syrienne. La partie ouest du village est la plus habitée, les constructions s’étendant jusqu’à la ville de Hermel. Dans la partie est, coule le canal de Zénobie : historiquement, il transportait l’eau de l’Oronte vers l’empire de Palmyre en Syrie, à travers le désert. Plusieurs de ses parties sont encore visibles, ainsi que les conduits d’aération situés tout au long du canal jusqu’à Palmyre.

À l’instar de l’ensemble des localités de Baalbeck et de Hermel, l’économie de Chawaghir repose sur l’agriculture. Dans cette région reculée du Liban, les vignes desquelles pendent des grappes gorgées de soleil s’enchevêtrent avec les chênes centenaires. Le village compte aussi des amandiers, des abricotiers, des noyers et des grenadiers, sachant que les agriculteurs de la localité suivent un calendrier précis pour cultiver toutes sortes de légumes, mais aussi la pastèque dont la qualité fait désormais la concurrence à d’autres villages connus pour ce fruit.

L’Oronte est bordé de peupliers. Des deux côtés du fleuve, s’étalent à perte de vue des centaines de bassins de truites, dont vivent plus de deux cents éleveurs. Ce poisson d’élevage est servi dans les restaurants qui bordent l’Oronte.

Une visite à Chawaghir reste incomplète sans une randonnée dans cette belle nature. Les amateurs de rafting et de canoë-kayak ne doivent surtout pas se priver de ces activités proposées par des clubs d’écotourisme.

Le conseil municipal du village est récent. Mais en quelques années, il a réussi à réaliser de nombreux projets de développement dans la localité, notamment pour améliorer l’infrastructure, comme le précise son président Mohammad el-Hajj Hassan à Jamal Sahili de l’Agence nationale d’information (ANI).

Collé à Chawaghir, le village Hoch es-Sayyed constitue une extension naturelle de la localité avec ses champs disséminés sur les bords de l’Oronte. Ce village était connu pour ses cascades d’eau, mais il n’en reste plus que celle de Chelman. Du barrage de Hira, il subsiste encore quelques canaux d’eau. Un tour du côté des collines avoisinantes permet de visiter des tombes rupestres et le vieux moulin al-Omairi, témoin de l’ingéniosité des ancêtres.


Dans la même rubrique
Découvrir l’Anti-Liban jusqu’au pied du mont Hermon

Ghalboun, localité paisible entre authenticité et modernité

Escapade loin du vacarme beyrouthin à Ram el-Batroun et Mayfouk

À Ghalboun, combiner tourisme interne et festivités musicales

Redécouvrir le Chouf et ses merveilles

Tyr comme vous ne l’avez jamais vue

Michmich, facile d’accès et bien ensoleillé, un centre de villégiature recherché

De Kehmez à Kornet el-Mzar, une faune et une flore d'exception

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUR LES FLANCS ESCARPÉS QUI SURPLOMBENT L,ORONTE,
IL EST UN CHÊNE ALTIER DANS LA COUR D,UN COUVENT.
L,ÉTROIT SENTIER CONDUIT, EN CONTOURNANT LA PENTE,
LE PÈLERIN AU LIEU DE SON RECUEILLEMENT...

Stes David

Belle photo. Je réalise maintenant aussi que la rivière qu'on nomme la 'Assi River' (nahr al assi) c'est la rivière fameuse Oronte ... principale rivière de la Syrie antique.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants