X

La Dernière

Quand le « New York Times » ressuscite une féministe égyptienne

This is AmericA

Pourquoi Dourya Chafic, illustre féministe et icône de la mode dans son Égypte natale et dans le monde des années 50, est-elle célébrée à Big Apple ?

14/09/2018

L’inégalable quotidien new-yorkais New York Times qui se veut détenteur de la mémoire de tous ceux, et surtout toutes celles, qui ont laissé leurs empreintes dans différents domaines, a ajouté à sa rubrique nécrologie un volet intitulé The Overlooked. Comprenez : « Les oubliés. » Une rubrique présentée ainsi : « Depuis 1851, les nécrologies du New York Times ont été dominées par l’évocation d’éminents hommes blancs. Nous y avons ajouté les histoires de personnes remarquables issues de différents environnements qui, après leur décès, sont passées sous silence. » Il faut préciser que ce prestigieux journal possède un département « Nécrologies », composé d’une équipe importante spécialisée dans la préparation, à l’avance, d’éloges funèbres de tout personnage faisant ou ayant fait l’actualité. Rien à faire avec les annonces pour particuliers. Plus biographies et analyses que simples faire-part, ces pièces connues pour la qualité de leur écriture sont toujours prêtes à la publication en fonction de l’actualité et régulièrement mises à jour. Ainsi, une nouvelle « sous-rubrique » est venue s’ajouter au reste, intitulée « Les oubliés », prise en charge par une équipe de 25 journalistes exclusivement chargée de faire revivre, avec le même talent, des personnes méritantes souvent laissées dans l’ombre. Ces remémorations à retard prennent, avec le recul, le caractère de récits de vie concernant en grande partie des femmes souvent en marge de l’histoire. Récemment, ces feux, en principe funèbres, ont éclairé un visage ayant marqué notre région, celui de l’Égyptienne Dourya Chafic. Le New York Times a ainsi voulu lui rendre son dû.


Philosophe à la Sorbonne et reine de beauté en Égypte
Dourya Chafic (1908-1975), était une féministe avant l’heure, une activiste, une philosophe, une poétesse et une éditrice égyptienne. L’une des principales meneuses du mouvement de libération des femmes en Égypte durant les années 1940 et 1950, elle a obtenu le droit de vote pour les Égyptiennes en 1956. Elle avait publié dans les années 40 et 50 deux revues féminines, Bint al-Nil (en langue arabe) et La Femme nouvelle (en français), dont l’ancienne génération libanaise se souvient encore pour les avoir vues entre les mains de leurs mères et sœurs aînées. Cependant, son grand exploit remonte au 19 février 1951 en raison du grand impact que cette date avait eu sur l’histoire égyptienne. Ce jour-là, Dourya avait convoqué plus de 1 500 femmes à une conférence qu’elle voulait donner à l’Université américaine du Caire et qu’elle avait baptisée « un congrès féministe ». Un subterfuge. Une fois son audience rassemblée, elle l’avait conduite au Parlement et avait pu, malgré la police, pénétrer à l’intérieur où se tenait une séance, bien sûr entièrement masculine. Elle et ses manifestantes ont interrompu durant quatre heures les travaux des députés et n’ont pas décoléré jusqu’à ce que le président des lieux se soit engagé à faire aboutir leur principale demande : octroyer le droit de vote aux femmes. Sans toutefois s’arrêter sur les réformes concernant les lois sur le mariage et le divorce qu’elles réclamaient. Dourya Chafic était ainsi devenue la femme la plus influente de l’histoire du monde arabe. Plus tard, pour avoir dénoncé « la dictature » de Gamal Abdel Nasser, elle se retrouve en résidence forcée, ses revues suspendues et son nom interdit de paraître dans les livres et les médias. Il est dit qu’elle est décédée « dans des conditions obscures », en se jetant du balcon d’un sixième étage. Très peu d’Égyptiens se souviennent hélas de son nom.


« Dourya, le seul homme en Égypte »
Cette femme exceptionnelle, d’origine modeste, avait pu réaliser ses ambitions. Après des études élémentaires dans une école de missionnaires françaises à Alexandrie, elle a complété seule le cycle du secondaire où n’étaient admis que des garçons. Puis, avec l’aide de la féministe aristocrate, Hoda Chaaraoui (qui, plus tard, va la renier, car elles n’appartenaient pas à la même classe sociale), elle a pu obtenir une bourse pour la Sorbonne où elle a suivi des cours de philosophie. Retour au pays, elle apprend qu’on organise une élection de Miss Égypte, ouverte uniquement aux Européennes et aux coptes. Aucune musulmane ne pouvait y participer. Elle fait tomber la barrière, participe au concours et obtient le titre en déclarant : « À Paris, je me suis imposée dans la sphère intellectuelle, à présent je veux le faire dans la sphère féminine. » De là, elle passe à la publication de deux revues, puis au combat féministe et politique en luttant pour la libération de l’Égypte du mandat britannique. Sous Nasser, elle conteste la Constitution où toute participation de la femme est absente. Ce qui lui vaut la prison avec son mari avocat, Noureddine Ragai (rencontré à Paris) qui, inscrit sur la liste noire, quitte le pays. Le couple divorce en 1967, et elle se retrouve complètement isolée, car elle ne trouvait plus un écho à ses revendications pour les droits de la femme.

Dix ans après son suicide, la féministe Fatima Abdel Khalek a écrit dans le Ahram : « Il fut un temps où Dourya Chafic était le seul homme en Égypte. Elle nous avait dit qu’on se dirigeait vers la dictature. Mais nous étions complètement inconscients. »


Dans la même rubrique
Grandma Moses, fermière-peintre passée à la postérité

Le Festival Burning Man : l’anti-Disneyland

Plus d’un siècle de potato chips et pas une ride

« I Love Lucy » et un nouveau musée du rire

La révolution des émojis

« God Bless America », le cri du cœur d’un immigré

Destination Monowi, la plus petite ville des States

Le hot dog, de la rue au musée

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Article intéressant; possiblement le combat de cette femme courageuse contre les britanniques faisait qu'elle était une alliée de Gamal Abdel Nasser à un moment à l'époque du 'Mouvement des officiers libres' qui mit fin à la monarchie égyptienne. Il semble que Nasser jouissait d'une popularité parmi 'les arabes' d'une vision pan-arabe mais il y a aussi des autres comme cette femme apparement qui ont pointé vers les violations des droits de l'homme par son régime ; elle l'a payé avec sa vie suicide ou pas.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué