X

Économie

Situation économique : le patronat libanais charge les partis politiques

Conjoncture

Le secteur privé hausse le ton après les faux espoirs soulevés lundi par la réunion entre Michel Aoun et Saad Hariri, consacrée à la composition du nouveau gouvernement.

06/09/2018

Les organismes économiques, une organisation patronale dirigée par le président de la Fédération libanaise des Chambres de commerce Mohammad Choucair, ont exhorté les politiques à ne plus retarder davantage la formation du nouveau gouvernement, toujours bloqué 4 mois après les élections législatives.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion à Beyrouth, les patrons sont sortis de leur réserve pour ouvertement critiquer les responsables des différents partis, qu’ils accusent de mettre le pays en danger en privilégiant leurs « calculs personnels » au détriment de l’intérêt général. « Les partis politiques sont responsables de la détérioration de la situation économique et sociale qui a atteint un niveau alarmant », ont-ils encore martelé, accusant leurs interlocuteurs de « nuire à la réputation du pays et “d’épuiser” les Libanais en les obligeant à vivre dans l’incertitude ».

Les organismes économiques ont enfin annoncé qu’ils prévoyaient de lancer des « consultations » avec les syndicats et les organisations professionnelles afin de suivre l’évolution de la situation et de décider des mesures à prendre face à cette situation.


(Lire aussi : Prêts au logement subventionnés : la BDL recense 437 cas de fraudes)


La donne n’a pas changé

La mobilisation des patrons fait écho à celle des associations de commerçants, qui ont alerté à plusieurs reprises depuis juin contre la détérioration de la situation économique, alors que les rumeurs concernant les difficultés financières de plusieurs enseignes commerciales se sont succédé cette année. Une position sur laquelle s’est également alignée la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL), qui a appelé dans un communiqué hier à la « fin immédiate de la politique de procrastination ». Les évêques maronites se sont joints à ces mises en garde plus tard dans la journée en sommant les représentants des partis de « faciliter la formation du gouvernement ». Le président du Parlement, Nabih Berry, a lui considéré que la situation économique était « critique », selon le site de la chaîne de télévision al-Jadid.

Si le pays est en difficulté sur le plan économique, après un premier semestre morose et plusieurs années de croissance molle, c’est surtout l’absence d’avancées après la réunion de lundi entre le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri, qui semble être à l’origine des différents appels lancés hier. « La donne n’a pas brusquement changé ces derniers jours sur le plan économique. Par contre, le secteur privé a certainement été déçu par les faux espoirs soulevés par la réunion de lundi, ce qui l’a décidé à mettre la pression sur les politiques », constate pour L’Orient-Le Jour le directeur du département recherche de la BlomInvest Bank, Marwan Mikhael. Selon lui, le contexte est plus délicat cette année parce que deux secteurs-clés, le commerce de détail et l’immobilier, sont en difficulté, le premier à cause de la baisse des dépenses de consommation, le second suite à la suspension des mécanismes de subvention des prêts au logement. « La situation n’est pas désespérée et certains secteurs, comme le tourisme, ne s’en sont pas trop mal sortis jusqu’ici malgré la conjoncture régionale, surtout après la crise de novembre 2017. Mais le pays a un besoin urgent de réformer son économie et le secteur privé ne veut plus que les politiques retardent encore ce chantier », conclut-il.


(Lire aussi : L’État libanais doit presque 2 milliards de dollars à la CNSS)


L’économie libanaise a été pénalisée ces dernières années par les répercussions du conflit syrien et les tensions politiques internes, entre autres facteurs. Dans son dernier rapport trimestriel publié début août, Bank Audi avait estimé que l’économie réelle avait connu un premier semestre terne tout en relevant que la situation était saine au niveau monétaire et financier. Les agences de notation Moody’s et S&P se sont inquiétées de la dynamique d’endettement du Liban tout en maintenant leurs évaluations respectives de la dette souveraine du pays (à B3 et B-, avec perspective » stable »). Les performances du pays devraient enfin rester médiocres cette année, les prévisions les plus optimistes tablant sur une croissance de 2 % en 2018, tandis que la dette publique du pays a dépassé cette année la barre des 80 milliards de dollars.


Lire aussi

S&P maintient la note du Liban et met la pression sur ses dirigeants

Une activité économique « bien terne » au premier semestre

Riad Salamé reste imperturbable sur la situation financière du Liban

La Banque du Liban se veut une nouvelle fois rassurante

Pour mémoire

S&P maintient une perspective « stable » pour la note du Liban

Fitch et S&P maintiennent la note du Liban à B-

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE LE PAYS... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS NOS ABRUTIS SONT LA GANGRENE QUI RONGE LA PAYS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué