X

Liban

Liberté d'expression : l’ONU priée d’intervenir pour épingler l’État libanais

Liban

Un collectif d’ONG expose dans une lettre aux Nations unies les activités, entre autres, du bureau dit de « lutte contre la cybercriminalité ».

18/08/2018

Un collectif de dix-sept ONG libanaises, régionales et internationales, actives dans le domaine des droits de l’homme et de la liberté d’expression a adressé, hier, une lettre au haut-commissaire des Nations unies, Zeid Raad, et au rapporteur spécial de l’ONU pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, David Kaye, pour les appeler « à condamner les autorités libanaises au sujet des convocations récurrentes de militants pacifistes portant atteinte à leur droit à la liberté d’expression ».

Ce collectif d’ONG est composé notamment d’ALEF-Act for Human Rights, de l’Association pour la liberté et l’égalité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (AFE-MENA), du Réseau arabe des ONG pour le développement (ANND), du Réseau arabe pour les élections démocratiques-Fondation pour les droits humains et humanitaires – Liban (FHHR-L), de l’Association libanaise pour les élections démocratiques (LADE), du Centre libanais pour les droits humains (CLDH), du centre SKeyes pour les médias et les libertés culturelles et de Umam pour la documentation et la recherche.

Cette lettre a été rédigée suite à la convocation mercredi de Wadih el-Asmar, président du CLDH, par le bureau dit de « lutte contre la cybercriminalité » relevant des Forces de sécurité intérieure. M. Asmar avait publié un post sur Facebook relatif à l’affaire de Charbel Khoury qui avait publié le mois dernier sur sa page Facebook une blague relative à saint Charbel. Dans son post daté du 19 juillet dernier, Wadih el-Asmar lance un défi aux autorités en se demandant si le bureau de « lutte contre la cybercriminalité » le convoquerait.

Dans la missive, le collectif d’ONG exprime sa « préoccupation » concernant la situation actuelle des droits humains au Liban. Pendant de nombreux mois, les agences de sécurité libanaises, en particulier l’officine affirmant lutter contre la cybercriminalité, ont « convoqué des personnes actives sur les médias sociaux. Nombre de ces convocations entraînent des périodes de privation de liberté et se terminent souvent par la signature par les militants de promesses de restriction de leur liberté d’expression ».


(Lire aussi : Bilan consternant pour la liberté d’expression au Liban)


Au moins 39 convocations
 Le texte souligne également que « depuis 2016, il y a eu au moins 39 convocations de citoyens libanais qui ont fait des commentaires publics critiquant les autorités libanaises ou des personnalités politiques. La plupart de ces personnes ont été interrogées par le bureau de la cybercriminalité ou les services de renseignements de l’armée ».

La missive cite également divers cas de journalistes qui ont comparu devant le Tribunal des imprimés et fait état d’un mineur de 15 ans, détenu pendant 38 heures par les services de renseignements de l’armée, qui s’est vu refuser le droit d’avoir recours à un avocat pour avoir posté une photo satirique du chef de l’État.

Joint au téléphone par L’Orient-Le Jour, Georges Ghali, directeur exécutif d’ALEF-Act for Human Rights, a souligné que « les ONG de lutte pour le respect des droits de l’homme ont pu quantifier, depuis 2016, 39 cas de personnes convoquées pour avoir exprimé leur opinion. Il existe certes d’autres personnes qui ont été interpellées dans ce cadre, mais qui sont restées discrètes sur les faits, probablement par peur des représailles ou simplement parce qu’elles ne connaissent pas leurs droits ».

Interrogé sur les modalités des convocations, M. Ghali note que « la personne reçoit un coup de fil du bureau de lutte contre la cybercriminalité, l’appelant à une convocation sans lui fournir de plus amples détails. Une fois devant les policiers, on lui demande en premier lieu de remettre son téléphone aux enquêteurs en livrant le code pour l’ouvrir et de leur donner également les mots de passe relatifs aux diverses plateformes de médias sociaux. Ensuite, on présente à la personne une capture d’écran du post ou du tweet pour lequel elle a été convoquée ». « À la fin de la convocation, on présente à la personne interpellée un document l’engageant à ne plus répéter ce genre de critiques. Les citoyens qui ne sont ni blogueurs ni journalistes s’exécutent car ils veulent rester à l’écart des ennuis et ignorent qu’ils peuvent trouver un soutien auprès d’activistes et d’ONG », souligne-t-il en conclusion.



Pour mémoire

Au Liban, « la liberté de répression remplace désormais la liberté d’expression »

Une jeune fille arrêtée pour un commentaire critiquant un haut dirigeant

Human Rights Watch dénonce les restrictions à la liberté d’expression au Liban

Arrêté et menotté pour... des écrits anti-Hezbollah ?

Le journaliste Fida' Itani condamné à 4 mois de prison pour diffamation contre Bassil

Imad Bazzi convoqué par le bureau de lutte contre la cybercriminalité pour un post contre l’Eden Bay

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le pont

En réalité 39 convocations depuis 2016, ça va encore, à part la privation de liberté du jeune mineur et l’interventionnisme de l'armée dans un domaine du droit civil.

Le problème de la liberté d'expression au Liban est que les responsables politiques insultent copieusement, et à outrance, les uns les autres, et cela donne des idée au citoyen lambda qui pense à tort qu'il peut faire autant sans être inquiété. Lambda n'est pas protégé par le système alors que Zaim l'est.

S'agissant de M. Asmar; il a défié carrément l'Etat en provoquant sa convocation pour se victimiser et devenir célèbre et probablement pour ramasser un peu d'argent des organisations qui soutiennent la liberté d'expression.

Il convient que l'Etat explique aux citoyens où se trouvent les lignes rouges et de les conseiller de ne pas les franchir. La prévention est meilleure que la sanction.

Sarkis Serge Tateossian

Chaque source a le droit de donner sa version et sa vérité. C'est ça la diversité et la démocratie.
Une personne physique ou morale si elle se considère lésée ou diffamée, elle peut bien entendu se défendre par la même voie ... à savoir la plume!

Enfin si vraiment il y a attente et préjudice à la moralité et l'honneur de la personne diffamée, il existe pour ce genre de cas des TRIBUNAUX qui sont habilités à donner leur sentence.

Toutes autres modes de défense (convocation par la voie des pouvoirs publics, etc...) est surement un abus de pouvoir, carence de démocratie.

Fredy Hakim

De quelle liberté d’expression parle t-on? De celle des dirigeants libanais qui justifiaient la présence et les actions de Daech à la frontière libanaise ? Où bien de ceux qui incitaient le régime wahabite à arrêter et humilier le premier ministre libanais ?

Nader

On peut aussi se poser la question de savoir s'il est permis de salir la reputation d'une personne sans que cette derniere ne puisse se defendre.
Pourquoi considerer que la defense est une faiblesse ...
La liberte d'expression est foulee en premier lieu par nos journalistes d'information, il suffit de voir nos journaux televises et ecrits.
Que d'informations tronquees, maquillees au gre de nos commanditaires, de nos financiers et de nos opinions politiques.
La meme information est reportee de maniere totalement differente selon qu'elle emane de la MTV ou de l'OTV, de la Manar, etc ...

Irene Said

Quand on a la conscience tranquille, en tant que responsable ou dirigeant de ce pays, le Liban, on ne fait pas arrêter ceux qui nous critiquent !

Sinon on avance directement dans le système des dictatures, et on foule au pieds la démocratie !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA LIBERTE D,EXPRESSION EST UNE NECESSITE VITALE POUR LE PAYS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué