X

À La Une

Le journaliste Fida' Itani condamné à 4 mois de prison pour diffamation contre Bassil

Liban

Fida' Itani n'avait pas réagi, vendredi à la mi-journée, à cette décision de la juge de Baabda.

OLJ
29/06/2018

Le journaliste libanais Fida' Itani, qui écrit pour plusieurs médias locaux, a été condamné vendredi à quatre mois de prison et à une amende de 10 millions de livres libanaises (un peu plus de 6 660 dollars) pour diffamation à l'encontre du ministre sortant des Affaires étrangères et leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, sur les réseaux sociaux. Un jugement qui intervient alors que plusieurs observateurs se plaignent depuis plusieurs mois d'une restriction des libertés publiques.

Selon un communiqué publié par le CPL, la sentence a été prononcée dans la journée par le juge unique pénal de Baabda, Nadine Najm, sur base d'une plainte déposée par l'avocat de M. Bassil, Majed Boueiz. Le journaliste peut faire appel de cette décision.

Les propos en question datent du 30 juin 2017. Sur sa page Facebook, M. Itani, après avoir dénoncé la maltraitance des réfugiés, évoqué une "petite fille renversée" et des "meurtres au hasard", avait vertement critiqué le président Michel Aoun, le Hezbollah, les "haines de la "maronité" politique", "Saad, Machnouk et Safa", ainsi que Gebran Bassil.

Vendredi en début d'après-midi, Fida' Itani n'avait pas encore réagi à cette décision. Sur son compte Twitter et sa page Facebook, où il est très actif, le journaliste a relayé des messages de soutien. Le ministre de l'Information, Melhem Riachi, n'avait pas encore réagi non plus.


(Pour mémoire : Le journaliste libanais Fida Itani est rentré au Liban)


Ces derniers mois, les poursuites contre des journalistes se sont multipliées. En mars, le propriétaire et directeur de la rédaction du site libanais d'informations Lebanon Debate, Michel Kanbour, a été condamné par le tribunal des imprimés à six mois de prison et une amende de 10 millions de livres libanaises après une plainte pour diffamation à l'encontre du directeur général des Douanes, Badri Daher.

Le journaliste vedette Marcel Ghanem, poursuivi pour avoir laissé s'exprimer dans son émission Kalam el-Nass, un journaliste saoudien qui s'était livré à des attaques en règle contre le président de la République Michel Aoun, le président du Parlement Nabih Berry, et le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, les accusant d'être "partenaires du Hezbollah dans le terrorisme", a été interrogé avant d'être maintenu en liberté sous caution d'élection de domicile en février dernier. Deux mois plus tard, le premier juge d’instruction au Mont-Liban, Nicolas Mansour, émettait un non-lieu dans l’affaire et décidait de la renvoyer devant le tribunal des imprimés.

Le journaliste et activiste Ahmad el-Ayoubi avait été incarcéré en novembre pour avoir "porté atteinte au président de la République et à un pays frère", à la suite d'une plainte en diffamation de la part du conseiller du Premier ministre Saad Hariri, Nader Hariri. Dans un article publié sur le site al-Janoubia le 12 novembre dernier, le journaliste avait pointé du doigt le chef du gouvernement comme l'une des personnes à l'origine de la crise actuelle entre le Liban et l'Arabie saoudite.


Pour mémoire

Liberté de la presse : le Liban recule encore d'une place, dans le rapport de RSF

Affaire Marcel Ghanem : l’indépendance de la justice libanaise remise en question...

Une jeune fille arrêtée pour un commentaire critiquant un haut dirigeant

L’humoriste Hicham Haddad poursuivi une seconde fois

Inquiétudes de HRW et RSF pour la liberté d’expression

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

Même si diffamtion prouvée, la prison n'est pas une sanction de pays démocratique. Croyons encore que le Liban en est un et que cela va s'arranger sans prison!

Bery tus

je crains qu'il n'y aurait plus de libanais libre hors des prisons !!

yves kerlidou

si toutes les personnes qui critiquent Gebran Bassil doivent aller en prison je craint qu'il n'y ai plus de place pour les condamnés de droit commun et ils doivent être plus nombreux que les réfugiés Syriens

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES REGRETTABLE LA POURSUITE DES JOURNALISTES POUR LEUR LIBRE EXPRESSION AU LIBAN PAYS DES LIBERTES ! TRES REGRETTABLE !

Remy Martin

Au Liban, il ya maintenant le crime de "Lèse Majesté". Vive le progres !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants