Dans les coulisses de la diplomatie

Macron à Beyrouth en février, Paris souhaite la formation d’un cabinet au plus vite

Emmanuel Macron. Patricia de Melo Moreira/AFP

Le président français Emmanuel Macron a décidé de reporter sa visite officielle au Liban, prévue à l’origine fin septembre, au début du mois de février 2019.

Selon des sources diplomatiques basées à Beyrouth, la raison du report serait l’agenda particulièrement chargé du chef de l’État français pour le mois prochain. Emmanuel Macron doit en effet présider la délégation officielle de son pays à l’Assemblée générale de l’ONU à New York ainsi qu’au sommet de la francophonie à Erevan en octobre, avant de se rendre en Irak.
C’est ce message que l’ambassadeur de France, Bruno Foucher, a remis au président de la République Michel Aoun la semaine dernière. Il a également exprimé la volonté de son pays de voir un nouveau gouvernement rapidement formé au Liban afin que les résolutions de la CEDRE puissent se traduire concrètement, ce qui nécessite la genèse du cabinet.


(Lire aussi : Paris insiste sur l’importance d’une formation rapide du gouvernement)


Selon des sources diplomatiques, ce que le président français réclame, un gouvernement au plus vite, est également réclamé par la communauté internationale, surtout Moscou, à l’heure où le président russe Vladimir Poutine vient de lancer son initiative surprenante pour le retour au bercail des déplacés syriens qui se trouvent au Liban, en Jordanie et en Turquie.

Beyrouth attend toujours, dans ce cadre, de savoir à quel niveau sera formée la partie russe de la délégation conjointe qui doit plancher sur ce dossier avant de mettre sur pied la partie libanaise. Pour rappel, 890 000 réfugiés syriens au Liban devraient être englobés par cette initiative russe, soit ceux qui sont inscrits sur les registres du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Moscou veut en effet associer l’ONU à l’initiative après le retour des déplacés dans leurs villages sous protection russe.
Selon des informations diplomatiques russes, si le Liban n’a toujours pas été tenu au courant du niveau de la composition de la délégation russe, et s’il sera de nature diplomatique ou sécuritaire, ceci est dû au fait que la diplomatie russe s’active actuellement à étudier avec les pays donateurs, l’Union européenne et les pays arabes, comment assurer les fonds nécessaires qui permettront à la Syrie d’accueillir les déplacés et de reconstruire leurs villages.


Pour mémoire
Le président de l’UPR française poursuit sa visite à Beyrouth

Un émissaire de Macron va rédiger un rapport sur les écoles chrétiennes

Raï de l'Elysée : Pour la formation rapide du gouvernement afin de bénéficier des aides internationales


Le président français Emmanuel Macron a décidé de reporter sa visite officielle au Liban, prévue à l’origine fin septembre, au début du mois de février 2019.

Selon des sources diplomatiques basées à Beyrouth, la raison du report serait l’agenda particulièrement chargé du chef de l’État français pour le mois prochain. Emmanuel Macron doit en effet présider la...

commentaires (1)

PARIS SOUHAITE... LE MONDE SOUHAITE LA FORMATION LE PLUS VITE D,UN GOUVERNEMENT AU LIBAN... MAIS AU LIBAN L,HEBETUDE GENERALE Y VA DE LA VITESSE D,UNE TORTUE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

07 h 13, le 02 août 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • PARIS SOUHAITE... LE MONDE SOUHAITE LA FORMATION LE PLUS VITE D,UN GOUVERNEMENT AU LIBAN... MAIS AU LIBAN L,HEBETUDE GENERALE Y VA DE LA VITESSE D,UNE TORTUE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 13, le 02 août 2018