X

À La Une

Nouvelle coalition de rebelles à Idleb, dans le viseur du régime

Syrie

Moscou, allié indéfectible du régime, temporise la possibilité d'une offensive contre Idleb.

OLJ/AFP
01/08/2018

Des groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie ont annoncé mercredi la formation d'une nouvelle coalition, alors que le président Bachar el-Assad avait récemment mis en garde que la province d'Idleb était sa nouvelle priorité.

Située près de la frontière turque dans le nord-ouest syrien, la province d'Idleb est dominée par l'organisation jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), formée par l'ex-branche syrienne d'el-Qaëda. La région accueille également une multitude de groupes rebelles, puisque c'est là que sont envoyés les combattants insurgés des autres régions de Syrie à mesure qu'elles sont reconquises par le pouvoir de Damas.

Le "Front national de libération" a été formé pour regrouper le Front syrien de libération - coalition qui regroupe déjà les deux poids lourds Ahrar al-Cham et Noureddine al-Zinki - et quatre autres factions rebelles. L'annonce a été faite mercredi par le Front syrien de libération sur sa chaîne télégram.
La nouvelle coalition comprend par ailleurs le puissant groupe rebelle Jaich al-Ahrar, influent dans la province d'Idleb, et qui par le passé avait tissé des alliances avec Hayat Tahrir al-Cham.


(Lire aussi : Assad à ses troupes : La victoire est proche)


"La Turquie cimente encore un peu plus son influence à Idleb, au moment où les groupes armés de l'opposition - à l'exception de HTS - cherchent à dissuader le régime", a réagi sur son compte twitter l'expert sur la Syrie Charles Lister.
Lors d'un entretien à la presse russe, le président Assad a récemment affirmé que la province d'Idleb était "désormais (son) but, mais pas le seul".
Mais les régions syriennes à la frontière avec la Turquie sont souvent considérés par les experts comme des zones d'influence d'Ankara, qui appuie plusieurs groupes rebelles dans les provinces d'Idleb ou d'Alep (nord) et y a déployé des postes d'observation.

Moscou, allié indéfectible du régime, a temporisé mardi la possibilité d'une offensive contre Idleb.
"Il n'est pas question et il ne peut pas être question pour le moment d'une offensive d'ampleur à Idleb", a affirmé l'émissaire russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.
Le chef de l'opposition syrienne en exil, Nasr al-Hariri, avait également exclu une offensive gouvernementale contre Idleb, lors d'un récent entretien avec l'AFP.

Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.    


Lire aussi
Des jihadistes affiliés à l’EI acculés dans leur dernier carré de Deraa

Le régime syrien a-t-il renoncé à Idleb ?

Riad Turk, le Mandela de Syrie qui a résisté à la dynastie Assad

« C’était la première fois de ma vie que j’étais en contact avec des morts, les scènes étaient horribles »

Premières discussions à Damas entre régime et Kurdes soutenues par Washington

Assad : Les forces russes sont nécessaires en Syrie à long terme

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants