X

Liban

Le cabinet dans les limbes, les craintes d’une dérive présidentialiste persistent

Gouvernement
OLJ
24/07/2018

Si l’orage semblait s’être quelque peu calmé hier sur les deux fronts interchrétien (Forces libanaises-Courant patriotique libre) et interdruze – notamment après l’attaque particulièrement vive dimanche du chef du Parti démocrate, Talal Arslane, contre le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt –, c’est le conflit intersunnite entre les députés sunnites pro-Damas et Saad Hariri qui a refait surface.
En visite chez le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, à Dar el-Fatwa, le député Abdel Rahim Mrad a renouvelé son appel à l’adresse du Premier ministre désigné, Saad Hariri, afin que les « députés sunnites qui ne sont pas affiliés au courant du Futur – M. Mrad lui-même, ainsi que MM. Jihad Samad, Nagib Mikati, Fouad Makhzoumi, Adnane Traboulsi, Fayçal Karamé, Kassem Hachem, Oussama Saad, Walid Succariyé et Bilal Abdallah – soient représentés au sein du gouvernement », ce que M. Hariri ne serait pas disposé à leur accorder jusqu’à présent, selon des sources proches de son parti.
C’est d’ailleurs l’un de ces députés sunnites non haririens, Jihad Samad, qui s’est exprimé hier à l’issue de la réunion du groupe parlementaire de la Coalition nationale à Denniyé, en présence des députés Fayçal Karamé, Tony Frangié, Fayez Ghosn, Farid Haykal el-Khazen, Moustapha Husseini, Estephan Doueihy et de l’ancien ministre Youssef Saadé, pour « rappeler les responsables à leurs devoirs nationaux avant l’explosion, qui est désormais proche ».
« Ce qui se produit au niveau de la formation du cabinet n’est plus une simple question d’impasse politique, mais augure de dangers qui menacent le Liban à tous les niveaux, et qui commencent à se faire sentir à travers la paralysie de la vie politique et des institutions constitutionnelles et la montée en grade des crises économiques et sociales », a indiqué le bloc dans son communiqué. « Le pays tout entier, voire le régime, l’entente et l’économie sont sur le fil du rasoir », a-t-il souligné.
M. Samad a également réclamé que son groupe parlementaire soit représenté par deux ministres au sein du nouveau gouvernement, sur base des résultats des élections législatives. Il a enfin mis en garde contre « toute proposition qui s’écarterait de la Constitution et pactes et qui ferait voler en éclats ce qui reste de stabilité dans le pays ».


(Lire aussi : Arslane se déchaîne contre Joumblatt, le PSP refuse de répondre)


À l’heure où la genèse du nouveau cabinet semble plus que jamais dans les limbes, deux mois après la désignation de M. Hariri, le quotidien koweïtien al-Raï faisait en effet état hier d’une volonté du président Michel Aoun de rejeter les demandes formulées par le PSP et les FL concernant leur représentation ministérielle, ajoutant qu’il compterait ne pas limiter la représentation sunnite au seul courant du Futur. Selon al-Raï, M. Aoun serait à la recherche de solutions pour destituer Saad Hariri de sa mission de Premier ministre désigné et former un gouvernement avec l’appui de 80 députés en nommant un autre que M. Hariri à ce poste, d’ici à deux semaines.
Interrogée à ce sujet, une source proche du courant du Futur mettait hier en garde contre toute dérive « présidentialiste » et toute tentative de « s’écarter du processus prévu par la Constitution et l’accord de Taëf » à travers quelque « formule ingénieuse du ministre de la Justice », soulignant qu’« une remise en question de l’accord de Taëf entraînerait aussi d’autres modifications à d’autres niveaux » et que les prérogatives relatives à la formation du gouvernement reviennent au Premier ministre désigné.


Lire aussi

Face à Bassil, Geagea rompt avec la politique d’apaisement

La semaine prochaine sera « décisive » pour la formation du cabinet, selon Aoun

Hariri : "C'est moi qui forme le gouvernement"

Berry pousse subrepticement Hariri à faire front à Aoun

« L’enjeu que représente la CEDRE pour le Liban justifie une formation rapide du gouvernement », insiste Foucher

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

Pauvre Liban...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DEPUTES SUNNITES AUTRES QUE CEUX DU FUTUR N,ONT RIEN DE COMMUN ENTRE EUX QUE LA RELIGION ET NE SONT PAS UNE ENTITE POLITIQUE POUR RECLAMER UNE PART DANS LA FORMAGTION DU GOUVERNEMENT !

Irene Said

Chers Libanais qui êtes allés voter ce fameux 6 mai 2018, croyant naïvement les promesses pour un

LIBAN NOUVEAU ET FORT

actuellement on vous propose, offerte gracieusement par nos responsables en attendant un gouvernement, une représentation en trois actes:
1) chamailleries entre soi-disant Chrétiens
2) bagarres chaudes entre Druzes
3) rivalités multicolores entre Sunnites

Et au cas où vous trouvez quand'même que c'est trop long et le faites savoir partout, un petit stage calmant mais payant...!...dans les locaux de la Sécurité générale est prévu pour vous calmer et vous enseigner que nos responsables, petits et très grands ont toujours raison quoi qu'ils fassent !
Irène Saïd

Yves Prevost

Si on doit nommer des ministres sunnites non-haririens et druzes non-joumblattistes, il faut aussi des chiites non Hezbollamal.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants