X

Liban

Gebran Bassil multiplie les plaintes contre les activistes sur Facebook

Liberté d’expression

Fida' Itani et trois autres personnes entendus par le bureau de lutte contre la cybercriminalité.

Z. A. | OLJ
11/07/2017

Le journaliste et activiste Fida' Itani a été entendu hier par le bureau de lutte contre la cybercriminalité, après qu'une plainte eut été déposée contre lui par le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a-t-on appris hier de source proche des associations de la société civile.
M. Itani est accusé de diffamation à l'encontre de M. Bassil, dans un texte publié sur Facebook le 30 juin dernier.

« Petite fille renversée. Maltraitance des réfugiés. Meurtres au hasard. Arrestations par centaines. Obliger les gens à rentrer en Syrie par la force. Poubelle de Michel Aoun et des forces armées qui suivent le fascisme du Hezbollah et le reste des haines de la "maronité" politique. Allégations sur la présence de terroristes qu'une partie neutre ne peut pas vérifier. Tout cela à la saveur Saad, Machnouk et Safa. Un pays qui est digne de Gebran Bassil (...) », avait écrit le journaliste sur son compte Facebook.

 

(Lire aussi : Les nouveaux enjeux de la sauvegarde de la liberté d’expression)

 

 

La source rapporte par ailleurs qu'un autre journaliste, un avocat et un activiste ont également été entendus hier par le bureau de lutte contre la cybercriminalité après que des plaintes similaires eurent été déposées à leur encontre par le ministre Gebran Bassil.

Pour rappel, en mars dernier, l'activiste Ahmad Amhaz avait été arrêté puis relâché pour avoir critiqué sur Facebook le président de la République, le Premier ministre et le chef du législatif. Une autre activiste, Maha Aoun, avait également été brièvement interpellée pour avoir critiqué le président de la République sur les réseaux sociaux. De même pour l'activiste Hassan Saad, détenu puis relâché en début d'année pour les mêmes motifs. Bassel el-Amine, étudiant en journalisme, avait été arrêté en décembre 2016 pour avoir critiqué sur Facebook la façon avec laquelle l'État traite les réfugiés syriens. En juin 2016, l'avocat Nabil el-Halabi avait été arrêté après avoir dénoncé sur Facebook l'implication de certains politiques dans un réseau de trafic d'humains.

 

Lire aussi

Les médias sociaux, une arme qui fait peur aux politiques

La liberté, entre révolution de l’information, crise de la mondialisation et montée du populisme

Waël Kheir : Gare aux dérapages en cas de limitation de la liberté d’expression

Riachi : La liberté d’expression est garantie

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

La multiplication des plaintes, n'est jamais une preuve d'innocence et de probité dans un Etat bananier. Point final.

gaby sioufi

Libertes d'expression dans un Liban de toutes les contradictions ?
nous revons !
mais aussi, Liberte que de crimes ne commettons nous pas en ton nom: comment faire pour REJETER automatiquement des commentaires usant de mots injurieux, blessants, grossiers?

TYAN Georges

Et si nos dirigeants regardaiet C'EST CANTELOU sur TF1 vers 9h.50 ou les GUIGNOLS DE L'INFO, SUR cANAL +, ils iraient se rhabiller.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL IMITE LA FACON TRUMPIENNE... SE PREND-IL POUR UN TRUMP ?

NAUFAL SORAYA

Ces activistes crient-ils au scandale quand nos soldats tombent, des bonnes œuvres des terroristes???

Yves Prevost

Que rste-t-il de la démocratie s'il n'est pas permis de critiquer les hommes au pouvoir?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Les enfants de Jacques Chirac

Décryptage de Scarlett HADDAD

Démission de Hariri : la fin d’un épisode, mais le feuilleton continue

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.