Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Raï demande le retrait du décret qui a accordé la nationalité à des personnes "qui n'en sont pas dignes"

Le patriarche a demandé au gouvernement "d'unifier ses positions sur le retour des réfugiés syriens dans leurs pays" et a appelé la communauté internationale à les aider à "reconstruire leurs maisons".

Le patriarche maronite Béchara Raï a demandé lundi aux responsable libanais de retirer le décret controversé de naturalisation qui accorde la nationalité libanaise à près de 400 personnes. Photo Ani.

Le patriarche maronite Béchara Raï a demandé lundi aux responsable libanais de retirer le décret controversé de naturalisation qui accorde la nationalité libanaise à près de 400 personnes, dont des hommes d'affaires syriens.

"Nous demandons aux responsables de retirer le décret de naturalisation car il a porté atteinte à la confiance que les Libanais ont en eux", a déclaré Mgr Rai à l'ouverture du synode maronite. Il a dénoncé "un décret promulgué sous le manteau et avec des noms suspects qui ne sont pas dignes de la nationalité libanaise", a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Intérieur avait publié jeudi dernier le décret de naturalisation de quelque 400 personnes ayant fait une demande pour obtenir la nationalité libanaise, après un mutisme des autorités puis une confusion qui a régné durant les derniers jours autour de ce décret. Parmi les personnes ayant obtenu la nationalité libanaise grâce à ce décret, l'écrasante majorité sont Palestiniens et Syriens. D'autres sont détenteurs de nationalités française, américaine, britannique, canadienne, suisse, ou encore suédoise. Quelques uns sont Saoudiens, Jordaniens, Tunisiens ou Irakiens. 

Le décret de naturalisation, entré en vigueur le 11 mai après sa signature par le chef de l’État, Michel Aoun, le Premier ministre, Saad Hariri, et le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk, n'a pas été publié au Journal officiel, suscitant de vives réactions quant aux circonstances "secrètes" ayant entouré l'adoption du texte, dévoilée par des médias. De nombreux responsables et leaders libanais ont dénoncé la naturalisation de plusieurs hommes d'affaires proches du régime du président syrien, Bachar el-Assad.   

Les Forces libanaises de Samir Geagea, les Kataëb de Samy Gemayel et le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt ont eux aussi réclamé l'annulation de ce décret.


(Repère : Naturalisation : ce que dit la loi au Liban)


Réfugiés syriens
Par ailleurs, le patriarche a appelé à la formation "au plus vite" d'un nouveau gouvernement "capable d'entreprendre les réformes nécessaires".  Il a en outre demandé au gouvernement "d'unifier ses positions sur le retour des réfugiés syriens dans leurs pays" et a appelé la communauté internationale à les aider à "reconstruire leurs maisons". "Il est de leur droit naturel de recouvrer leur dignité nationale, a affirmé Mgr Raï. Et c'est un devoir de les encourager à ce retour digne". 

Les déclarations du patriarche interviennent alors que le ministère des Affaires étrangères libanais avait bloqué vendredi des demandes de permis de séjour des employés du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) en raison de divergences sur le retour des réfugiés syriens, avant d'être désavoué par le Premier ministre.

"Des instructions ont été données à la direction du protocole pour suspendre, jusqu'à nouvel ordre, les demandes de résidence concernant le HCR", avait indiqué le ministère libanais des Affaires étrangères dans un communiqué avant de critiquer en termes très durs l'agence de l'ONU.
Selon le ministère, le HCR "sème la terreur dans les esprits (des réfugiés) en invoquant le service militaire obligatoire (en Syrie), le risque sécuritaire, la question de logement et la suspension des aides de l'ONU" en cas de retour dans ce pays en guerre.

Mais dans un entretien avec l'AFP, Nadim Mounla, conseiller du Premier ministre désigné, Saad Hariri, a indiqué que la décision du ministère des Affaires étrangères était "unilatérale" et ne "représentait pas la position du gouvernement libanais ni celle de son chef".

Le Liban, qui doit former un nouveau gouvernement après les élections législatives du 6 mai, accueille près de 1,5 million de réfugiés syriens, dont 1 million inscrits auprès du HCR. Ils ont fui la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011. Le HCR estime que les conditions humanitaires et sécuritaires en Syrie ne sont pas propices à un retour massif et craint des départs forcés du Liban.


Lire aussi

La confusion règne autour de la décision de Bassil de geler les permis de séjour des employés du HCR

Khalil suggère d’autres naturalisations

Raï juge le décret de naturalisation contraire à la Constitution

Liban : Plaidoyer pour une refonte du droit de la nationalité

Naturalisations : La publication des noms confirme les craintes et maintient les interrogations

Fantasmes, torchons et serviettes, le billet de Gaby NASR

Passeports en passe-passe, l'éditorial de Issa GORAIEB

Une question de cohérence, l'édito de Michel TOUMA


Le patriarche maronite Béchara Raï a demandé lundi aux responsable libanais de retirer le décret controversé de naturalisation qui accorde la nationalité libanaise à près de 400 personnes, dont des hommes d'affaires syriens."Nous demandons aux responsables de retirer le décret de naturalisation car il a porté atteinte à la confiance que les Libanais ont en eux", a déclaré Mgr Rai à...

commentaires (6)

hehe donc voila ... alors le patriarche vient de confirmer ce que les FL, KATAEB, PSP affirment par rapport a ce decret de naturalisation

Bery tus

15 h 13, le 11 juin 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • hehe donc voila ... alors le patriarche vient de confirmer ce que les FL, KATAEB, PSP affirment par rapport a ce decret de naturalisation

    Bery tus

    15 h 13, le 11 juin 2018

  • On est tous d'accord avec notre Patriarche , sauf que il n'a pas trouvé oreille à Paris avec macron qui a fait le mort, et que avec tout le respect qu'on doit à RAÏ, c'est pas un patriarche , ni un imam ni un rabin qui accorde les nationalités, mais le gouvernement , qu'on l'aime ou pas .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 11, le 11 juin 2018

  • OU A TOUS CEUX QUI PEUVENT EN PROFITER INDIGNEMENT METTANT PROBABLEMENT NOS BANQUES EN DANGER !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 36, le 11 juin 2018

  • DANS LA TOURMENTE QUI FRAPPE LA REGION POINT DE NATIONALISATION D,ELEMENTS SYRIENS, PALESTINIENS, IRAKIENS ET IRANIENS ET D,AUTRES PAYS DE LA REGION ! EL DOUDÉ BEL 3AJWÉ !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 50, le 11 juin 2018

  • Le patriarche Raï demande aux responsables libanais de retirer le décret de naturalisations... il dénonce "un décret promulgué sous le manteau avec des noms suspects qui ne sont pas digne de la nationalité libanaise". Quoique je partage 100% les paroles du Patriarche maronite, je ne permets pas d'y ajouter une virgule. Etre Libanais se mérite. Hélène Carrère d'Encausse, femme politique et historienne française, née à Paris en 1929, secrétaire perpétuelle de l'Académie française. Elle est la fille du Géorgien Georges Zourabichvili. Elle a dit : La France est le plus beau pays du monde et être Français se mérite.

    Honneur et Patrie

    13 h 37, le 11 juin 2018

  • qui saura tranquiliser la curiosite des libanais , quant a confirmer ou infirmer l'info qui "jure" que les naturalises ont DEJA un droit acquis , que leur retirer la citoyennete nouvellement acquise n'est pas chose evidente, qu'ils peuvent facilement faire appel , la suite nul ne la connait ... Pt't l'OLJ pourrait obtenir et publier 2 avis de juristes prouves ?

    gaby sioufi

    12 h 28, le 11 juin 2018

Retour en haut