X

Liban

Naturalisations : La publication des noms confirme les craintes et maintient les interrogations

Liban

Des proches du régime syrien figurent effectivement parmi les bénéficiaires.

Claude ASSAF | OLJ
08/06/2018

Après plusieurs jours de confusion et d’atermoiements, le ministère de l’Intérieur a procédé à la publication sur son site électronique du décret sur la naturalisation d’environ 400 ressortissants arabes et étrangers, dont une centaine de Syriens et une autre de Palestiniens. Cette publication, qui ne lève pas pour autant les interrogations au sujet de cet épisode obscur, intervient après les requêtes incessantes du parti Kataëb, des Forces libanaises et du Parti socialiste progressiste en vue d’obtenir des éclaircissements au sujet du décret élaboré, selon eux, en coulisses pour en faire bénéficier des personnes soupçonnées de faire l’objet de poursuites ou de condamnations judiciaires ou encore de graviter dans l’orbite du président syrien, Bachar el-Assad.Mercredi dernier, Nadim Gemayel, député Kataëb, avait dévoilé l’existence du document sur son compte Twitter, sachant que jusqu’ici il n’est pas publié au Journal officiel, bien qu’il porte la signature du ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, du Premier ministre, Saad Hariri, et du président de la République, Michel Aoun.


(Lire aussi : Fantasmes, torchons et serviettes, le billet de Gaby NASR)


L’information de M. Gemayel a aussitôt provoqué auprès de plusieurs parties politiques ainsi que parmi la population une vive indignation véhiculée par les médias. L’affaire est devenue d’opinion publique, comme l’a reconnu hier le ministère de l’Intérieur dans le texte présentant les noms des bénéficiaires. Parmi ces noms figurent ceux du financier syrien Moufid Karamé, des hommes d’affaires syriens Assaad Abdel Kader Abdallah Sabra et ses deux fils, et Khaldoun Mohammad Zoabi, ainsi que les membres des familles de l’ancien ministre syrien de l’Éducation, Hani Mortada, et de Farouk Joud, qui serait vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Lattaquié. Tous sont considérés comme des proches du régime. Une centaine de ressortissants palestiniens et une dizaine de personnes sans papiers ont en outre été naturalisés, ainsi que l’ancien Premier ministre irakien Iyad Allaoui, son épouse et ses trois enfants.

Une société américaine « naturalisée » !
Les autres pays dont sont issus les bénéficiaires sont notamment la France, le Canada, la Suisse, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Argentine, la Grèce, l’Arménie, les Philippines, la Russie, la Suède, le Soudan, l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’Iran, la Tunisie et les États-Unis. Et fait insolite, parmi la vingtaine d’Américains qui ont obtenu la nationalité, figure sur la liste « Star Skylights », une société de consultations dont les activités se trouvent en Afrique du Sud.
Aussitôt après la publication du décret, le ministère de l’Intérieur a lui-même affirmé dans un communiqué que certains de ces noms suscitent des doutes et qu’un supplément d’enquête va être mené. Mais cette affirmation n’a fait que rajouter à l’aspect ubuesque de l’affaire, le ministère étant censé avoir vérifié lui-même ces données avant que le décret ne soit signé.
Beaucoup de questions se posent en outre autour de la publication tardive du document. Il est vrai que la crise que le décret avait suscitée a commencé à trouver dimanche sa solution à travers la convocation par le chef de l’État du directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim. M. Aoun lui a demandé d’enquêter sur les noms des bénéficiaires, alors que, note-t-on, cette enquête aurait dû être menée avant la signature du décret, sachant que la SG comporte un département en charge de la naturalisation. M. Aoun avait dans le même temps voulu apaiser les esprits, demandant aux citoyens de fournir au ministère de l’Intérieur et à la Direction générale de la Sûreté générale toute information selon laquelle les personnes concernées par le décret ne méritent pas la nationalité. Mais comment les citoyens allaient-ils formuler leurs plaintes tant que le décret n’était pas publié ? Il a fallu deux jours, c’est-à-dire mardi, pour que M. Ibrahim indique
que le document allait paraître dans les 48 heures, c’est-a-dire hier. Ce qui fut fait. Entre-temps, le président Aoun s’était entretenu à Baabda avec le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, mercredi, et avec M. Ibrahim, hier, réunions au menu desquelles devait vraisemblablement figurer la question du décret contesté.

Un texte signé le 11 mai
On craint dans certains milieux à ce propos que le document ait pris du temps à paraître parce que les responsables devaient y apporter des modifications. En tout état de cause, pense-t-on, le texte n’aurait pas été diffusé, n’était la fuite dont il avait fait l’objet, sachant qu’il avait été signé le 11 mai, au lendemain des législatives et avant la transformation du gouvernement en cabinet sortant.
Sans nier le pouvoir constitutionnel que détient le chef de l’État pour l’octroi de la nationalité, ce projet de naturaliser des centaines de personnes n’aurait-il pas dû être examiné par le Conseil des ministres et par le Parlement ? Certaines sources affirment à cet égard que ce sont les milieux de Aïn el-Tiné qui auraient fuité la liste. La raison en serait que le président de la Chambre, Nabih Berry, aurait été irrité du fait qu’il n’a pas été consulté sur le projet de naturalisations. Si ces informations sont vérifiées, on se retrouverait devant une nouvelle étape du bras de fer qui perdure entre les deux premières présidences.

Joint par L’Orient-Le Jour, pour savoir sa réaction sur la publication du décret, un cadre FL estime qu’« il s’agit d’une démarche positive », estimant toutefois que « le retard est dû à la réticence des responsables à diffuser parmi les noms des bénéficiaires certains noms suspects ». « Or le pouvoir ne peut regagner la confiance des gens en adoptant une attitude qui suscite l’inquiétude et de nombreux points d’interrogation », note-t-il, indiquant par ailleurs que son parti « va s’atteler à l’examen des noms et étudier le cas échéant la possibilité de recours auprès du Conseil d’État ».
Quant à Nadim Gemayel, également contacté par L’OLJ, il reste indigné de ce que « les noms des bénéficiaires n’aient pas fait l’objet d’investigations préalables adéquates », soulignant que « c’est la SG et non Interpol qui a qualité à mener ces enquêtes ». Le ministre de l’Intérieur avait déclaré la semaine dernière qu’il avait soumis les noms notamment à Interpol avant la signature du décret. Tout en indiquant qu’il n’a pas eu le temps d’étudier minutieusement la liste publiée, Nadim Gemayel constate que « parmi les bénéficiaires figurent des personnes qui portent atteinte à la sécurité financière du pays, d’autant que l’octroi de la nationalité à ces personnes court-circuite les mises en garde des États-Unis concernant l’ouverture de comptes appartenant à des Syriens ». « Ces personnes vont s’ouvrir au marché international et constituer donc un danger financier et économique pour le pays », ajoute-t-il, déplorant que « les investissements saoudiens aient été abandonnés pour être remplacés par une injection dans le secteur financier de fonds relevant du régime syrien ». « En plus de l’identité politique et culturelle du pays, on cherche maintenant à changer l’identité financière et économique », avertit M. Gemayel. Mais pour d’autres parties, les protestations contre cette mesure de naturalisation sont infondées. Edgard Traboulsi, député de Beyrouth et membre du bloc parlementaire aouniste, a appelé hier, dans une déclaration, à « mettre un terme aux surenchères qui exploitent le décret de naturalisation en vue d’intérêts politiques consistant à prendre pour cible la présidence et provoquer son échec ».


Lire aussi
Naturalisation : ce que dit la loi au Liban

Les Libanaises mariées à des étrangers dénoncent une « humiliation » et une « trahison»

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le pont

J'espère que les américains ne vont pas s'inviter dans ce dossier et considérer que le Liban détourne, en quelque sorte, par la naturalisation, certaines sanctions contre certains hommes d'affaires arabes et autres. La plus belle était la naturalisation d'une société, ne fallait-il pas accorder à celle-ci le passeport diplomatique tant qu'à faire? !!!!
Par ailleurs combien ont-ils payé de frais ces naturalisés?. Tout le monde paye de frais partout dans le monde, pour obtenir une nouvelle nationalité. Peut-être nos dirigeants ont payé de leurs poches à ces hommes d'affaires pour les supplier de devenir libanais. Il faut qu'ils nous disent pour faire une quête et leur rembourser ce qu'ils ont déboursé.

Saade Joe

L’iranien sur la liste est accuse de corruption dans l’industrie du petrole. Le responsable libanais qui a inclus son nom sur la liste devrait etre accuse de tentative de corruption des revenus de notre petrole. C’est impardonnable. Pourra t on savoir qui l’a sponsorisé?

Michel N Fayad

Comment peut-on naturaliser une societe de consultations???

Irene Said

Le pire, dans cette représentation du cirque gouvernemental, c'est manifestement d'avoir négligé T.N.B. (Tonton Nabih Berry) et donc privé des retombées bénéfiques de toutes sortes de ce deal du siècle: les naturalisations d'hommes fortunés syriens...vous vous rendez compte du crime de lèse-majesté envers T.N.B. ???
C'est donc reparti pour un nouveau cercle vicieux de vengeances jusqu'à la fin de l'année...au minimum...
Irène Saïd

LA TABLE RONDE

Notre Patriarche Rai s'est entretenu avec macron la semaine dernière, il lui expressément dit qu'il fallait trouver le moyen de retourner les réfugiés syriens chez eux , au plus vite à cause de la loi n°10 d'expropriation, que la Syrie était devenu plus sûre et que rien à FOUTRE que le héros syrien aille au diable ou au paradis, mais que si cela ne se faisait pas , l'exemple des palestiniens en 75 est encore chaud pour nous rappeler le danger qu'il y aurait à faire traîner les choses.

Bien sûr on ne sait pas ce que macron lui aurait répondu, mais une chose est sûre, la France s'en lave les mains et attend un règlement de ces réfugiés, entre les libanais et les syriens du pays légitime du heros Bashar .
Normal , il serait difficile pour l'occident de manger son chapeau.

Attendre des N.U ou des occidentaux une solution nous mènera à des situations pire que la simple naturalisation de ressortissants syriens .

gaby sioufi

voyons voir qui parmi tous les responsables de cette mascarade , de cette comedie melo dramatique ,

qui sera le 1er a demissionner ( quoique machnouk s'en fiche pas mal puisqu'il est ministre sortant sans espoir de retour ) PARIONS qu'il ne le fera pas pour autant .

Irene Said

Le plus désolant pour nous simples citoyens libanais est de constater que cette affaire honteuse et même ridicule de par ses nombreux épisodes, nous révèle une fois de plus un "Président de la République Libanaise" agissant pour ses propres intérêts, ainsi que toutes les personnes qui ont signé ce décret de naturalisations sans en vérifier scrupuleusement le contenu.
Comment leur faire encore confiance ?

Dans d'autres pays qui se respectent et qui respectent leurs citoyens, ces "responsables" auraient déjà été démis de leurs fonctions et priés de rentrer chez eux !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU TROMPE L,OEIL ! POUR NATIONALISER DES SYRIENS ORBITANT AUTOUR DU REGIME SYRIEN ET DONT LES PARENTS OU EUX POURRAIENT FAIRE L,OBJET DE SANCTIONS AMERICAINES... ET UN SEISME DANS LE PAYS... ON A NATIONALISE AUSSI PALESTINIENS ET AUTRES... LAHATA ETDI3 EL TASSÉ... ! C,EST L,IMPRESSION QUE DONNE CETTE HISTOIRE UN PEU TROP NON ORTHODOXE ! TRES MAUVAISE INITIATIVE ET RISQUE POUR NOTRE SYSTEME BANCAIRE SI CES GENS OUVRENT DES COMPTES DANS NOS BANQUES !

Wlek Sanferlou

La charrette devant les boeufs! En voilà un excellent exemple! Bien sûr grâce à nos politiciens érudits et trop pleins d'expérience...

Allah yisseeiid

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué