X

À La Une

Nadine Labaki à L’OLJ : Il est temps que l’État libanais se réveille

La réalisatrice libanaise a remporté le beau prix du jury pour « Capharnaüm », exactement comme Maroun Bagdadi il y a 27 ans avec « Hors la vie ».


19/05/2018

Après dix jours de projections et de suspense, le Festival de Cannes s’est clôturé et a remis le trophée suprême, cette vénérable et si convoitée Palme d’or, au Japonais Manbiki Kazoky pour Une affaire de famille. Mais la Palme du cœur - et le prix du jury - est revenu à celle qui a bouleversé la Croisette avec son Capharnaüm : Nadine Labaki. Des larmes de joie se sont mêlées à une grande émotion très souvent contenue tout au long de ce projet qui lui tenait à cœur. Et à corps. Il faut dire que plus qu’un film, Capharnaüm a été une véritable aventure humaine où se sont enrôlés des dizaines de petits soldats déterminés à servir une cause : l’enfance et l’innocence bafouées. Partout - Liban inclus, bien sûr. 

Ce qui vient de se passer à Cannes est beau, comme une filiation, 27 ans après la même récompense obtenue par Maroun Bagdadi pour Hors la vie. Pressée par L’Orient-Le Jour de partager son message après ce prix prestigieux, elle n’a pas hésité avant de répondre...

« Aujourd’hui, la reconnaissance apportée à mon film m’oblige à être le porte-parole de ces êtres invisibles. C’est un cri de douleur et de détresse que j’adresse aux autorités libanaises et je leur dis : Il est temps que l’Etat se réveille. Vous, les responsables, ouvrez les yeux : il est nécessaire que les choses bougent. Le Liban en a assez d’être traité comme un pays du tiers-monde alors que nous avons un potentiel très riche et une capacité énorme à réfléchir à des solutions », s’enthousiasme-t-elle. « Si mon film s’appelle Capharnaüm, c’est qu’il est à l’image de ce désordre absolu dans lequel on se débat depuis des années. Si Cannes m’a entendue et comprise et que le monde entier nous a regardés à la télévision, il n’est pas permis que notre propre pays ne nous comprenne pas ! », scande-t-elle encore. 

Et de continuer à l’adresse de l’ensemble de la classe politique : « Regardez tous ces sans-abris, ces sans papiers qui vivent dans la misère la plus totale. Faites un peu de rangements dans vos affaires afin de voir plus clair. Le Liban est un pays d’accueil, qui au détriment de sa propre identité, a accueilli de milliers de réfugiés. Rendez-lui honneur. Ne les laissez pas sombrer dans la détresse ; trouvez, pour tous ces laissés-pour-compte des solutions concrètes . Il est inadmissible qu’il y ait tellement d’enfants au Liban qui vivent dans la rue ou qui soient abusés, violentés, maltraités. Il n’y a même pas de correctionnelle pour ces mineurs qui se retrouvent souvent dans les prisons avec les adultes. Les associations libanaises font un travail fabuleux, mais cela ne suffit pas. Elles sont débordées ». 


(Lire aussi : "Capharnaüm", ou juste le droit d’exister...)


« Faire tomber les visières... »

La force de Nadine Labaki et son engagement à toute épreuve ne l’empêchent néanmoins pas d’être pleine de gratitude. « De Cannes, qui a accueilli chaleureusement et généreusement mes deux précédents films et qui me fait l’honneur, pour cette 71ème édition, d’auréoler d’or ma troisième œuvre, Capharnaüm, j’aimerai d’abord remercier le Festival qui a mis en moi toute sa confiance. Ma reconnaissance va certainement à mon époux, qui a été patient avec moi et qui a cru en mon projet, puisqu’il a porté pour ce film, outre la casquette de musicien, celle de producteur, mais aussi à tous ces petits soldats qui m’ont suivie dans cette aventure audacieuse. 

« Je suis heureuse d’avoir été en compétition officielle dans un Festival comme celui de Cannes, de la France des valeurs républicaines et je suis sincèrement convaincue que le cinéma est une tribune puissante pour élever la voix. Je ne dis pas que les choses vont changer du jour au lendemain, mais au moins, Capharnaüm aura permis d’ouvrir le débat, de faire tomber les visières ». 

Pour Nadine Labaki, la voix de Zain et celle de Yordanos, les deux principaux protagonistes de son film et qui étaient, jusqu’à tout récemment, encore invisibles, résonnent aujourd’hui dans le monde entier. Elle espère ainsi que Capharnaüm aura le même accueil au Liban qu’à Cannes. « Il faut que l’on s’arrête ; que l’on regarde autour de soi, et que l’on mette enfin sur pieds une loi qui structure et protège l’enfance. » 

Capharnaüm est une aventure que Le Liban a suivi de près avec une grande attention. De Cannes au pays du Cèdre, une longue chaîne humaine s’est formée pour soutenir les principaux protagonistes, ces comédiens non professionnels qui ont sélectionnés grâce au talent de directrice de casting de Jennifer Haddad, et qui portent le film sur leurs épaules. Le Syrien Zain al-Rafeea et l’Éthiopienne Yordanos Shiferaw ont attendri, fait pleurer, et bouleversé les festivaliers. Le petit Zain, boule d’énergie et d’intelligence, aura marqué l’histoire du cinéma comme The Kid ou Antoine Doinel à leurs époques, alors que Yordanos Shiferaw aura remué la Croisette par son authenticité et sa sincérité. 

Rappelons que Capharnaüm, qui était en lice pour la Palme d’or avec 20 autres films, suit le périple d’un jeune garçon des bidonvilles dont le chemin croise une jeune femme de ménage qui travaille au noir. Tous deux, sans identité et sans papiers, vont tenter d’affirmer leur existence. De faire valoir leur droit à la vie et à la dignité.



Pour mémoire 

Nadine Labaki : Je rêvais tout le temps de Cannes

Sur le tapis rouge de Cannes, l'actrice libano-française Manal Issa dénonce le massacre de Gaza

27 ans après Maroun Bagdadi, Nadine Labaki représentera le Liban à Cannes en sélection officielle
L'émotion et les larmes de Nadine Labaki pour Beyrouth

Nadine Labaki, Joana Hadjithomas, 7 questions, 7 réponses et une même boulimie de cinéma

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Nadine Labaki une étoile qui brille dans le monde des arts et son message est net et précis , il faut libérer le Liban des tribus et finir de ces grandes fermes humaines .

ACE-AN-NAS

Une libanaise qui A du sens .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST DU DOMAINE DES SOUHAITS ! LA REALITE ETANT TOUTE AUTRE.

Irene Said

C'est que, Chère Madame Nadine Labaki,
"l'Etat libanais" ne désire surtout pas se réveiller et voir dans quelles misères il a plongé ce pays.
Cet "Etat" préfère continuer de dormir et de rêver aux multiples profits que ses "représentants" peuvent encore engranger personnellement...

Sinon, nous Libanais sommes très fiers de vous et du prix que vous avez reçu au Festival de Cannes, et vous disons: continuez ainsi, vous faites briller le Liban féminin et artistique, MERCI !
Irène Saïd


Sarkis Serge Tateossian

Un film qui traite un sujet d'actualité au Liban ... Mais surtout, universel

Eleni Caridopoulou

J' avais des larmes aux yeux , j'ai regardé depuis le début et j'attendais avec impatience la fin. Bravo Nadine.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué