Rechercher
Rechercher

À La Une - Festival de Cannes

Festival de Cannes : Nadine Labaki remporte le prix du jury avec Capharnaüm

Le Liban n'avait pas été représenté à Cannes depuis 1991, quand Maroun Bagdadi avait remporté le prix du Jury pour hors la vie.

Le producteur Khaled Mouzannar, l'acteur Zain al-Rafeea et la réalisatrice Nadine Labaki à leur arrivée à la cérémonie de clôture le 19 mai à Cannes. AFP / Loic VENANCE

La réalisatrice libanaise Nadine Labaki a remporté samedi soir le prix du jury du festival de Cannes avec son dernier film, Capharnaüm. L'événement est de taille, puisque le Liban n'avait pas été représenté à Cannes depuis 1991, quand Maroun Bagdadi avait remporté le prix du Jury pour hors la vie.

L'Américain Spike Lee a été récompensé par le Grand Prix pour "BlacKkKlansman". La Palme d'or a été remise à "Une affaire de famille" du Japonais Kore-Eda. 

C'est accompagnée de son époux, Khaled Mouzannar, qui, outre la production, a signé la musique du film, ainsi que du jeune acteur Zain al-Rafeea que la Libanaise a reçu son prix.
"Merci infiniment pour ce prix inouï. C’est une chance énorme pour un petit film qu’on a fait à la maison, en famille, a déclaré Nadine Labaki alors qu'elle recevait son prix. Pendant que je fête le cinéma avec vous, je ne peux pas ne pas penser à une petite fille qui s'appelle Cedra, qui a joué le rôle de Sahar, la sœur de Zain, dans le film. Aujourd'hui, elle a probablement passé sa journée debout, sous le soleil, le visage collé contre les vitres des voitures à essayer de se défendre comme elle peut contre les insultes, contre les humiliations des uns et des autres (...). Puis elle s'est endormie en rêvant qu'un jour elle pourra aller à l'école comme tous les autres enfants de la Terre".



Et la réalisatrice de poursuivre : "Je vous dis cela parce que je sais qu'à nous tous, ici présents, on peut changer quelque chose. Je crois profondément au pouvoir du cinéma.  Le cinéma n'est pas seulement fait pour divertir et faire rêver il est aussi fait pour faire réfléchir, pour montrer l'invisible, dire ce qu'on ne peut pas dire. On ne peut plus continuer à tourner le dos et rester aveugle face à la souffrance de ces enfants qui se débattent comme ils peuvent dans ce Capharnaüm qu'est devenu le monde. Je ne sais pas quelle est la bonne solution. Moi-même je ne l’ai pas (...). Je voudrais vous inviter à réfléchir, parce que l'enfance mal aimée est à la base du mal dans le monde (...). Je voudrais dédier ce prix à mon pays qui malgré tout ce qu’on lui reproche a accueilli le plus grand nombre de réfugiés dans le monde". 


(Lire aussi : Nadine Labaki à L’OLJ : Il est temps que l’État libanais se réveille)


Au terme d'une édition où les femmes mais aussi l'Asie et le Moyen-Orient ont joué les premiers rôles, le jeu des pronostics battait son plein. C'est finalement le réalisateur Franco-Suisse Jean-Luc Godard, qui était en compétition avec "Le livre d'image". qui a remporté la Palme d'or spéciale.  Le Polonais Pawel Pawlikowski a remporté le prix de la mise en scène pour "Cold War".
La réalisatrice italienne Alice Rohrwacher pour "Lazzaro Felice" et les Iraniens Jafar Panahi et Nader Saeivar pour "Trois visages" sont arrivés ex aequo pour le prix du scénario.
La Kazhake Samal Esljamova s'est vue décerner le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "Ayka" et l'Italien Marcello Fonte s'est vu décerner le prix d'interprétation masculine pour son rôle dans "Dogman".
Le film "Girl" du jeune cinéaste belge Lukas Dhont a reçu la Caméra d'or, récompensant un premier film, toutes sections confondues. L'Australien Charles Williams a reçu la palme d'or du court métrage pour "All these Creatures". Et enfin, mention spéciale du court métrage pour "Yan Bian Shao Nian" du Chinois Wei Shujun


(Lire aussi : "Capharnaüm", ou juste le droit d’exister...)


"Je n'en reviens pas. C’est inouï ! Jamais je n'aurais imaginé ces réactions (après la projection, ndlr), que ce film fasse autant de bruit, que les gens en débattent autant. Et c'est ça le plus important pour moi. Le but c'était d'avoir une plateforme aussi importante que celle de Cannes, parce que ce film a besoin de cette plateforme pour rayonner. Je n'aurais pas pu espérer mieux", avait auparavant confié Nadine Labaki sur le tapis rouge en arrivant à la cérémonie de clôture.

Après Caramel, sélectionné en 2007 dans la section Quinzaine des réalisateurs, et son second long-métrage Et maintenant on va où ?, sélectionné dans la catégorie Un certain regard en 2011 et récipiendaire du prix François Chalais, Nadine Labaki revenait cette fois-ci sur la Croisette dans le cadre de la sélection officielle.

Coécrit par Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michèle Keserwani, avec la collaboration de Georges Khabbaz et la participation de Khaled Mouzannar, Capharnaüm est l'histoire de Zaïn, un enfant de 12 ans, qui attaque ses parents en justice pour lui avoir "donné la vie" dans un monde injuste. A l'issue de la projection du film sur la Croisette, jeudi soir, la réalisatrice et son équipe avaient eu droit à une longue "standing ovation".



Il y a quelques mois, c'est un autre réalisateur libanais, Ziad Doueiri, qui était en lice pour décrocher un autre prix prestigieux, à savoir un Oscar. Qu'il n'a finalement pas eu.

"C’est une grande récompense pour moi et pour mon époux qui produit, pour la première fois avec Mooz Films, l’un de mes films. Mais aussi une récompense pour Pierre Sarraf, producteur exécutif, ainsi que toute cette équipe de petits soldats qui ont conjugué leurs efforts depuis deux ans et ont travaillé avec acharnement afin de faire aboutir ce projet", confiait récemment Nadine Labaki à notre collègue Colette Khalaf au sujet de la sélection de son film.


Pour mémoire 

Nadine Labaki : Je rêvais tout le temps de Cannes

Sur le tapis rouge de Cannes, l'actrice libano-française Manal Issa dénonce le massacre de Gaza

27 ans après Maroun Bagdadi, Nadine Labaki représentera le Liban à Cannes en sélection officielle

Pour mémoire

L'émotion et les larmes de Nadine Labaki pour Beyrouth

Nadine Labaki, Joana Hadjithomas, 7 questions, 7 réponses et une même boulimie de cinéma


La réalisatrice libanaise Nadine Labaki a remporté samedi soir le prix du jury du festival de Cannes avec son dernier film, Capharnaüm. L'événement est de taille, puisque le Liban n'avait pas été représenté à Cannes depuis 1991, quand Maroun Bagdadi avait remporté le prix du Jury pour hors la vie.L'Américain Spike Lee a été récompensé par le Grand Prix pour "BlacKkKlansman"....

commentaires (6)

Énorme BRAVO à Mme. Labaki et à sa brave équipe!!! Ils méritent d' être ovatonnés par les Autorités libanaises concernées... Mme. Labaki a si bien dit: "l enfance mal aimée est la cause du mal dans le monde". Quel profond sujet à rélexion!!! Félicitations!!! Pourvu que Capharnaüm ne soit pas censuré au Liban..

Zaarour Beatriz

14 h 04, le 20 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Énorme BRAVO à Mme. Labaki et à sa brave équipe!!! Ils méritent d' être ovatonnés par les Autorités libanaises concernées... Mme. Labaki a si bien dit: "l enfance mal aimée est la cause du mal dans le monde". Quel profond sujet à rélexion!!! Félicitations!!! Pourvu que Capharnaüm ne soit pas censuré au Liban..

    Zaarour Beatriz

    14 h 04, le 20 mai 2018

  • Mille Mabrouk à Nadine Labaki pour ce prix. Une fierté nationale pour une grande dame qui a réalisé de très beaux films

    Liberté de Penser

    07 h 30, le 20 mai 2018

  • Mabrouk!!!!

    Wlek Sanferlou

    04 h 48, le 20 mai 2018

  • Bravo cest une récompense amplement méritée. A encourager le cinema et les productions libanaises

    Sarkis Serge Tateossian

    22 h 31, le 19 mai 2018

  • FELICITATIONS CHALEUREUSES ! BRAVO !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 23, le 19 mai 2018

  • Mabrouk à madame Labaki et à tout le Liban !!! Quelle fierté.

    Algebrix

    21 h 19, le 19 mai 2018

Retour en haut