Rechercher
Rechercher

Éclairage

Mission accomplie pour Satterfield : le ton a baissé entre le Liban et Israël

Le secrétaire d’État adjoint américain pour le Proche-Orient, David Satterfield, a regagné Washington après avoir réussi à apaiser la tension qui menaçait de s’exacerber entre le Liban et Israël à cause du conflit frontalier terrestre et maritime entre les deux pays. Celui-ci est cependant loin d’être réglé. L’émissaire américain doit reprendre sa médiation après les élections législatives afin d’essayer de trouver une solution médiane qui conviendrait aux deux parties.

Le fait que David Satterfield soit parvenu à faire baisser le ton, qui montait dangereusement entre le Liban et Israël depuis que celui-ci a décidé de construire un mur en ciment sur treize points contestés par Beyrouth à la frontière sud et menacé de frapper le Liban s’il se lance dans une exploration pétrolière offshore dans le bloc 9, est considéré dans des milieux occidentaux comme un premier pas vers un règlement du contentieux frontalier libano-israélien, sous l’auspice des États-Unis.



(Lire aussi : Contentieux frontalier avec Israël : Aoun propose un arbitrage international)


Washington, qui avait essayé sous le mandat du président Barack Obama de convaincre le Liban et Israël d’accepter de percevoir respectivement 60 % et 40 % du produit de vente du pétrole dégagé du triangle de 860 km2 que se disputent les deux pays, avait été surpris par l’intransigeance de Beyrouth. Une intransigeance qui est de nouveau apparue durant les entretiens de l’émissaire américain dans la capitale libanaise et qui a poussé ce dernier à renoncer à plaider pour le départage des produits de vente, qui avantage pourtant le Liban. Le souci premier de David Satterfield était d’empêcher que la tension ne monte à la frontière. Ce souci s’est manifesté lors de la première visite de l’émissaire américain en Israël, lorsqu’il a refusé de prendre parti en faveur de Tel-Aviv.

M. Satterfield, qui avait entamé sa mission de médiation par une visite en Israël, avait pris la défense de l’armée libanaise face aux responsables israéliens qui la critiquaient et la considéraient comme une unité du Hezbollah. Il avait insisté devant eux sur le fait que les forces régulières se sont distinguées par leur lutte efficace contre le terrorisme et que son pays ne les aurait pas aidées s’il était vrai qu’elles sont contrôlées par le Hezbollah. Dans les mêmes milieux, on a indiqué que les Israéliens ont vite réalisé que ce discours recelait un message qui leur était indirectement adressé et qu’ils ne pouvaient pas compter sur l’appui des États-Unis dans leur conflit frontalier avec le Liban. Ayant compris que l’administration américaine ne donnera pas son feu vert à une opération militaire contre le Liban si jamais l’exploration pétrolière commence dans le bloc 9, Tel-Aviv a essayé de convaincre David Satterfield de l’opportunité de négociations bilatérales politiques directes à Naqoura, sous l’auspice des États-Unis et en présence de la Finul. Le Liban a catégoriquement rejeté cette proposition, bien qu’Israël ait tenté de l’appâter en se disant prêt à céder sur la question des 13 points terrestres contestés par le Liban, et à discuter plus tard de l’affaire du bloc 9.

Des capitales occidentales ont alors proposé au Liban de recourir à l’arbitrage, mais Amal et le Hezbollah ont mis en garde contre cette option qui risque de se faire au détriment du pays. Mais de l’avis de sources politiques, l’opposition du tandem chiite à un arbitrage s’explique surtout par le fait que le Hezbollah voudrait garder ce dossier du litige frontalier comme un atout dans ses mains, puisqu’il lui assure une nouvelle fonction : celle de défendre le pétrole libanais. Selon les mêmes sources, cette affaire pourrait de surcroît donner à la formation chiite un motif pour retirer ses troupes de Syrie, sous prétexte de vouloir défendre les ressources pétrolières libanaises.




Lire aussi

Berry réaffirme devant Satterfield le refus du Liban de toute concession territoriale

Liban/Israël : Ce que cache la mission Satterfield...

Hydrocarbures offshore : La visite de Satterfield marque la fin de la proposition Hof

Le nouvel objectif de la médiation américaine : éviter l’escalade !, le décryptage de Scarlett Haddad 

Le canon et la bétonnière, l'éditorial d'Issa GORAIEB

Des menaces... et des négociations, le décryptage de Scarlett HADDAD

Un conflit entre le Hezbollah et Israël serait le "pire des cauchemars", estime l'ONU

Le Liban n’écarte pas la voie militaire si Israël poursuit ses violations

Ressources offshore : Israël souhaite « une solution diplomatique » avec le Liban


Le secrétaire d’État adjoint américain pour le Proche-Orient, David Satterfield, a regagné Washington après avoir réussi à apaiser la tension qui menaçait de s’exacerber entre le Liban et Israël à cause du conflit frontalier terrestre et maritime entre les deux pays. Celui-ci est cependant loin d’être réglé. L’émissaire américain doit reprendre sa médiation après les...

commentaires (4)

On ne va pas être sarcastique , et dire tout simplement et tout calmement 2 choses 1) depuis quand israel tient compte des conseillés que lui envoie l'Amérique ? C'est plutôt le contraire qui se passe . 2) à supposer que les hezb bla bla bla ... patati ...iranien ,....syrien ..... wylayat EL fakih .. ..et tartempion ....n'avait pas ces armes qui font tant peur à israel , au point où étrangement les avions de ce pays ne NOUS SURVOLENT PLUS , NI NE SURVOLENT LA SYRIE DU HÉROS BASAHR EL ASSAD depuis 3 semaines , PENSEZ VOUS QUE LE PAYS DE L'USURPATION GÉNÉTIQUE ALLAIT SE RANGER AUX THÈSES DU LIBAN ? ALLONS , POUR L'AMOUR DU CIEL , ARRÊTONS DE BRAIRE UN PEU .

FRIK-A-FRAK

11 h 11, le 28 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • On ne va pas être sarcastique , et dire tout simplement et tout calmement 2 choses 1) depuis quand israel tient compte des conseillés que lui envoie l'Amérique ? C'est plutôt le contraire qui se passe . 2) à supposer que les hezb bla bla bla ... patati ...iranien ,....syrien ..... wylayat EL fakih .. ..et tartempion ....n'avait pas ces armes qui font tant peur à israel , au point où étrangement les avions de ce pays ne NOUS SURVOLENT PLUS , NI NE SURVOLENT LA SYRIE DU HÉROS BASAHR EL ASSAD depuis 3 semaines , PENSEZ VOUS QUE LE PAYS DE L'USURPATION GÉNÉTIQUE ALLAIT SE RANGER AUX THÈSES DU LIBAN ? ALLONS , POUR L'AMOUR DU CIEL , ARRÊTONS DE BRAIRE UN PEU .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 11, le 28 février 2018

  • LE TON A BAISSE PUISQU,ON A PARLE D,ARBITRAGE INTERNATIONAL... ET QUE TOUT ARBITRAGE FINI HELAS PAR DES COMPROMIS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 55, le 28 février 2018

  • Donc, grâce à ce conflit du Bloc 9, Israël fournit sur un plateau d'argent au Hezbollah un deuxième prétexte-bouclier inespéré pour garder ses armes illégitimes et iraniennes ! On doit danser de joie dans les bunkers... Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 32, le 28 février 2018

  • Mr. Abi-Akl, vous ne pouvez pas dire, ou écrire: "l’émissaire américain ... a renoncer à plaider pour le départage des produits de vente, qui avantage pourtant le Liban." Le bloc appartenant au Liban, le partage n'est pas a son avantage. Par contre vous visez dans le mile lorsque vous mentionnez que "le Hezbollah voudrait garder ce dossier du litige frontalier comme un atout dans ses mains, puisqu’il lui assure une nouvelle fonction : celle de défendre le pétrole libanais". La, par contre, vous aurez du ajouter le mot "de prétendre défendre le pétrole Libanais" car le Hezbollah ne défend que les intérêts Irano-syrien sous couvert de le faire pour le Liban.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 17, le 28 février 2018