Liban

Le Liban n’écarte pas la voie militaire si Israël poursuit ses violations

Dans les coulisses de la diplomatie
19/02/2018

Il n’est pas facile pour les États-Unis de faire pression sur Israël pour l’empêcher de violer la résolution 1701 par voie terrestre, aérienne et maritime, comme l’a demandé le président de la République, Michel Aoun, au secrétaire d’État US Rex Tillerson lors de sa visite au Liban jeudi dernier.  

Les relations stratégiques entre Washington et Tel-Aviv sont à l’origine de cette difficulté, affirme une source diplomatique bien informée. Pour justifier ses violations de la 1701, Tel-Aviv affirme que le Hezbollah transporte des missiles de Syrie au Liban et prétend avoir observé des manœuvres confirmant une volonté de la part du parti chiite de mettre en place des sites pour lancer des missiles contre le nord d’Israël, voire contre d’autres régions situées plus loin dans l’hinterland israélien. Ces prétextes israéliens servent du reste les intérêts de Washington pour qui le Hezbollah est une organisation terroriste qui devrait se reconvertir en parti politique, poursuit cette source diplomatique. Il y a donc une convergence d’intérêts entre les deux pays, comme le prouve d’ailleurs le communiqué virulent contre le Hezbollah dont a donné lecture Rex Tillerson lors de sa conférence de presse conjointe au Sérail avec le Premier ministre Saad Hariri, ajoute cette même source. Pour elle, c’est la Maison-Blanche qui est à l’origine du changement de position de M. Tillerson, qui avait affirmé la veille, dans le cadre d’un entretien télévisé à Amman, que le Hezbollah faisait partie du jeu politique libanais. Arrivé à Beyrouth, le responsable américain a durci le ton contre le parti chiite.

Partant, relève cette source diplomatique, il paraît difficile que Rex Tillerson puisse convaincre Tel-Aviv de la position libanaise, qui fait l’objet d’un consensus entre l’ensemble des pôles du pouvoir, à savoir que le Hezbollah est une composante politique qui dispose de ses députés et de ses ministres au sein de l’appareil de l’État. La situation devrait rester telle quelle jusqu’à nouvel ordre en raison de l’arsenal du parti chiite, avec lequel Israël doit compter et qui assure « un équilibre réel » avec l’État hébreu au niveau de la dissuasion, précise cette source, qui souligne le danger véritable que constituent des milliers de missiles iraniens pointés vers l’hinterland israélien. Dût-elle arriver, une confrontation ne se limiterait pas au nord d’Israël, souligne-t-elle.

Concernant le contentieux entre le Liban et Israël relatif au bloc 9 de la zone économique exclusive du pays du Cèdre, un accord a été trouvé avec Rex Tillerson pour dynamiser la mission de médiation menée par le secrétaire d’État adjoint pour les affaires du Proche-Orient, David Satterfield. Ce dernier avait évoqué la semaine dernière avec les pôles du pouvoir des alternatives au projet de Frederic Hof, l’émissaire américain qui avait été dépêché par l’administration Obama au début de la décennie pour régler ce contentieux, mais aucune des propositions n’a filtré à ce sujet.

Selon des sources du palais Bustros, Rex Tillerson aurait souligné la nécessité de négocier pour qu’Israël et le Liban profitent des ressources en hydrocarbures offshore, d’autant qu’il était lui-même le PDG d’ExxonMobil. Pour ces sources, si Israël persiste à vouloir prospecter le gaz libanais en multipliant les menaces, la voie militaire s’imposera alors au Liban, conformément aux décisions du Conseil supérieur de défense. Le Hezbollah est prêt à faire barrage en quelques heures à cette prospection israélienne du bloc 9 par la force si le Conseil supérieur de défense en décide ainsi, a affirmé vendredi le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Par ailleurs, toujours selon les mêmes sources, Saad Hariri aurait donné instruction aux responsables sécuritaires lors de la réunion du Conseil supérieur de défense de stopper par la force tout char israélien qui tenterait de protéger l’édification du mur israélien sur les 13 points qui font l’objet d’un litige entre le Liban et Israël sur la ligne bleue.



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Fanfaronnade - Tartarin de Tabascon - Encore une fois des mots pour ne rien dire....

Bery tus

si je peux me permettre de rajouter .. oui la force devra etre utiliser pour se defendre et non pour attaquer la je serai d'accords que les guerriers du hezb avec l'armee prennent la defense de nos territoires ... et encore la on sera perdant malgres les propagandes et les publicites

Le Faucon Pèlerin

Rubrique : Dernières infos.
15h41 : Israél annonce la conclusion d'un contrat gazier "historique" avec l'Egypte. Tandis qu'au Liban, le ministre Sarraf met le Liban sur la voie de la guerre...
Pourtant le Liban et l'Egypte sont parmi les fondateurs de la Ligue arabe.

Bery tus

si je me permet quand on recevra des milliers de missiles, quand le ratio sera de 7.5 c a d 1200 morts sur 160 et quelques cette fois ci 15 milliards de dégâts en infrastructure sur 16 millions et avec une pléthore de "si j'avais su" .. seulement la on comprendra ce qui nous sera tomber sur la tete .. bande d'ignorant

Le Faucon Pèlerin

Comme en 1948 :
Malbrough s'en va-t-en guerre.
Mironton, mironton mirontaine.
Malbrough s'en va-t-en guerre.
Ne sait quand reviendra.
Le Conseil supérieur de défense : "Si Israél persiste... la voie militaire s'imposera alors au Liban.
Préparez vos baluchons, les Sudistes !

LA TABLE RONDE

Voilà des PAROLES responsables de la part du Liban FORT de ses hommes et de sa résistance .

Les ânes continueront à BRAIRE et les moutons à bêler .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT DU SERIEUX... ET DE LA SAGESSE... DEUX ATOUTS QUI FONT ENORMEMENT DEFAUT A NOS INCAPABLES IGNORANTS
RESPONSABLES POUR TRAITER ET NEGOCIER LES DIFFERENDS QUI OPPOSENT LE PAYS A PRESQUE TOUS SES VOISINS IMMEDIATS !

Bery tus

je reviens sur ce que j’ai dis ... si le Liban emploi la force on est mal barrer car comme les russes sont impliquer en syrie et qu’on parle de pétrole vont s’impliquer de peur que cela ne se répercute sur d’autres pays aux alentours

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué