X

À La Une

Un conflit entre le Hezbollah et Israël serait le "pire des cauchemars", estime l'ONU

Tension

En cas de confrontation directe, "l'ampleur de la destruction au Liban serait absolument désastreuse", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. 

OLJ/Reuters
19/02/2018

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fait lundi part de sa préoccupation devant la perspective d'un conflit ouvert entre Israël et le Hezbollah.

"Les positions exprimées dernièrement par Israël et le Hezbollah montrent que les deux camps ne veulent pas d'une confrontation armée mais quelques fois, une étincelle suffit à enflammer ce type de conflit", a déclaré M. Guterres lors d'une conférence de presse à Lisbonne, au Portugal. "Je ressens une grande inquiétude face à une possible escalade", a ajouté le patron de l'ONU. "Le pire cauchemar serait celui d'une confrontation directe entre Israël et le Hezbollah (...), l'ampleur de la destruction au Liban serait absolument désastreuse", a-t-il ajouté.

Déjà vives, les tensions entre Israël et le Liban se sont accrues depuis l'annonce d'un projet de construction d'un mur à la frontière séparant les deux pays. Les autorités libanaises ont exprimé à plusieurs reprises leur opposition, estimant que 13 points litigieux, sur lesquels Israël compte édifier ce mur, se trouvent en territoire libanais. Les 13 points frontaliers sont historiquement revendiqués par le Liban. La délimitation de la frontière entre le Liban et la Palestine avait été effectuée par le comité Paulet-Newcombe en 1923. L'Etat hébreu a déjà édifié un mur en 2012 au niveau du village de Kfar Kila.

Autre contentieux entre les deux pays, les ressources énergétiques en Méditerranée. Le 9 février, Le Liban a signé son premier contrat d'exploration d'hydrocarbures au large de ses côtes avec un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et le russe Novatek. Deux blocs sont concernés, notamment le bloc 9, dont une partie se trouverait dans une zone maritime revendiquée par Israël.

Washington a dépêché le secrétaire d'Etat adjoint pour les affaires du Proche-Orient, David Satterfield, pour tenter de désamorcer le contentieux. Il s'est rendu cette semaine aussi bien à Beyrouth qu'à Jérusalem. Dimanche, le ministre israélien de l'Energie, Youval Steinitz, a déclaré, à l'issue d'un entretien avec M. Satterfield, qu'"une solution diplomatique est préférable pour les deux parties".

Vendredi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah avait pour sa part affirmé que le Liban était assez fort pour résister aux pressions américaines et israéliennes, appelant le gouvernement à négocier "en position de force", dans une allusion à la médiation américaine en cours.


Lire aussi
Le Liban n’écarte pas la voie militaire si Israël poursuit ses violations

Le Hezbollah derrière l’État : véritable changement ou nuance verbale ? le décryptage de Scarlett Haddad

Tillerson à Beyrouth : Les actions du Hezbollah "menacent" le Liban et la région


Plus de 75 % de la frontière entre le Liban et Israël est déjà marquée

Hydrocarbures offshore libanais : les dés sont jetés


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

N'oubliez pas que l'Amerique c'est le sionisme qui gouverne mais pas seulement en Amérique mais dans le monde entier, que Dieu nous préserve

Saliba Nouhad

Nous oublions 2 choses:
1- Israël n’a pas de velléités territoriales sur le Liban: les invasions du passé étaient dirigées contre l’implantation du Fatehland au Liban-Sud et de chasser l’OLP du Liban et se créer une zone tampon au Sud.
2- Le Hezbollah a juré de détruire l'état d'Israël et de reconquérir Jérusalem à tout prix!
Donc, celui qui déclenchera une déflagration entre les deux n’est pas celui qu’on pense, mais bien cette milice théocratique et fanatique qui a pris en otage l’état et la décision Libanaise...
Mr Guterres a bien raison: une étincelle stupide et c’est la catastrophe garantie pour tout le Liban: tout le monde le sait sauf Mr HN qui probablement dirait quand il sera trop tard : si je savais, car je pensais que les Israéliens avaient peur de nous et qu’on avait rétabli l’equilibre de la terreur!
Espérons que ce jour là n’arrivera jamais!

Irene Said

Sait-on aussi penser aux destructions, morts et malheurs que le Liban tout entier subirait automatiquement ?
Ou cela n'a-t-il aucune importance pour certains ?
Irène Saïd

George Khoury

que le hezbolla ne vienne pas nous dire penaud: "si je savais"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,Y A QUE LA SAGESSE ET LA VRAIE POLITIQUE DES INTERETS VITAUX ET URGENTS QUE SEULE PEUT GARANTIR LA NEGOCIATION DE PREFERANCE DIRECTE MAIS TOUT AUSSI INDIRECTE ! LES AMIS FESTOIENT ET CELEBRENT... LES ENNEMIS DISCUTENT ET NEGOCIENT... LE REFUS APPORTE LE REFUS ET LES DEUX DECLENCHENT LES GUERRES !

Wlek Sanferlou

De quoi le secrétaire général parle? Israël ne respecte pas les décisions de l'ONU,les USA les supporte, c'est à eux exclusivement qu'il faut s'adresser et se plaindre.le reste n'est que poudre aux yeux.

Alexandre Hage

Alors que proposez Mr le secrétaire Général des nations unies contre nous ? Que l'on dise Amen !
Attention la destruction sera terrible des 2 côtés. Au lieu de traire le veau, raisonnez la gourmandise insessante d'Israel! Khlessna baa

LA TABLE RONDE

Ce dé-guterres n'est que l'envoyé de ses employeurs israeliens.
L'usurpie n'est pas prête à payer le prix que lui fera subir la résistance du hezb .
Il est impensable que le hezb se batte seul , il a derrière lui des allies très puissants qui ne laisseront pas faire malgré les pertes énormes que subira l'usurpie que lui fera subir le hezb Résistant libanais , et dont elle ne se relevera plus JAMAIS.

TAKE it or LEAVE it .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué