Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Accord de Taëf : Berry et Joumblatt tirent la sonnette d'alarme

"Le décret n'est pas encore derrière nous", selon Waël Bou Faour.

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, et le leader druze Walid Joumblatt. Photo Wikipedia et Ani

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, et le leader druze Walid Joumblatt ont tiré lundi la sonnette d'alarme sur ce qu'ils considèrent comme des atteintes à l'accord de Taëf, qui régit le partage communautaire du pouvoir, sur fond de polémique autour du décret d'avancement d'officiers de l'armée libanaise de la promotion 1994.

"Ce qui s'applique aujourd'hui aux Libanais, c'est le non-Taëf et la non-Constitution", a déclaré M. Berry, cité par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Walid Joumblatt a également commenté l'application de l'accord de Taëf. "Quasiment toutes les décisions du Conseil des ministres creusent le déficit public au lieu de le contenir", a écrit le chef du PSP sur son compte Twitter. "Mais le plus dangereux, c'est le fait que Taëf soit progressivement vidé de sa substance, au lieu de s'y attacher et de le développer", a-t-il ajouté.

Le président de la Chambre et le chef de l’État sont à couteaux tirés depuis plusieurs semaines au sujet de la signature du décret de la promotion 1994. Le chef de l'État considère que ce décret, adopté en Conseil des ministres puis signé par lui-même, par le Premier ministre Saad Hariri et par le ministre de la Défense Yaacoub Sarraf, ne requiert pas la signature du ministre des Finances, alors que M. Berry (dont M. Khalil est un proche collaborateur) soutient l'inverse.

La semaine dernière, le département de la législation et des consultations près le ministère de la Justice avait rendu un avis selon lequel, le ministre des Finances n’a pas qualité à signer ledit décret aux côtés du président de la République et du Premier ministre, donnant ainsi gain de cause au chef de l’État. Une décision "taillée sur mesure", selon M. Berry, relevant que le ministre de la Justice, Salim Jreissati, était un proche du président Aoun.

"Le décret n'est pas encore derrière nous", a déclaré lundi l'ancien ministre Waël Bou Faour, proche de Walid Joumblatt à l'issue d'un entretien avec M. Berry à Aïn el-Tiné. "La solution réside dans le dialogue", a-t-il ajouté. "Nous espérons qu'il n'y a pas de volonté de passer par dessus Taëf", a-t-il affirmé.

Début janvier, M. Berry avait transmis une proposition dont les détails n'ont pas été révélés à M. Bou Faour. Selon des informations relayées par certains médias, M. Berry aurait proposé la fusion, dans un seul texte, des deux décrets, celui sur l'ancienneté et un autre sur la promotion de militaires, ce qui renverrait de facto les deux textes chez le ministre des Finances, entre autres.



Lire aussi

Aoun réitère son appel au respect des jugements de la justice

Le veto de Berry aux réformes électorales, une réaction à l’avis de la justice ?

Promotion 1994 : la querelle s’envenime entre les lieutenants de Aoun et de Berry

L'enjeu caché de la bataille du décret d'ancienneté

Le décret d'ancienneté pose le problème de l'application de Taëf...

La querelle Aoun-Berry, une dérive dans la dérive

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, et le leader druze Walid Joumblatt ont tiré lundi la sonnette d'alarme sur ce qu'ils considèrent comme des atteintes à l'accord de Taëf, qui régit le partage communautaire du pouvoir, sur fond de polémique autour du décret d'avancement d'officiers de l'armée libanaise de la promotion 1994."Ce qui s'applique aujourd'hui aux Libanais, c'est...
commentaires (5)

Les prises de position se precisent

Cadige William

15 h 54, le 22 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Les prises de position se precisent

    Cadige William

    15 h 54, le 22 janvier 2018

  • ils se font de la publicité.

    FAKHOURI

    15 h 15, le 22 janvier 2018

  • ils n'ont pas peur du ridicule - tant mieux pour eux, tant pis pour nous qui avons a les subir: ILS DEFENDENT LA CONSTITUTION disent ils , quand en arabe cela s'appelle: le voleur et le defenseur sont une seule et meme personne !

    Gaby SIOUFI

    14 h 32, le 22 janvier 2018

  • L,UN NE VEUT PAS TAEF ET VEUT DES AMENDEMENTS... ET L,AUTRE BI ZET EL MAWWAL !

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 43, le 22 janvier 2018

  • Quel est le loup , quel est l'agneau ?

    FRIK-A-FRAK

    13 h 04, le 22 janvier 2018

Retour en haut