Liban

Craintes d’un effet pervers de la querelle Aoun-Berry

Dans les coulisses de la diplomatie
12/01/2018

Les ambassadeurs de pays membres du Groupe international de soutien à Beyrouth ne cachent pas leur étonnement face à la gravité de la querelle opposant le président de la République, Michel Aoun, au chef du législatif, Nabih Berry, à propos du décret accordant une année d'ancienneté aux officiers de la promotion 1994.

Selon ces diplomates, cette querelle pourrait bien avoir des répercussions négatives sur les préparatifs actuellement en cours pour les trois conférences de soutien au Liban, prévues au cours du premier trimestre de 2018, à l'initiative du président français, Emmanuel Macron.

Pour rappel, il s'agit de la conférence de Rome pour le soutien de l'armée, de la réunion à Bruxelles pour aider le Liban à répondre au fardeau de la présence massive des réfugiés syriens sur son territoire et de la conférence « CEDRE » qui devrait se tenir à Paris pour définir les champs d'investissement, en vue de relancer l'économie libanaise.

De source bien informée, on apprend que, pour cette dernière conférence, le Liban présentera un plan de développement dont le coût est estimé entre 12 et 15 milliards de dollars destinés à réaliser 250 projets encore en gestation.

Dans les mêmes milieux, on indique que ce plan a été élaboré à la faveur d'un recensement effectué par le bureau du Premier ministre, Saad Hariri, en collaboration avec Dar el-Handassa, et avec la coopération des municipalités et d'autres autorités locales. Objectif : définir les besoins de chaque localité libanaise. La présidence du Conseil présentera ce plan (qui devrait contribuer à la création d'opportunités d'emploi) à tous les protagonistes politiques. Ceux-ci devront y formuler leurs remarques en vue de les ajouter au texte.
Toujours selon la même source, le Liban présentera aussi à la conférence de Paris un plan prévoyant des réformes sectorielles, espérant ainsi obtenir des dons et des crédits bonifiés de la part des pays donateurs.

 

 

Lire aussi

Paris IV aura pour nom la « Conférence du Cèdre »

Déplacés syriens : la visite de Macron à Beyrouth pas encore confirmée

La France cherche sa place au Moyen-Orient

La déclaration du GIS, un garde-fou qui a permis d’éviter le pire

Un vaste soutien international au Liban, mais sous condition

 

Pour mémoire

Rome II et Paris IV au centre des entretiens de Hariri et de Gentiloni

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA QUERELLE ELLE-MEME EST PERVERSE ! GOUPIL SE DONNANT DES AIRS PLUS GRANDS QUE SA TAILLE...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.