X

À La Une

L'Iran donne au Hezbollah "entre 700 millions et un milliard de dollars par an", selon Israël

israël

Le chef de l'armée israélienne accuse Téhéran de vouloir mettre en place un "croissant chiite" influent qui engloberait autour de lui, l'Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen, Bahreïn et la bande de Gaza.

OLJ/Reuters
02/01/2018

Le chef de l'armée israélienne a accusé l'Iran de dépenser plusieurs centaines de millions de dollars par an (autant en euros) pour aider ses alliés dans les guerres au Proche-Orient.

Les propos du général Gadi Eizenkot interviennent alors que l'Iran est en proie à un vaste mouvement de protestation contre la vie chère et la corruption du pouvoir et que certains manifestants stigmatisent l'intervention coûteuse de l'Iran dans les conflits régionaux, en Syrie ou en Irak. Gadi Eizenkot n'a toutefois pas fait de commentaire direct sur les manifestations qui ont lieu quotidiennement dans les villes iraniennes depuis jeudi dernier.

Le chef d'état-major de l'armée israélienne accuse l'Iran, grand ennemi d'Israël, de vouloir mettre en place un "croissant chiite" influent qui engloberait autour de lui, l'Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen, Bahreïn et le territoire palestinien de la bande de Gaza.

"Jetez seulement un œil à la taille de l'investissement iranien pour parvenir à l'hégémonie dans la région : cela revient à donner au Hezbollah entre 700 millions et un milliard de dollars par an", a déclaré le général lors d'une intervention à l'université IDC Herzliya.

"Ces derniers mois, l'investissement dans le dossier palestinien est également à la hausse, dans un désir d'influence, avec une augmentation du financement (annuel) de la bande de Gaza pour (les groupes islamistes) Hamas et Jihad islamique porté à 100 millions de dollars", a-t-il ajouté.

Le général Eizenkot n'a pas dit d'où il tenait ces chiffres. En principe, les déclarations d'Israël à ce sujet sont fondées sur les données fournies par ses services de renseignement.

Selon le général Eizenkot, l'Iran a dépensé "des milliards" de dollars depuis 2012 pour la Syrie. Selon lui, l'Iran a environ 2.000 conseillers militaires en Syrie déployés aux côtés de 10.000 miliciens chiites et 8.000 combattants du Hezbollah.

 

(Lire aussi : Netanyahu souhaite "bonne chance au peuple iranien dans sa noble quête de liberté")

 

Éviter l'escalade
Selon des estimations produites mi-2017 par des dirigeants militaires israéliens, la République islamique d'Iran dépenserait 800 millions de dollars par an pour le Hezbollah et 70 millions pour le Hamas et le Jihad islamique.

Ces deux groupes palestiniens ont reconnu le mois dernier être soutenus par l'Iran, ce qui laisse penser que Téhéran est en train de réorienter ses priorités régionales alors que la guerre civile est en train de se terminer en Syrie au profit de son allié alaouite (chiite), le président Bachar el-Assad.

Le Jihad islamique a fait savoir que le général iranien Ghassem Soleimani, homme clé de la guerre en Syrie, s'est entretenu avec ses dirigeants pour "souligner le soutien iranien à la résistance palestinienne".

Le Hamas a pour sa part indiqué avoir reçu la promesse du président iranien Hassan Rohani que Téhéran ne ménagerait "aucun effort pour soutenir le peuple palestinien".

Depuis que le président américain Donald Trump a annoncé le 6 décembre dernier reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, les attaques à la roquette et au mortier en provenance de Gaza ont lieu presque chaque nuit sur Israël, qui répond par des frappes aériennes sur l'enclave palestinienne. Israël considère le Hamas comme responsable de ces attaques, même si elles sont effectuées par d'autres groupes islamistes et accuse l'Iran d'armer tous ces groupes.

A propos de cette intervention présumée de l'Iran, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré mardi qu'il fallait éviter l'escalade à Gaza. "Il est dans l'intérêt d'Israël que l'attention de la communauté internationale se porte entièrement sur l'Iran et donc de ne pas lancer une attaque en règle sur Gaza, ce qui détournerait l'attention de l'Iran", a déclaré le chef de la diplomatique israélienne sur la radio de l'armée.

 

 

Lire aussi
Washington a donné à Israël un feu vert pour éliminer le général iranien Souleimani, selon un journal koweïtien

Un règlement dans la région implique un désarmement du Hezbollah

Le Hezbollah en Syrie : les combattants, l’impact sur le terrain, les déclarations

Adel Jubeir : "Le Hezbollah blanchit de l'argent, extorque et mène des actes terroristes au Liban et dans le monde"

Qassem, de Téhéran : C’est nous qui façonnons l’avenir de la région

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

L’iran offre des milliards de dollars aux peuples opprimés pour qu’ils se liberent de l’imperialisme.
Les sionistes americano-saoudo-israeliens payent des milliards et des milliards de dollars pour que les peuples baissent les bras et se taisent, vendant leur dignité pour des miettes de pains séchés.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FINANCEMENT POUR LA MAINMISE !

FAKHOURI

Et quand l'Iran ne donnera pas au Hezbollah cette énorme somme, que va faire le Hezbollah pour subsister ? Trafic de drogue, assassinat, se vendre à qui ? Les lendemains vont être difficiles pour le Hezbollah.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.