affaire marcel ghanem

Sit-in contre "le musellement des voix" au Liban : "Nous rejetons cette politique de la terreur"

"La lutte pour les libertés publiques est une bataille politique fictive", rétorque le ministre de la Justice, Salim Jreissati.

Des manifestants, rassemblés jeudi devant le siège du ministère de la Justice à Beyrouth, pour protester contre le "musellement des voix". Photo Nada Merhi

Des dizaines de représentants d'organisations de la société civile se sont rassemblés jeudi à midi devant le siège du ministère de la Justice, à Beyrouth, afin de dénoncer le "musellement des voix", dans le contexte actuel (affaires Marcel Ghanem et Ahmad Ayoubi, entre autres...) où le contrôle par le pouvoir exécutif des libertés publiques est jugé abusif aux yeux de nombre de Libanais.

"Nous sommes là pour soutenir la liberté d'expression et la liberté de la presse, indique Myrna Karaouni, du parti Sabaa, à notre envoyée sur place Nada Merhi. Malheureusement, les coercitions ont commencé sur les réseaux sociaux et se sont élargies pour englober les médias. Nous rejetons cette politique de la terreur". Et de poursuivre : "Nous craignons que les mesures prises à l'encontre de Marcel Ghanem n'entraînent des mesures similaires à l'égard de tout média ou journaliste opposant".

"Nous refusons la politique de répression et l’État qui s'en prend aux libertés n'hésitera pas à commettre des crimes (...)", a de son côté scandé au micro l'un des manifestants. "Nous appelons à y faire face de manière démocratique et directe", a-t-il martelé.

Le journaliste vedette de la chaîne LBCI Marcel Ghanem est poursuivi pour avoir laissé s'exprimer dans son émission Kalam el-Nass deux journalistes saoudiens qui s'étaient livrés à des attaques personnelles contre le président de la République Michel Aoun, le président du Parlement Nabih Berry, et le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, les accusant d'être "partenaires du Hezbollah dans le terrorisme". M. Ghanem avait fait l'objet lundi d'un mandat d'amener lancé par le premier juge d'instruction du Mont-Liban. Son avocat, le député Boutros Harb, a de son côté accusé mardi le pouvoir d'instrumentaliser la justice et indiqué qu'il allait demander que le juge d'instruction en charge de l'affaire soit dessaisi de l'affaire.

Lors d'une tournée jeudi au palais de Justice de Zahlé, le ministre de la Justice, Salim Jreissati, a qualifié de "bataille politique fictive" la lutte pour les libertés publiques. "Qu'ils laissent tranquille la Justice et qu'ils disent ce qu'ils veulent", a-t-il martelé. Il a en outre répété que "toute attaque contre la Justice est rejetée". Il a souligné que "si le corps judiciaire a des défauts, il y remédie à travers l'inspection judiciaire".

Boutros Harb n'a pas tardé à répondre aux propos de M. Jreissati. "J'appelle M. Jreissati et ses amis à ôter leur fardeau qui pèse sur la Justice afin que celle-ci puisse s'exprimer au nom du peuple libanais et non pas en leur nom".

Le Premier ministre, Saad Hariri, a de son côté considéré comme "une faute grave l'amplification de cette affaire". "Marcel Ghanem, en tant que journaliste, doit faire en sorte que justice lui soit rendue et je le soutiens", a-t-il ajouté.

Mercredi, le président de la République, Michel Aoun, a insisté sur l'importance pour les juges "de ne pas répondre aux interférences politiques, quelles qu'en soient les provenances". S'exprimant devant une délégation de juges du parquet financier, le chef de l'État a assuré que "personne n'est au-dessus du pouvoir judiciaire qui garantit les droits et préserve les dignités", soulignant que "la limite des libertés médiatiques est la vérité".

Lire aussi

Affaire Marcel Ghanem : l'opposition déterminée à faire face à « la dictature »

De Paris, Gemayel exprime ses craintes pour les libertés au Liban

Ghanem vs Jreissati : attention, danger... 

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

L’affaire Marcel Ghanem, une « dérive vers la dictature »

 


Des dizaines de représentants d'organisations de la société civile se sont rassemblés jeudi à midi devant le siège du ministère de la Justice, à Beyrouth, afin de dénoncer le "musellement des voix", dans le contexte actuel (affaires Marcel Ghanem et Ahmad Ayoubi, entre autres...) où le contrôle par le pouvoir exécutif des libertés publiques est jugé abusif aux yeux de nombre de...

commentaires (4)

EXAGERATIONS EN ACTES D,UN COTE ET EN PAROLES DE L,AUTRE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 39, le 22 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • EXAGERATIONS EN ACTES D,UN COTE ET EN PAROLES DE L,AUTRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 39, le 22 décembre 2017

  • "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur... il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits." Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799).

    Honneur et Patrie

    15 h 48, le 21 décembre 2017

  • L’un des rôles de l’information est l’éducation d’une part en relatant les faits qui alimentent la connaissance et d’autre part en proposant des analyses dont la pertinence est censée aider à la réflexion. Sans oublier la diversité des commentaires, devant contribuer à l’approfondissement. Mais qu’on ouvre l’antenne à des intervenants dont le seul objectif est l’insulte et le dénigrement, et ce sans même essayer de les contredire, ce n’est plus de journalisme qu’il s’agit mais de la calomnie.

    Fredy Hakim

    13 h 57, le 21 décembre 2017

  • On ressent quoi quand on est soi même sur la défensive ?

    FRIK-A-FRAK

    13 h 40, le 21 décembre 2017