X

Liban

L’affaire Marcel Ghanem, une « dérive vers la dictature »

Polémique

Boutros Harb accuse le pouvoir politique de tenter de dompter la justice.

20/12/2017

Depuis le 10 novembre dernier, notre confrère Marcel Ghanem est poursuivi en justice pour avoir reçu sur le plateau de son talk-show, Kalam el-Nass, deux journalistes saoudiens qui se sont livrés à de violentes critiques adressées au pouvoir en place.

Mais au-delà de la procédure judiciaire lancée par le ministre de la Justice, Salim Jreissati, à l'encontre du journaliste-vedette de la LBCI, cette question ne fait que s'amplifier et devient de plus en plus liée à la liberté d'expression et de la presse, garantie par la Constitution dans un pays qui se veut démocratique et respectueux des droits de l'homme. D'autant que Marcel Ghanem avait fait l'objet lundi d'un mandat d'amener émis par le premier juge d'instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour.
Si cet acte vise principalement à mener M. Ghanem à comparaître devant le juge d'instruction pour être interrogé le 4 janvier 2018, certains – notamment dans les milieux de l'opposition – y ont décelé une grave atteinte à la liberté de la presse, mais aussi et surtout une sérieuse menace au régime politique du pays et au principe de la séparation des pouvoirs, dans la mesure où l'affaire Ghanem serait une preuve de l'intervention du pouvoir politique dans l'action du pouvoir judiciaire.

C'est d'ailleurs sur ce dernier point que le député Boutros Harb, avocat de M. Ghanem, a axé sa conférence de presse tenue hier à son bureau, à Hazmieh. Étaient présentes plusieurs personnalités politiques et du monde de la presse et des médias venues exprimer leurs solidarité avec Marcel Ghanem. Il y avait notamment l'ancien président de la République Amine Gemayel, les députés Nadim Gemayel, Samer Saadé, Dory Chamoun, Nayla Tuéni et Atef Majdalani, ainsi que les anciens ministres Alain Hakim et Ziyad Baroud. Il y avait aussi nos collègues Michel Hajji Georgiou (chef du service local à L'Orient-Le Jour), May Chidiac, Assaad Béchara, Georges Ghanem, et le PDG de la LBCI, Pierre Daher.

 

(Pour mémoire : Marcel Ghanem à « L'OLJ » : « Je ne me rendrai pas à l'audience prévue aujourd'hui »)

 

Plainte contre le juge Mansour
Réitérant les faits de l'affaire Ghanem, Boutros Harb a clairement fait savoir que son client n'a pas été notifié de la procédure lancée à son encontre par la procureure générale près de la cour d'appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, conformément aux textes de lois en vigueur. « Marcel Ghanem est poursuivi pour diffamation à l'encontre du chef de l'État et pour avoir résisté à la justice et refusé de se présenter devant le juge », a martelé Boutros Harb, faisant valoir que les actes attribués à M. Ghanem ne constituent pas un crime, et qu'il n'y a pas de sanctions à ces actes. « C'est pour cette raison que nous avons décidé de présenter un recours pour vices de forme devant le premier juge d'instruction au Mont-Liban, Nicolas Mansour », a-t-il ajouté.

Détaillant cette décision, le député du Batroun a indiqué que « l'article 73 du code de procédure pénale stipule que "chaque avocat a le droit – même en l'absence de son client – de présenter un recours pour vices de forme" ». « Mais, en dépit de ce texte, le juge a refusé de recevoir le recours exigeant la présence de Marcel Ghanem en personne, sous peine de prendre les mesures adéquates à son encontre. Il a ainsi violé les règles de droit », a déploré l'avocat, soulignant qu'il a présenté une note réclamant de nommer un autre juge pour étudier l'affaire, et qu'il a déposé une plainte contre le juge Mansour auprès de l'Inspection judiciaire.
Commentant par ailleurs le mandat d'amener émis à l'encontre de M. Ghanem, M. Harb a mis en garde contre « le début d'une dérive vers la dictature », soulignant par la même occasion que son client est prêt à comparaître devant la justice le 4 janvier.

 

« Jamais eu peur de Ghazi Kanaan »
Commentant l'affaire sous un angle strictement politique, Boutros Harb a mis en garde contre « une menace à laquelle fait face le régime politique libanais, notamment en ce qui concerne le principe de la séparation des pouvoirs et l'indépendance du pouvoir judiciaire ». M. Harb n'a d'ailleurs pas manqué de stigmatiser « une tentative de la part du pouvoir politique de contrôler la justice et de la dompter pour servir des intérêts politiques ».

Allant beaucoup plus loin, Boutros Harb a déclaré sans détour : « C'est cela qui explique la bataille acharnée, menée par le pouvoir politique, pour imposer les nominations judiciaires qui lui conviennent pour pouvoir porter atteinte à ses adversaires. » Pour M. Harb, « cela nous rappelle les régimes totalitaires et policiers axés sur la corruption, la persécution et le musellement des opposants, ainsi que les atteintes aux libertés ».
Même son de cloche chez Amine Gemayel. Prenant la parole au début de la conférence de presse, il a exprimé ses craintes quant à l'avenir des libertés au Liban, dans la mesure où celles-ci constituent la raison d'être du pays du Cèdre, mettant l'accent sur les retombées négatives des pressions exercées sur le pouvoir judiciaire.

Interrogé par L'Orient-Le Jour en marge de la conférence, Marcel Ghanem a voulu adresser ce message clair au mandat Aoun et au ministre de la Justice, Salim Jreissati : « Il est grand temps de se rappeler du régime démocratique libanais, principalement axé sur la liberté de la presse et des médias. » « Ce qui s'est produit récemment n'est pas digne d'un sexennat qui brandit le slogan du changement et de la réforme », a ajouté le journaliste.

Tout comme le journaliste-vedette, Pierre Daher, PDG de la LBCI, semble déterminé à mener jusqu'au bout la bataille de la liberté des médias. Joint par L'OLJ, il assure que la chaîne ne craint aucunement de tels agissements de la part du pouvoir politique pour dompter les médias. « Nous n'avons jamais eu peur de Ghazi Kanaan. Nous n'allons pas craindre le pouvoir aujourd'hui », lance-t-il sur un ton déterminé.
Enfin, Rami Rayes, responsable de la section média au sein du Parti socialiste progressiste, s'est indigné, via L'OLJ, des atteintes à la liberté d'expression qui constitue une des plus grandes qualités du Liban.

 

Lire aussi
Ghanem vs Jreissati : attention, danger... 

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nizar Labaki

Nizar Labaki.

Feu mon Pere etait journaliste et patriote aguerri.

Je suis contre le musellement de l information.

Certes M. Ghanem journaliste Far et eminente personilte aurait due avec son habilite qui lui est propre rectifier le tie des ses invites.Car je ne crois pas si nous inversons les roles, un quelquonque journaliste pourrait s attaquer au pouvoir Saoudien.

Fredy Hakim

Il y a là un vrai syndrome du journaliste qui se prend pour Dieu, sait tout et ne s’excuse jamais.Le saviez-vous ? L’arrogance de ceux qui se croient tout permis!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS IL NE FAUT PAS EXAGERER ET DRAMATISER LES CHOSES ! QUE MARCEL GHANEM RESPECTE LA JUSTICE... MEME SI INJUSTE... ET SE PRESENTE AU JUGE COMME REQUIS... ET QU,ON OSE LE CONDAMNER ! LE MUSELAGE DE LA LIBRE EXPRESSION NE PASSERA PAS !

Le Faucon Pèlerin

Même aux temps du Mandat français, les autorités de l'époque n'ont pas agi ainsi. A mon humble avis, Marcel Ghanem n'est pas responsable de ce que dit son invité. Notre pays est la seule oasis de liberté dans ce monde dit arabe qu'il faudrait à tout prix la préserver.

gaby sioufi

manifestation populaire en appui a ghanem et a la liberte d'expression .

je m'attend a voir des contre manifestations em appui a la justice.
apres tout, voyons un peu, AUCUN politique du bord du pouvoir & de walifakih ne dit mot.
C qu'ils approuvent la decision de la justice.


Antoine Sabbagha

La liberté d'expression est la couleur du Liban , ne la changeons pas comme dans les pays arabes voisins .

Sarkis Serge Tateossian

Il faut être claire. Dans cette affaire on veut baliser les contours du journalisme au Liban. Je ne suis pas d'accord avec les propos tenus par l'invité de l'émission, mais en aucun cas on ne doit pas dicter aux journalistes la manière de travailler. Il y a une atteinte à l'exercice de la profession de journaliste.
C'est regrettable.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA TENTATIVE DE MUSELER LA LIBRE EXPRESSION EST VOUEE A L,ECHEC !

michel raphael

retour a la case de depart des annees 60 du siecle dernier,,,,

le nahj ou chehabism contre helf

Saliba Nouhad

Il était évident qu’un parti soi-disant nationaliste, qui s’acoquine avec une entité milicienne sur-armée à la politique trans-nationale, qui bloque la présidence pour 2 ans pour qu’on désigne son chef comme Président avait des tendances autoritaires, dictatoriales de longue date, voulant imposer son programme politique de force sans tolérer d’opposition, surtout après avoir réalisé que leur jeu de populisme primaire avait fait long feu!
Rien d’étonnant à l’affaire Marcel Ghanem, rappelant les attaques de Trump contre la presse, qualifiant de fake news tout ce qui le critique, contredit et s’oppose à ses politiques extrémistes, sauf qu’aux État-Unis il y a une constitution et des lois qui protègent la liberté de parole et qui empêchent des dérives pareilles.
Tenez bon, Messieurs, car il y va de la survie de l'état de droit au Liban!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.