Liban

Séance houleuse au Congrès US sur le Liban

Dans les coulisses de la diplomatie
02/12/2017

La commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants au Congrès américain a consacré récemment une de ses séances à la crise née entre le Liban et l'Arabie saoudite du fait de la démission surprise du chef du gouvernement, Saad Hariri, le 4 novembre dernier.

Présidée par la députée républicaine Ileana Ros-Lehtinen, la réunion a été particulièrement houleuse en raison des divergences de vues apparues au niveau de la politique que les États-Unis devraient adopter vis-à-vis du bras de fer engagé entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Si Mme Ros-Lehtinen a exprimé des réserves quant au procédé suivi par le prince héritier Mohammad ben Salmane pour contrer la politique iranienne dans la région, d'autres représentants ont estimé qu'il fallait, au contraire, accentuer la pression sur le Liban afin d'atteindre cet objectif.

 

(Lire aussi : Crise : Les bavardages libanais font vaciller les chances de compromis)

 

Non que la présidente de la commission américaine des Affaires étrangères soit hostile à la politique saoudienne, puisqu'elle considère qu'il est « fondamental de mettre fin à l'expansion catastrophique de l'influence iranienne dans la région », mais elle estime que la politique qu'il faudra suivre dans ce but « ne devrait pas mettre en danger les intérêts des États-Unis et de leurs alliés ». Pour elle, contrer l'influence de Téhéran est une priorité, mais pour cela, il faudrait entreprendre une procédure réfléchie.

Les parlementaires étaient divisés quant aux mesures à suivre dans ce cadre. Plusieurs voix se sont élevées pour proposer une réduction du montant des aides américaines allouées à l'armée libanaise, afin d'accentuer la pression sur le Liban et de l'amener à mettre sur le tapis la question des armes du Hezbollah, d'autant qu'elle se pose avec acuité actuellement.

 

Lire aussi

La distanciation, une innovation libanaise contre les guerres par procuration, le commentaire d'Antoine Messarra

Les silences du verbe, l'édito de Issa Goraieb

Le renflouement du gouvernement... et la position saoudienne, le décryptage de Scarlett Haddad

Hasbani : La campagne contre les FL vise à occulter la distanciation

Geagea : Les voies de communication sont rouvertes avec Hariri

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Houleuses pour le LIBAN.

ET étrangement calme pour la Corée du Nord du COURAGEUX KIM Jong UN.

Hahahahaha....

Talaat Dominique

réduction des aides pour l'armée libanaise ?
il y a d'autres fournisseurs d'armes : la France, l'Iran, la Russie , et d'autres pays..........

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE HEZBOLLAH EST LA MALEDICTION ET LA DESTRUCTION QUI S,ABATTENT SUR LE LIBAN ! AOUN, BERRY, HARIRI VOTRE RESPONSABILITE EST ENGAGEE... ASSEZ TERGIVERSER !!!

Henrik Yowakim

Plusieurs voix se sont élevées pour proposer une réduction du montant des aides américaines allouées à l'armée libanaise, afin d'accentuer la pression sur le Liban et de l'amener à mettre sur le tapis la question des armes du Hezbollah, d'autant qu'elle se pose avec acuité actuellement.

CHERS YANKEES VOUS VOULEZ METTRE SUR LE TAPIS LA QUESTION DES ARMES DU HEZBOLLAH ALLEZ Y PERSONNELLEMENT

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué