Idées

La distanciation, une innovation libanaise contre les guerres par procuration

Commentaire
02/12/2017

Lorsque l'on est accoutumé à des lectures conventionnelles sur les relations internationales ou mû par un complexe d'infériorité sur tout ce qui concerne la modernité du régime constitutionnel libanais, il est normal qu'on s'interroge sur la notion de distanciation. Quel est le point de départ pour l'analyse concrète de cette notion ? C'est la qualification de ce qui s'est passé au Liban durant les années 1975-1990, une Guerre pour les autres, suivant le titre de l'ouvrage de Ghassan Tuéni (Lattés, 1985).

Lakhdar Brahimi, ancien envoyé spécial de la Ligue arabe pour le Liban et de l'ONU pour l'Irak, avait déclaré aux Irakiens, le 14 février 2004 : « S'il y a un pays dans la région où on ne peut imaginer qu'il puisse y avoir une guerre civile, c'est le Liban... » Il voulait dire que dans les guerres civiles aujourd'hui, ce n'est pas nécessairement la moitié de la population qui prend les armes contre l'autre moitié. Quand l'État est démantelé, des organisations se formant en vue de l'autodéfense ont nécessairement besoin d'armement et d'argent de l'extérieur et deviennent – malgré tout le patriotisme de leur élan national – subordonnées à des forces extérieures. L'entente interne ne suffit plus alors pour arrêter la guerre. Il faut une entente régionale et même internationale. Au cours du traité d'Utrecht (1713), un diplomate dit aux Hollandais : « On fera la paix chez vous, pour vous et sans vous. »

 

Le livre de l'expérience
La distanciation, ne la cherchons donc pas dans des livres et des dictionnaires, mais dans le livre de l'expérience libanaise. Le Liban durant les années 1975-1990 a été un laboratoire international des mutations des Paix et guerres entre les nations, suivant le titre du livre de Raymond Aron (Calmann-Lévy, 1962).

L'invention de la distanciation par l'ancien président du Conseil Nagib Mikati puis dans la déclaration de Baabda du 11 juin 2012, et dans les propos officiels aujourd'hui et au plus haut niveau, constitue une véritable invention, au sens scientifique, car tirée de l'expérience. Il faudra reconnaître en effet que la neutralité parfaite, au sens courant, pose problème au Liban à défaut d'un règlement juste et global du conflit israélo-arabe.

Comment se prémunir contre les métamorphoses des guerres aujourd'hui ? Tel est le cœur du problème de la distanciation. Pour ou contre ? Là n'est pas le problème. Du fait de l'évolution des armements, les guerres interétatiques directes entre puissances internationales et régionales, très coûteuses et fort risquées, laissent désormais la place à des guerres par procuration dans de petites nations, fragiles ou fragilisées. Rappelons-nous le cri de Ghassan Tuéni à l'ONU en 1984 : « Laissez vivre mon peuple. » Il réclamait que l'ONU joue désormais un rôle pour la défense des petites nations qui servent de scènes (« sâhat ») à des conflits internationaux et régionaux.

Le monde entier, les intellectuels de chambre et les instances internationales disaient aux Libanais : entendez-vous ! Mais les Libanais ont forgé plus de 12 accords d'entente nationale avant l'Accord de Taëf de 1989 ! Accords antérieurs dont aucun n'a abouti, parce qu'il fallait que l'entente interne soit aussi endossée et approuvée par des forces extérieures. La plupart de nos martyrs, artisans de l'entente, de la réconciliation et de la paix civile, ont été victimes d'attentats. À un député de la Békaa qui disait à un haut diplomate régional : « Mais nous sommes des alliés », le diplomate régional lui répondit avec arrogance : « Nous n'avons pas des alliés, mais des collaborateurs ou des traîtres ! »
La distanciation est au cœur d'un complément théorique, sérieux et renouvelé, en matière de relations internationales dans les mutations des guerres aujourd'hui.

 

« Complexe de la Sublime Porte »
En ce qui concerne le Liban dans les relations internationales, le laboratoire libanais est producteur tragique et novateur d'une vraie théorie qui découle de l'expérience.

Des intellos et politiques se pressent pour affirmer, avec un ton docte : « Donnez-nous une définition de la distanciation. » Non, nous ne voulons pas une définition livresque de la distanciation, mais une définition vivante, expérimentée, tragique, concrète, meurtrière, efficace..., d'après « notre » expérience. Tout Libanais moyen qui a connu et vécu « al-sâhat al-lubnâniya » (scène libanaise) ou le « Liban trottoir », selon l'expression de Farouk Mokaddem, au sens péjoratif français de prostitution, donnera la définition – sa définition –, proprement libanaise, de la distanciation. Il l'élargira, sans complexe d'infériorité, en véritable théorie authentique non importée. Nos proverbes du terroir le disent clairement : « Quand le vent surgit, ferme ta fenêtre. »

Il doit y avoir certes tout un programme de recherche en relations internationales, et surtout d'une autre historiographie de l'histoire tragique et exaltante des Libanais. La distanciation s'inscrit, en éducation civique et en historiographie des Libanais, dans la perspective d'une culture libanaise de prudence dans les relations extérieures, à l'exemple surtout de la Suisse. L'ancien ambassadeur de Suisse au Liban me disait : « Si un député suisse va à Bruxelles pour engager des entretiens avec l'Union européenne, il est banni dans les élections ! » En effet, c'est l'État, et l'État seul, qui engage des relations de nature diplomatique.

La culture libanaise de demain, qui prémunira le Liban et lui fera assumer son rôle de message, sera une culture isolationniste progressiste. Ni isolationniste ni progressiste, suivant les idéologies passées, mais joignant prudence et ouverture, et s'inscrivant dans la finalité d'une théorie libanaise et internationale de la distanciation.

Le Libanais moyen souffre du « complexe de la Sublime Porte », selon aussi l'expression de Ghassan Tuéni. Tant que ce complexe n'est pas soumis à une thérapie psychanalytique dans la mémoire collective et à travers une lecture pragmatique et pluridisciplinaire de l'histoire des Libanais, il y aura toujours un risque menaçant non seulement la distanciation, sa pratique et son respect, mais aussi l'indépendance et la stabilité du Liban.

Membre du Conseil constitutionnel et titulaire de la chaire Unesco d'étude comparée des religions, de la médiation et du dialogue de l'USJ.

 

Du même auteur 

De la gestion du pluralisme dans le monde arabe

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

l'internationalisation n'a pas ete faite malgré les peuples du MO... l'internationalisation a ete de fait de l'interieur des pays arabe, la syrie etant intervenue au liban d'abords ...

partant de la les persécuter du liban ne pouvait que demander l'intervention de l'ONU ..

donc le fait de dire que le massacre du drakar etait pour eviter une internationalisation est nul et non avenu

A BON ENTENDEUR SALUT

C. F.

Je vous cite :
""...Le monde entier, les intellectuels de chambre et les instances internationales disaient aux Libanais : entendez-vous ! Mais les Libanais ont forgé plus de 12 accords d'entente nationale avant l'Accord de Taëf de 1989 !""

Les intellectuels EN chambre, ou bien la communauté internationale, demandent aux Libanais de se débrouiller pour sauver leur pays, une façon de se laver les mains (il n’y avait pas assez d’eau) devant une telle catastrophe. D’accord, que depuis les Accords du Caire en 1969 (début de la guerre civile), jusqu’aux Accords de Taëf en 1989, aucun n’a abouti, car selon l’adage libanais, ""le ver est dans le fruit"".....

C. F.

""...Tout Libanais moyen qui a connu et vécu « al-sâhat al-lubnâniya » (scène libanaise) ou le « Liban trottoir », selon l'expression de Farouk Mokaddem, au sens péjoratif français de prostitution
Le Libanais moyen souffre du « complexe de la Sublime Porte »""...


Parler de ""Libanais moyen"" et citer ce chef de guerre à côté d’Aron, Tuéni et bien d’autres, peut nuire à l’intelligence du texte. Puisque vous nous ramenez au bon souvenir de Mokaddem, un simple rappel : la lecture des journaux. (Lire L’Orient-Lejour du 11/11/2015 sous la rubrique ""Archives"", un article sur Monsieur Mokaddem… qui n’avait rien d’un ""Libanais moyen""…

C. F.

Je vous cite : ""…de petites nations, fragiles ou fragilisées. Rappelons-nous le cri de Ghassan Tuéni à l'ONU en 1984 : « Laissez vivre mon peuple. » Il réclamait que l'ONU joue désormais un rôle pour la défense des petites nations…""

Ah oui, les petites nations… Mais Israël est aussi une petite nation, et ses frontières sont bien défendues, d’une façon hermétique par l’ONU. L’expérience de la guerre, ou bien un simple rappel de quelques faits sanglants, prouve qu’un des protagonistes, et non des moindres, ne souhaitait pas l’intervention de l’ONU, même pour une simple pacification, (L’attentat du Drakar est dans toutes les mémoires), et surtout le refus à l’époque de l’internationalisation …

C. F.

Vous écrivez :
""Lakhdar Brahimi, ancien envoyé spécial de la Ligue arabe pour le Liban et de l'ONU pour l'Irak, avait déclaré aux Irakiens, le 14 février 2004 : « S'il y a un pays dans la région où on ne peut imaginer qu'il puisse y avoir une guerre civile, c'est le Liban... » Il voulait dire que dans les guerres civiles aujourd'hui.....""

Il voulait déclarer un aveu d’impuissance, le diplomate algérien. Il a surtout déclaré aux Irakiens : ""Ne faites pas comme les Libanais"", sic. (L’Orient-Lejour du 14 février 2004). Quand on pense aussi à la guerre en Algérie. Tout cela avait un nom mille fois défini, ""LIBANISATION"", qui rime très bien avec ""DISTANCIATION""

C. F.

Je reste encore perplexe à cette idée de DISTANCIATION. Je vous relis et je me demande ce que cache en réalité cette idée.

La paix avec les voisins ? Vous avez donné la réponse : ""Il faudra reconnaître en effet que la neutralité parfaite, au sens courant, pose problème au Liban à défaut d'un règlement juste et global du conflit israélo-arabe."" Même la paix avec les voisins ne suffit pas…

FAKHOURI

“La politique est peut-être la seule profession pour laquelle nulle préparation n'est jugée nécessaire.”
de Robert Louis Stevenson
Extrait de Etudes Familières sur les hommes et les livres.

Irene Said

Un haut diplomate régional, donc qui connait très bien la mentalité de la plupart des politiques libanais:
"...nos n'avons pas des alliés, mais des collaborateurs ou des traîtres !..."

Voici la cause de tous les problèmes de ce malheureux pays !
Irène Saïd


















L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUCUNE INNOVATION LIBANAISE ! LA DISTANCIATION N,EST QUE L,ARRET D,IMPORTER LES CRISES DES AUTRES CHEZ NOUS... PAR NOUS ! FAUT-IL AUSSI QUE TOUT CHACUN LA RESPECTE... ET SE RESPECTE...

Chaccal Marie Hélène

C’est quoi au juste « le complexe de la Sublime Porte »?
Moi je veux bien que quelqu’un, vienne faire la paix chez nous,pour nous, et sans nous! On pourrait enfin ramener nos enfants chez nous ,CHEZ EUX!

Beauchard Jacques

Pour éclairer cette analyse il faut lire "L'ennemi au cœur du politique" (L'Harmattan) en hommage à la pensée de Julien Freund qui a dirigé la thèse d'Antoine Messara.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE PEUT Y AVOIR DE DISTANCIATION SERIEUSE AVEC LA PRESENCE SUR LE SOL LIBANAIS D,UNE MILICE DES PASDARANS IRANIENS !

gaby sioufi

WOW ! SUPER BIEN DEFINIS :
" Mais nous sommes des alliés », le diplomate régional lui répondit avec arrogance : « Nous n'avons pas des alliés, mais des collaborateurs ou des traîtres ! ""
"L'ancien ambassadeur de Suisse au Liban me disait : « Si un député suisse va à Bruxelles pour engager des entretiens avec l'Union européenne, il est banni dans les élections !""
""En effet, c'est l'État, et l'État seul, qui engage des relations de nature diplomatique""
les 3 points cites ci-haut disent bien la vrai nature du probleme, sauf que le 3 eme est fausse - l'a tjrs ete - pour cause de presence(s) armees HORS etat...qui de fait n'existe plus dans le sens veritable du terme.

Revons qu'un jour on s'entendra dire :
Au cours du traité d'Utrecht (1713), un diplomate dit aux Hollandais : « On fera la paix chez vous, pour vous et sans vous. »

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.