Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Hariri arrivera samedi en France et sera reçu par Macron à l'Elysée

Le Premier ministre libanais a reçu le ministre français des Affaires étrangères dans une résidence où il séjourne à Riyad.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et le Premier ministre libanais démissionnaire, Saad Hariri, au domicile de ce dernier, à Riyad, en Arabie saoudite, le 16 novembre 2017. AFP / Rania SANJAR

Le Premier ministre libanais démissionnaire, Saad Hariri, sera samedi à Paris et sera reçu par le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, a annoncé jeudi la présidence française. La France cherche à trouver une issue à la crise née de l'annonce le 4 novembre de la démission choc de M. Hariri, à partir de la capitale saoudienne, et des accusations libanaises de sa "détention" en Arabie saoudite.

Pour offrir une issue au Premier ministre, Emmanuel Macron l'avait invité mercredi pour "quelques jours" en France, ce qu'il a accepté. Il avait ainsi indiqué plus tôt dans la journée qu'il se rendrait "très bientôt" en France, à l'issue d'un entretien à Riyad avec le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

M. Hariri a reçu le ministre français dans une résidence où il séjourne à Riyad, selon une journaliste de l'AFP sur place. Il est apparu souriant à l'issue de la rencontre. Le ministre français voulait "connaître les intentions" de M. Hariri lors de cet entretien qui a duré environ 30 minutes, a-t-on souligné dans son entourage.

M. Le Drian avait annoncé de son côté que M. Hariri allait venir en France, acceptant ainsi l'invitation du président français. "Il va venir en France" et le prince héritier Mohammad ben Salmane, l'homme fort d'Arabie saoudite, "en a été informé", a-t-il ajouté. Interrogé sur la date de sa venue, le ministre français a dit sans autre précision: "l'agenda de M. Hariri appartient à M. Hariri". M. Hariri viendra "quand il le souhaitera et dès qu'il le souhaitera", a-t-il réaffirmé dans la journée.

(Lire aussi : Hariri invité en France par Macron : ce qu'en disent les éditorialistes au Liban)

 

L'invitation de M. Macron est intervenue le même jour où le président libanais, Michel Aoun, a haussé le ton contre l'Arabie saoudite, affirmant que le Liban considérait M. Hariri "en captivité et détenu" à Riyad. Jeudi, le président a affirmé qu'il attendrait le retour du Premier ministre de Paris pour discuter de sa démission.

Lors d'une conférence de presse conjointe jeudi avec M. Le Drian, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a dit que M. Hariri était libre de quitter Riyad "quand il veut".
De son côté, M. Le Drian a déclaré: "J'ai redit le souci de la France que ce pays (le Liban) garde sa stabilité, sa souveraineté, qu'il soit à l'abri des ingérences extérieures et que les communautés qui le constituent soient respectées". "Nous souhaitons nous coordonner pour contribuer à un retour à la normale que nous souhaitons le plus rapide possible après la démission" de M. Hariri, a-t-il ajouté.
M. Hariri, a-t-il conclu, "se rendra en France quand il le souhaitera et dès qu'il le souhaitera. Il sera accueilli en ami".

Mercredi, M. Macron avait indiqué que l'invitation adressée à M. Hariri était "un geste d'amitié et une volonté marquée de la France de contribuer au retour au calme et à la stabilité au Liban", ajoutant que la venue du Premier ministre démissionnaire libanais n'est "en aucun cas un exil politique". "Nous avons besoin d'un Liban fort, d'une intégrité territoriale au Liban, et nous avons besoin d'avoir des dirigeants qui soient justement libres de leurs choix et de les exprimer", avait ajouté Emmanuel Macron.

 

 

Lire aussi
Saad Hariri en France, escale ou fin de carrière ?

La visite de Raï à Riyad fait la une des quotidiens saoudiens, photo et croix à l’appui

Ce qui se cache derrière l’escalade de Baabda...

Bassil à Rome : Aucune raison pour que Hariri ne rentre pas au Liban

Retour sur les principaux développements depuis l'annonce de la démission de Hariri

Pour ou contre Hariri, les Libanais veulent son retour d'Arabie saoudite


Le Premier ministre libanais démissionnaire, Saad Hariri, sera samedi à Paris et sera reçu par le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, a annoncé jeudi la présidence française. La France cherche à trouver une issue à la crise née de l'annonce le 4 novembre de la démission choc de M. Hariri, à partir de la capitale saoudienne, et des accusations libanaises de sa...

commentaires (7)

Encore une fois merci pour la France .

Antoine Sabbagha

17 h 14, le 16 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Encore une fois merci pour la France .

    Antoine Sabbagha

    17 h 14, le 16 novembre 2017

  • "Le Premier ministre libanais démissionnaire, Saad Hariri, a indiqué qu'il se rendrait "très bientôt" en France, à l'issue d'un entretien jeudi à Riyad avec le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian." Oui, comme il s'est rendu "très bientôt" au Liban...Remarquez, il est libre de faire...ce que veut MBS!!!LOL

    Georges MELKI

    17 h 00, le 16 novembre 2017

  • Comme Ce fût laborieux pour voir notre PM enfin sorti des GRIFFES DES WAHABITES DE LA BENSAOUDIE GRÂCE À UNE PRESSION EXTRAORDINAIRES DE L'AXE DE LA RÉSISTANCE,UNE FOIS DE PLUS VAINQUEUR CONTRE LA BARBARIE.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 11, le 16 novembre 2017

  • C,EST LA QUE VONT ETRE PROBABLEMENT CONVIES D,AUTRES AUSSI POUR LES NEGOCIATIONS SUR LA NOUVELLE DONNE CREEE PAR LA LIBRE DEMISSION DE HARIRI !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 51, le 16 novembre 2017

  • viendra viendra t il pas en france ? viendra viendra t il pas au liban ? demissionnera demissionnera t il pas ? le liban lui, en attendant ,subit une ingerance de plus ds ses affaires . francaise ou pas c'en est une.

    Gaby SIOUFI

    13 h 33, le 16 novembre 2017

  • Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est donc otage des saoudiens ,il reviendra au Liban grâce à la diplomatie française .

    Antoine Sabbagha

    12 h 24, le 16 novembre 2017

  • Priver de liberte le chef de gouvernement ....c est bien la preuve que le LIBAN n est rien aux yeux de l Arabie Saoudite ou de l Iran...un simple pion sur un echiquier...a qui la faute?aux libanais !

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 02, le 16 novembre 2017

Retour en haut